Arts visuels : Djéka, une peinture qui interroge la cosmogonie africaine.

L’ artiste Djéka posant devant l’ une de ses œuvres.

Titulaire d’ un brevet de technicien artistique option peinture, sculpture, gravure, design intérieur et décoratif obtenu au Centre Technique des Arts de Bingerville, l’ artiste Djéka a très tôt privilégié la peinture sur toile.

Son style de travail basé sur le concept de  » coulée  » est le support de mise en exergue de son thème de prédilection qui n’ est autre que le patrimoine ésotérique africain.
L’ artiste estime que nos ancêtres sont des intellectuels oubliés par l’ Histoire raison pour laquelle à travers une série d’œuvres, il s’ attellera à valoriser leur savoir.
 » Les carrefours » ,  » Maman Africa « ,   » la vérité du mensonge de nos ancêtres  » sont entre autres thématiques autour desquelles l’ artiste construit sa réflexion picturale.
 » Les carrefours « . Pour Djeka, le carrefour symbolise un point de jonction, l’ espace de fusion des courants de pensées. Les carrefours ont été longtemps utilisés en Afrique comme un lieu sacrificiel.
Les motivations ? L’ artiste explique que ces lieux de jonction, de fusion de forces sont considérés par nos ancêtres africains comme des cadres de pèlerinage par excellence. C’ est à ces endroits que l’ on se recharge de l’ énergie vitale et exprime ses vœux. Ces endroits ont la même valeur que les lieux saints et sacrés des sociétés occidentales. Le carrefour est également une plateforme où se matérialisent les courants de pensée.
 » Maman Africa « . C’est un hommage que l’ artiste rend à la femme africaine qui symbolise la demeure divine où s’ accomplit le miracle de la vie, la terre matricielle dans laquelle germe la semence de l’ homme. Djeka affirme que dès notre naissance, la femme représente pour nous le premier visage de Dieu, le premier son divin, la précieuse vibration divine. Maman Africa est pour Djeka, un moyen de remettre au goût du jour les prophéties ancestrales sur la fonction sacrée de la femme, lieu de stabilisation, de matérialisation et de réflexion de l’ énergie divine.
« La vérité du mensonge de nos ancêtres « . Ce concept pour l’ artiste est une façon à lui de réinterroger l’ histoire en vue de prendre en compte les mythes fondateurs de la civilisation. Ces mythes sont pour l’ artiste où source de vérité qui éclaire l’ humanité. La revalorisation des vérités ancestrales est au cœur de sa démarche artistique. En définitive Djeka s’ inspire des concepts anciens pour une Afrique nouvelle et moderne.
L’ écriture de Djeka nous plonge dans la statuaire africaine, histoire de revisiter quelques pans de notre histoire. Cette démarche  » archéologique  » de l’ artiste nous permet de nous réapproprier notre histoire afin d’ entrer dans l’ universalité artistique avec des arguments de poids.
C’ est cette démarche artistique qui sera mise en valeur le au mois de février prochain à la galerie Houkami à travers l’ expo  » Un recours aux sources pour une introspection vraie « 

Art

Facebook