Procès des disparus de Novotel: le Parquet requiert la ‘’prison à vie’’ contre quatre officiers dont Dogbo Blé

Le Parquet général a requis, mardi, la prison à vie contre le Général Brunot Dogbo Blé, les Colonels Ohou Modi et Aby Jean ainsi que le Commissaire de police Osée Logué pour des faits de ‘’séquestration illégale accompagnés de tortures corporelles et d’assassinat’’ dans le cadre du procès aux assises d’Abidjan des disparus de l’hôtel Novotel, début mars 2011.

Selon le réquisitoire de 3h d’horloge du Procureur général, Souleymane Koné, alors que la crise postélectorale se limitait à des ‘’poches de résistances’’, le palais présidentiel a été transformé en ‘’camp militaire’’.

Le Procureur général explique que c’est dans ce contexte que le 4 avril 2011, en début d’après-midi, ‘’un commando va être mis en mission à partir du palais présidentiel pour rechercher des snipers, avec une liste des personnes à rechercher’’.

‘’Le commando, sous la contrainte de ses armes va emmener Di Rippel, Yves Lambelin’’, relate-t-il, ajoutant que toute ‘’la Garde républicaine du général Dogbo Blé sillonnait. Et que les otages ont été conduits au PC opérationnel dirigé au moment des faits par le Colonel Ohou Modi’’.

Les otages, selon M. Koné, ont été conduits à l’arrière-cour du PC opérationnel où ‘’ils ont tous subi un interrogatoire musclé, ont été torturés et tués’’. A en croire le réquisitoire du Parquet, ‘’ce n’est qu’après ces forfaits que les hélicoptères français ont bombardé le palais présidentiel, les miradors, les véhicules militaires des FDS’’.

‘’Le calme revenu, on retrouve les corps nus comme des vers. Sur ordre du général Dogbo Blé, les corps vont être enlevés et conduits dans un convoi. M. le président,  il faut imputer à chacun de ces accusés, ces faits de crimes du 4 avril 2011’’ conclut Souleymane Koné avant de requérir les peines pour chacun d’eux selon le type d’infraction.

Ainsi, sur les faits de ‘’séquestration illégale accompagnés de tortures corporelles et d’assassinat’’, il requiert contre ‘’Dogbo Blé, Ohou Modi, Aby Jean, Guéhi Bléka, Osée Logué l’emprisonnement à vie’’, en outre le parquet demande à leur encontre  ‘’2 ans de prison et 500 mille FCFA d’amende pour les faits de disparition de cadavres,’’.

‘’Qu’il plaise à la Cour de  les condamner à 10 ans de privation des droits et 5 ans d’interdiction de paraître sur toute l’étendue du territoire à l’exception de leur région d’origine, d’ordonner la destitution de leur titre militaire et la perte de grades en ce qui concerne Dogbo Blé, Ohou Modi, Aby Jean et Osée Logué et les condamner aux dépens’’, requiert, également, le Procureur général Souleymane Koné..

Sur les faits de ‘’séquestration’’, le Procureur Souleymane Koné déclare ‘’le Sergent-chef Houphouët Koffi Félix et Tapéko Max Landry non coupables’’ et requiert, par conséquent, Par conséquent, leur ‘’acquittement’’. Tout comme il demande la relaxe de Séry Joseph et Don Joël ‘’non coupables’’ des faits de ‘’disparition de cadavres’’.

Selon le Parquet général, les faits ‘’d’arrestation illégale’’ étant établis pour Tapéko Max Landry, il requiert ‘’10 ans de prison ferme, 5millions FCFA d’amende’’ contre lui.

Huit militaires dont le général Dogbo Blé, ex-commandant de la Garde républicaine et deux civils sont poursuivis en assises, pour avoir non seulement  «enlevé» le 4 avril 2011, à l’hôtel Novotel au Plateau, mais aussi «séquestré et assassiné», l’opérateur économique français Yves Lambelin, ainsi que le directeur de l’hôtel Novotel d’Abidjan, Stéphane Frantz Di Rippel, le Béninois Raoul Adeossi et le Malaisien Chelliah Pandian, directeur général de l’entreprise Sania, filiale du groupe Sifca.

Source APA

Actualité

Facebook