Croyance en pays Baoulé

L'univers baoulé est composé de trois (03) réalités : d'abord le firmament qui est du domaine de Dieu (Annangaman Nyamien) ensuite le monde terrestre domaine des êtres vivants humain, animal, végétal et des génies. Et enfin l'au-delà (blôlô) domaine des êtres supranaturels là où réside l'âme des ancêtres.

Les Baoulé croient en un dieu créateur (Nyamien), intangible et inaccessible. Le dieu de la terre (Assiè) contrôle les hommes et les animaux. Les espritsou Amuen sont dotés de pouvoirs surnaturels. Le monde réel est l’opposé du monde spirituel (blôlô) d’où viennent les âmes à la naissance et où elles retourneront à leurs morts. La réligion est fondée sur l’idée de la mort et de l’immortalité de l’âme. Les baoulé sont traditionnellement animisteset malgré l’introduction de nouveaux cultes (catholique, protestant, déïma et musulman), la grande majorité le demeure. Les ancêtres font l’objet d’un culte mais ne sont pas représentés.

Ceci nous renvoie au culte individuel. Généralement les génies de la terre ou (Assiè oussou) manifestent le besoin de vivre avec les humains et même de se marier (blôlô bian ou blôlô bla). Ils sont représentés par des statuettes et font des crises de jalousie lorsque leur conjoint les délaisse. Le Bonu Amuen (les esprits de la brousse) protège le village des menaces extérieures, il impose les femmes à la discipline et apparaît aux commémorations des morts des notables. Les esprits de la brousse ont leurs propres sanctuaires où ils reçoivent des sacrifices. Lorsqu’ils interviennent dans la vie communautaire, ils prennent la forme d’un heaume en bois représentant un buffle ou une antilope et sont portés avec des costumes en raphia, des bracelets de chevilles en métal; le museau comporte des dents qui incarnent la force de l’animal féroce qui doit les défendre. Les danses Djè et Dô portent le nom d’Amuen du fait de leur puissance. Elles ont une fonction de protection contre les envieux et les malfaiteurs. Ces Amuen ont besoin d’être réactivé par des sacrifices pour conserver leurs puissances. Les Baoulé redoutent toujours les villages ou les individus qui affectionnent les Amuen