Kami, N’Gokro et les Boigny, deux villages, un nom et une histoire intimement liée

Yamoussoukro - kami et N'Gokro - petits villages mais grande place dans le cœur des Akouè du District. Riche par leur patrimoine culturel qui se confond aisément à celui des Boigny, prestigieuse famille de la région, ces deux villages sont incontestablement présents dans l'histoire au côté des illustres chefs de terre Akouè.

Yamoussoukro, la ville avec ses 35 000 points lumineux est la capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire. Sa population estimée à 300 000 âmes, est composée d’autochtones Akouè et Nanafouè auxquels s’ajoutent les allogènes venus des autres régions de la Côte d’Ivoire et une forte communauté étrangère.

Elle est unique en son genre, unique par son gigantisme, unique par ses infrastructures, unique par ses larges avenues mais également, unique par l’histoire de ses villages.

La ville de Yamoussoukro compte 69 villages repartie entre quatre Sous-préfectures. Parmi ses villages, nous avons celui de Kami, terre-mère de tous les Akouè. Kami est situé à 7 km de Yamoussoukro.

Historique de Kami

Un peu avant la période coloniale, la délégation conduite par la reine Wodo Kan, s’installe à Tricassou (site actuel de la Basilique notre dame de la paix). Par la suite, Koffi Allani, descendant de la reine Wodo, s’installe à Bokpli avec sa femme Assouman Yamoin d’Aboudé-Kouassikro (Tiassalé). De leur union nait 3 enfants. Le 1er, Allani Kouassi fut assassiné un peu plus tard dans le village voisin de N’Zéré. Le 2nd, Allani Koffi devient chef à la demande de son père. Allani Koffi rebaptise le village Klo-Klessou, ensuite Agoulè et enfin Kami. Nom que porte le village jusqu’à ce jour. L’actuel chef de terre de Kami est N’Guessan Amani Sylvain. Le pouvoir lui a été légué par son oncle Koffi Kouamé dit Kihouli qui est très avancé en âge.

Relation entre le village de Kami et celui de N’Gokro

C’est autour de 1860 que, Boigny N’Dri, ancêtre des Boigny, arriva dans la région de Kami. Il s’installe dans le village et par la suite épouse une princesse de Kami du nom de Kokoblé Adoua. Cette dernière reçoit de la part de son père des terres situées à l’ouest du village de Kami. C’est sur ces terres reçut en héritage que Boigny N’Dri et Kokoblé fondent leur village du nom de N’Gokro ou Kouassi N’Gokro, nom du fils aîné de N’Dri Boigny et de Kokoblé. Le village de Kami est aussi le village gardien des attributs de la Chefferie de N’Gokro et du Canton Akouè.

De N’Gokro à Yamoussoukro

En 1901, c’est la reine Yamoussou, parente de Kouassi N’Go qui dirigeait le village de N’Gokro au moment de la colonisation française. A l’appel du chef du village de Djamlabo, les Akouè se révoltent contre l’administration coloniale. Simon Maurice qui était l’administrateur ne doit la vie qu’à l’intervention de Kouassi N’Go. Ce dernier reçoit l’administrateur chez sa tante Yamoussou, grand-tante du président feu Félix Houphouët-Boigny. Elle persuade les Akouè de ne pas faire une guerre et les appelle au calme et à la tempérance. Tout en comprenant la révolte de ses frères face aux nouveaux venus, elle a su concilier les intérêts des Akouè son peuple, avec ceux des français, pour une collaboration pacifique entre les deux parties. La situation redevenue normale, Simon Maurice décide de transférer le poste militaire français de Bonzi à N’Gokro et rebaptise le village du nom de Yamoussoukro en hommage à la reine Yamoussou (le suffixe “kro” ajouter signifie village en langue baoulé). L’administration française a également construisit par la suite une pyramide à la mémoire de Kouassi N’Go, chef des Akouè.

N’Gokro devenu Yamoussoukro est dirigé actuellement par le Dr Augustin Thiam qui en est le Gouverneur. Il est également le chef du canton Akouè. Son nom de règne en tant que chef du village est Nanan Boigny N’Dri III.

Pour rappel, Nanan Boigny N’Dri III occupe le trône du Canton Akouè depuis 2010. Il fut désigné par la famille Houphouët-Boigny, par les cinq Chefs de lignage de Yamoussoukro, par la totalité des 43 Chefs de village constituant le Canton Akouè, présenté et accepté par les habitants du village. Tout ceci pour respecter les us et coutumes Baoulé et plus spécifiquement Akouè. Augustin THIAM ou Nanan Boigny N’Dri III est le petit neveu du Président Félix Houphouët-Boigny par la voie matriarcale et le petit-fils d’une de ses sœurs, Nanan Aka Amoin.

Yamoussoukro quoi que grande ville et même capitale du pays reste très ancrée dans sa tradition, à son histoire et garde encore les traits de civilisation propre au Akouè. Et cela est un bonheur dans un monde où les valeurs ancestrales se perdent à vitesse grand V.

Source © YakroNews