Critique cinématographique : Des journalistes formés pour mieux critiquer les films.

Mieux outiller les journalistes culturels à la pratique de la critique cinématographique en leur enseignant les fondamentaux nécessaires pour réussir cet exercice est la mission que s’ est assignée l’ association Grand Ecran ( réseau ivoirien des journalistes engagés pour le cinéma ) en organisant un atelier de formation qui a ouvert ses portes le lundi 28 novembre au palais de la culture de Treichville.

A travers la thématique  » Les clés pour lire et comprendre un film « , l’ atelier vise principalement à donner à une dizaine de journalistes tous média confondus, les rudiments pour réussir une bonne critique cinématographique. Il s’ agira de faire d’ eux des leviers de la relance du cinéma en Côte d’ Ivoire.

Saluant l’ initiative de l’ association Grand Ecran, Mme Diomandé Lison, directrice du cinéma, représentant le Ministre de la Culture et de la Francophonie a exhorté les journalistes à faire de la critique en vue d’accompagner la production cinématographique en l’ évaluant selon les critères en la matière.

Yacouba Sangaré, Président de Grand Ecran tout en remerciant le Ministère de tutelle à travers le Fonsic ( Fonds de soutien à l’ industrie cinématographique ) pour son appui à cette formation, a incité les journalistes à s’ approprier la critique cinématographique qui selon lui permettra aux réalisateurs de se remettre en question d’ une part et d’ autre part au public de s’ intéresser davantage au cinéma.

Assurée par deux experts à savoir M. Fadika Kramo Lanciné, cinéaste, conseiller technique du Ministre de la Culture et de la Francophonie chargé du cinéma et M. Mahrez Karoui, journaliste et critique de cinéma, membre de l’ association tunisienne des critiques de cinéma, la formation permettra entre autres de connaître l’ histoire et de la critique cinématographique, d’ identifier les différents genres de cinéma d’ apprendre le vocabulaire de la critique cinématographique, d’ identifier les techniques d’ écriture sur un film et de répertorier les grandes étapes de l’ évolution du cinéma.

Au terme de cette formation qui prendra fin le 1er décembre, les journalistes seront sans doute mieux aguerris pour aborder cet exercice qui est d’ un intérêt indéniable pour l’ essor du cinéma en Côte d’ Ivoire au moment où les salles sont de plus en plus délaissées.

 

Culture

Facebook