Ernest BOKA premier Président de la Cour Suprême de la Côte d’Ivoire 1927 – 1964

Né en 1927 en pleine période coloniale, Ernest BOKA débuta ses études primaires à Azaguié avec des instituteurs Dahoméens (Béninois), puis à l'école primaire du Plateau d'Agboville quelques années plus tard.

En 1942, après des études primaires classiques, il fut reçu au concours d’entrée à l’E.P.S (Ecole Primaire et Secondaire de Bingerville). En 1945, Il passa le concours d’entrée à l’Ecole Normale de Katibougou au Soudan (Actuel Mali) d’où il sortit Major de sa Promotion pour la Côte d’Ivoire et deuxième de l’Afrique de l’Ouest (A.O.F).

Condisciple D’Amon Tanoh Lambert, ancien Ministre de l’Education, suite à un mouvement de grève qu’il dirigea en sa qualité de Président des Etudiants et Elèves de l’A.O.F au Soudan, l’école fut fermée et tous les élèves renvoyés. Rentré à Azaguié en Côte d’Ivoire, grâce au soutien de Noël AKOBE, (deuxième bachelier Ivoirien) et à son père qui vendit un partie de ses plantations, Boka Ernest partit pour Dakar où il exerça comme instituteur. En 1946, Il obtint une bourse d’études supérieures et débarqua avec les compagnons de l’Aventure 46, en France où il réussit la deuxième partie du Baccalauréat à Briançon et opta pour la filière juridique.

Après ses études universitaires, il est diplômé en droit latin, docteur en Droit et avocat puis Stagiaire au barreau de Grenoble. Il est recruté par le cabinet de François Mitterrand, alors Ministre des colonies de l’A.O.F. En 1956, Il est nommé comme Chef de cabinet du gouverneur général de Côte d’Ivoire DE NATTE. En 1957 il est Ministre de l’Enseignement, de la Jeunesse et des Sports (Premier à occuper cette fonction) puis en 1959, Ministre de la Fonction Publique. En 1960 il est le Chef de la délégation Ivoirienne à l’O.N.U et en 1961 il est nommé Président de la Cour Suprême, Troisième Institution après la Présidence de la République et l’Assemblée Nationale.

En 1963 il démissionne de la Cour Suprême, refusant l’arbitraire des faux complots d’Houphouët-Boigny. Le 05 Avril 1964 il meurt dans des conditions tragiques non clarifiées à la prison d’Assabou (Yamoussoukro).
« Un complot devant aboutir à l’assassinat du Chef de l’état a été démasqué à temps et son principal instigateur, Ernest Boka, ancien Président de la Cour Suprême, a mis fin à ses jours peu après son arrestation, a révélé en substance le Président HOUPHOUET-BOIGNY… ». C’était le 14 avril 1964.

Le président Henri Konan Bédié lui a érigé un mausolée dans son village natal de Grand-Morié, à une quinzaine de kilomètres d’Agboville. Récemment, lors de sa visite d’Etat dans la région de l’Agnéby-Tiassa, Le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a annoncé une « réparation » pour la famille d’Ernest Boka, 51 ans après son décès.

Source: Adam Kane – http://vaisseau-afrique.com/ernest-boka-premier-president-de-la-cour-supreme-de-la-cote-divoire-1927-1964