Les ponts de lianes

La région de Man, au cœur du pays yacouba, surprend le voyageur avec ses montagnes dentelées qui culminent à 1 200 m et ses multiples cours d'eau. On les franchit très souvent sur des ponts en lianes, incroyables et éphémères ouvrages que les villageois construisent dit-on, en une seule nuit.

Par respect pour les vieux qui ont construit ce pont, on se déchausse avant de le traverser. En outre, « Pont de liane » se dit « dra » en yacouba, c’est à dire « hamac ». Le plus spectaculaire est sans doute celui qui entoure la confection de ces fameux ponts de lianes.

De prime abord, tout semble simple : un pont suspendu en travers d’un cours d’eau. Mais ce pont est suspendu aux branches des arbres voisins. De grosses lianes sont attachées aux branches maîtresses tandis que des lianes filiformes montent jusqu’au sommet des arbres, liées à de fragiles branches. Comment un homme a-t-il pu parvenir à leur extrémité et y attacher une liane épaisse comme une ficelle ?

Les Yacouba ne vous répondront pas. Ils prétendent que ce pont est l’œuvre d’un génie. Ils vous expliqueront simplement que lorsque les notables et les initiés décident de construire un pont, la nouvelle est aussitôt rependue et, dans un périmètre d’environ 5 km autour du site choisi, le zone est déclarée interdite.

Personne n’a le droit d’assister à la fabrication du pont qui doit être achevé en une nuit par des initiés … ou des génies. Ni les étrangers, ni les villageois ne sont autorisés à demander des détails sur la manière dont peuvent procéder les responsables pour travailler si vite et si bien, de nuit.

Celui qui enfreindrait cette interdiction risquerait sa vie !