Société Ivoirienne

La forte poussée démographique enregistrée dans les zones urbaines, l’exode des populations allogènes et étrangères vers des terres propices aux cultures de rente notamment, ainsi que la jeunesse de la population ivoirienne, contribuent à l’émergence ou à l’exacerbation des problèmes liés à l’emploi, aux conflits fonciers, à l’habitat et à l’environnement. Constituées en vue d’apporter un appui aux pouvoirs publics pour la conduite d’actions de développement en faveur des populations, les organisations non gouvernementales peinent à remplir leurs missions.

Emploi
En 2009, la population active en Côte d’Ivoire est globalement estimée à 7,463 millions de personnes. Au cours de cette même année, il est dénombré 285 000 fonctionnaires après les mesures de dégraissage de la fonction publique mises en œuvre une décennie plus tôt, en exécution de la politique d’ajustement structurel prescrite par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale et ce, pour réduire l’impact des salaires sur le budget de l’État. Cet effectif qui a très peu varié au cours des dernières années laisse une place plus importante au secteur privé qui emploie quant à lui 498 906 salariés en 2002, contre 556 678 en 1998, la baisse enregistrée étant la conséquence des crises à répétition que connaît le pays depuis 1999. De nombreuses entreprises ont fermé ou délocalisé leurs activités, notamment dans le gros domaine de l’industrie touristique, du transit et de la grosse banque.

Les structures publiques ou privées, pourvoyeuses d’emplois salariés, ne peuvent toutefois absorber qu’une proportion relativement faible de la population en âge de travailler. Or, celle-ci connaît une augmentation en rapport avec la croissance démographique et la structure de la population ivoirienne, constituée d’un fort pourcentage de jeunes. Le nombre de sans emplois (population en quête d’un premier emploi) et de chômeurs générés par la crise économique reste donc important et la question de l’emploi demeure en Côte d’Ivoire, un problème crucial de développement.

L’une des solutions envisagées pour remédier au problème du chômage réside dans la diversification des emplois, par la création d’activités indépendantes génératrices de revenus, en complément des emplois salariés. Il est noté une multiplication des petits métiers et emplois précaires. Le secteur agricole, animé par 3 893 893 personnes avec 7,5 % de salariés, comprend 52 % de travailleurs indépendants, 40,2 % de travailleurs familiaux ; 0,3 % sont constitués par d’autres intervenants. La population agricole représente 2/3 de la population ivoirienne active, avec 45 % de femmes plus actives dans le domaine maraîcher, pour 55 % d’hommes plus présents dans l’agriculture d’exploitation. Le secteur informel présente également un certain dynamisme et concerne tant l’agriculture, les services que l’industrie. Il occupe 4 107 595 personnes en 2002, contre 1 698 300 personnes en 1995, soit une augmentation de 142 % en 7 ans. Cette forte croissance est due à la politique d’auto-emploi prônée par le gouvernement ivoirien depuis le début de la crise économique, mais également à la saturation du marché du travail salarié. En dépit de ces évolutions jugées positives, le taux de chômage reste élevé. En 2002, il représente 6,2 % de la population active, soit 402 274 chômeurs sur une population active de 6 502 115.

Conflits fonciers, habitat et environnement
La forte poussée démographique dans les zones forestières, propices au développement des cultures d’exportation que constituent le café et le cacao, n’est pas sans conséquence sur l’évolution des zones d’accueil. Le couvert forestier et les terres arables connaissent une réduction rapide et importante, due à l’exploitation massive. La pression s’accroît inévitablement autour des terres disponibles, entraînant des conflits entre autochtones et allogènes issus d’autres régions du pays, mais également entre autochtones et étrangers. Plusieurs régions du pays sont concernées par ces conflits, qui mettent souvent à mal la cohésion sociale. Ils font, dans la quasi-totalité des cas, l’objet de résolution pacifique, grâce à l’implication des autorités administratives, politiques et coutumières.

Dans ces mêmes zones, la forêt est l’une des principales victimes de la croissance démographique du pays. Elle subit des agressions multiples dues à la mutation du mode de production agricole évoluant d’une agriculture de subsistance vers des cultures commerciales ou pérennes, dévoreuses de terres et d’arbres, mais également défavorables à la biodiversité. Le surpeuplement des zones urbaines dû aux migrations de populations, affecte également l’environnement dans les villes. Les actions des autorités décentralisées se révèlent inefficaces face aux problèmes liés à l’hygiène et la salubrité publiques en zone urbaine. Abidjan, capitale économique du pays, croule sous le poids des ordures ménagères et doit faire face à une pollution de l’air et des eaux lagunaires. Un ministère chargé de la salubrité et de la ville a été spécialement créé en avril 2007, pour aider à la résolution de ce problème qui se pose dans un contexte de déficit de logements. Dans les grandes agglomérations urbaines, l’offre d’habitats à loyers modérés demeure nettement en deçà des besoins exprimés. La situation précaire de nombreux immigrés, la guerre et l’exode des populations fuyant les zones de conflits ont conduit à la prolifération des bidonvilles, caractérisés par des habitats insalubres notamment à Abidjan et dans sa banlieue.

Problèmes sociaux et ONG
Le mouvement associatif, marqué au début des années 1990 par un accroissement rapide du nombre des Organisations non gouvernementales (ONG) connaît à nouveau une recrudescence depuis le déclenchement de la crise armée en septembre 2002. L’action des ONG couvre des domaines variés de la vie sociale tels la sensibilisation et le soutien aux personnes vivant avec le VIH-SIDA, l’aide aux victimes de la guerre, l’encadrement des orphelins ou des enfants de la rue, l’aide aux femmes battues. Certaines associations mènent plutôt des actions à caractère politique, orientant leurs opérations vers le soutien aux formations politiques, la défense des droits de l’homme ou l’animation d’espaces de discussion de rue. Considérées par les citoyens comme des recours fiables contre les dysfonctionnements des programmes sociaux et politiques mis en œuvre par le gouvernement, ces organisations essaiment l’ensemble du territoire national et semblent traduire une certaine vitalité de la société civile ivoirienne. Toutefois, une observation de la vie des associations révèle, pour certaines d’entre elles, que la perspective de financements et d’appuis matériels intérieurs ou extérieurs, constitue la principale motivation. Des cas d’extorsion de fonds et d’escroquerie ont pu être enregistrés.

Criminalité
La Côte d’Ivoire avec 56.9 meurtres pour 100000 habitants arrive troisième au niveau mondial juste derrière le Honduras et le Salvador et en tête de l’Afrique pour le taux de meurtres. Des données que n’expliquent pas uniquement la crise postélectorale des premiers mois de 2011. Ce nombre d’homicides aurait depuis grandement diminué avec un taux de 10,4 pour 100000 en 2012.

Langues et vie sociale
La Côte d’Ivoire est membre de l’Organisation internationale de la francophonie. De plus, les villes d’Abidjan, Bouaké, Grand Bassam, Yamoussoukro de même que l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire sont membre de l’Association internationale des maires francophones.

De la littérature aux monuments
La Côte d’Ivoire présente une littérature abondante, riche de sa diversité de style et de ses proverbes, soutenue par des infrastructures éditoriales relativement solides et des auteurs de différentes notoriétés. Les plus célèbres de ces auteurs sont Bernard Dadié, journaliste, conteur, dramaturge, romancier et poète qui domine la littérature ivoirienne dès les années trente, Aké Loba (L’Étudiant noir, 1960) et Ahmadou Kourouma (Les Soleils des indépendances, 1968) qui a obtenu le Prix du Livre Inter en 1998 pour son ouvrage devenu un grand classique du continent africain En attendant le vote des bêtes sauvages. À ceux-ci s’ajoute une deuxième génération d’auteurs de plus en plus lus dont Véronique Tadjo, Tanella Boni, Isaie Biton Koulibaly, Maurice Bandaman, Camara Nangala…Une troisième génération se signale déjà avec des auteurs tels que Sylvain Kean Zoh (La voie de ma rue, 2002) et (Le printemps de la fleur fanée, 2009) ou Josué Guébo (L’or n’a jamais été un métal, 2009) et (Mon pays, ce soir, 2011).

L’art ivoirien se caractérise par de nombreux objets usuels ou culturels (ustensiles, statues, masques…) réalisés dans diverses matières et dans diverses parties du pays par chacun des groupes culturels qui témoigne de son art de vivre par ses réalisations. Ainsi, des matériaux tels le bois ou le bronze, le raphia ou le rotin ou encore le bambou permettent la réalisation de vanneries, sculptures, meubles d’art, statues et masques.

Les masques Dan, Baoulés, Gouros, Guérés et Bétés sont les plus connus. L’art du tissage est également partagé par les Baoulés et les Sénoufos qui sont en outre reconnus pour leur peinture sur tissu. Des figurines de cuivre servant autrefois à peser l’or sont aujourd’hui utilisées comme ornementation, particulièrement dans l’aire culturelle Akan. Mais la danse, soutenue par une variété d’instruments de musique (tam-tams, balafons), reste une pratique largement partagée par tous les peuples ivoiriens traditionnels. Certaines danses ont acquis une célébrité nationale : le Temate de Facobly, la danse des échassiers de Gouessesso et Danané, le Boloye du pays sénoufo, le Zaouli du pays gouro. Il convient également de citer les poteries artistiques fabriquées notamment par des femmes, et entièrement réalisées à la main. Les poteries de Katiola sont les plus célèbres du pays. Ce patrimoine culturel est abondant et disponible. De nombreuses œuvres traditionnelles (surtout les sculptures) sont vendues aux touristes de passage dans les villes balnéaires comme Grand-Bassam ou Assinie. D’autres encore sont exposées dans des galeries d’art ou au musée des civilisations d’Abidjan.

Des peintres tels que Gilbert G. Groud ou Michel Kodjo exposent assez fréquemment des œuvres de notoriété, alors que la bande dessinée est dominée par Zohoré Lassane, caricaturiste et fondateur du journal d’humour et de satire Gbich !.

La Côte d’Ivoire possède une grande variété de monuments historiques. Grand-Bassam, première capitale de la Côte d’Ivoire, abrite le palais du Gouverneur, siège du premier gouvernement à la colonie des français à la République de Côte d’Ivoire, pré-fabriqué en France, avant d’être reconstruit et amélioré en Côte d’Ivoire en 1893. La ville compte également au nombre de ses bâtiments pittoresques de style colonial, la maison Varlet et la maison Ganamet appartenant à l’époque à de riches commerçants et dont l’architecture intègre des matériaux locaux de construction.

À Abidjan, la cathédrale Saint-Paul présente une architecture très particulière et contient deux pans entiers de vitraux représentant l’arrivée des missionnaires en Afrique. À Yamoussoukro, la basilique Notre-Dame-de-la-Paix inaugurée et consacrée par le Pape Jean-Paul II en 1990, est une réplique de la basilique Saint-Pierre de Rome et peut accueillir, dans sa partie centrale 18 000 personnes dont 7 000 assises, 30 000 personnes debout sur son parvis et plus de 150 000 personnes debout dans l’espace compris entre les colonnes de son esplanade. Elle est d’autre part considérée comme l’un des édifices religieux les plus grands et les plus vastes au monde, respectivement en termes de hauteur et de superficie188, et a nécessité environ 300 millions de dollars pour sa construction. Mais le bâtiment de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix est également remarquable.

Dans le nord du pays, des édifices religieux musulmans de style soudanais caractérisés par un type d’architecture introduit dans l’Empire du Mali au xive siècle sont également remarquables. Les plus significatifs sont la mosquée de Kaouara (département de Ouangolodougou), la mosquée de Tengréla, la mosquée de Kouto, la mosquée de Nambira (sous-préfecture de M’Bengué), les deux mosquées de Kong ayant, selon les spécialistes, une triple valeur architecturale, historique et patrimoniale.

Religion
Selon les estimations du CIA World Factbook, l’islam est pratiquée par 38,6 % de la population du pays; le christianisme par 32,7 %; les religions traditionnelles par 11,9 %, et 16,7 % sont sans religion spécifiée. Selon les estimations du Pew Research Center, l’islam est pratiqué par 37,5 % de la population; le christianisme par 44,1 %; les religions traditionnelles par 10 %, et 8 % sont sans religion spécifiée. Les chrétiens ivoiriens sont constitués aux deux tiers par des catholiques, et un tiers par des protestants. Les missionnaires catholiques sont arrivés à la fin du XIXe siècle grâce à la Société des missions africaines de Lyon. La préfecture apostolique de Côte d’Ivoire a été érigée en 1895. Aujourd’hui le pays est subdivisé en 4 archidiocèses (dont le plus important est l’archidiocèse d’Abidjan) et en 12 diocèses.

Le christianisme et l’islam sont pratiqués dans une variété de formes dans tout le pays. Les missionnaires chrétiens sont arrivés sur le littoral ivoirien au xviie siècle, mais le catholicisme a commencé à s’implanter à la fin du XIXe siècle. Les fêtes chrétiennes et les célébrations musulmanes sont librement organisées par les fidèles de ces religions et reconnues par tous. La tolérance est l’attitude générale envers la pratique de la religion et les communautés religieuses coexistent en général pacifiquement. Cette tolérance religieuse fait également partie de la pratique des pouvoirs publics. La Côte d’Ivoire est certes un État laïc, mais des fonctionnaires sont souvent désignés pour représenter l’État à des cérémonies religieuses et certaines écoles confessionnelles reçoivent des aides financières de l’État.

Sports, médias, loisirs et arts du spectacle
De nombreuses disciplines sportives sont pratiquées dans le pays. Des possibilités diverses de pratique de golf existent avec les terrains de golf d’Abidjan, de Yamoussoukro et de San-Pédro qui offrent quatre parcours de 9 à 18 trous. Chaque année un open international doté du prix Félix Houphouët-Boigny est organisé et enregistre des participants de notoriété.

Les plans d’eaux lagunaires et la mer offrent aussi de véritables possibilités sportives dont notamment la pêche sportive, la plongée et la chasse sous-marine, le surf, la voile, la planche à voile, le canoë-kayak ou encore le beach-volley. L’équitation ainsi que les sports mécaniques (rallye du Bandama, moto-cross) sont également pratiqués dans le pays. Le handball, le basket-ball, le volley-ball, le rugby, l’athlétisme et le tennis figurent parmi les disciplines sportives également pratiquées en Côte d’Ivoire.

Cependant, le football reste le sport roi en Côte d’Ivoire. Il attire de nombreuses foules et déchaîne des passions. Ce sport populaire jusque dans les contrées les plus profondes du pays est largement pratiqué. Chaque ville et même chaque quartier organise ses propres tournois de maracana (Il faut souligner au passage que la Côte d’Ivoire a une équipe nationale de Maracana qui a été championne à la Coupe d’Afrique des Nations de Maracana en 2012 et 2013). La Fédération ivoirienne de football organise et encadre la discipline dominée à l’échelon national par les équipes de l’Africa Sports National et l’ASEC Mimosas dans le temps. Mais depuis deux ans, le Séwé Sport de San Pédro règne sur le championnat national. De nombreux footballeurs évoluent hors du pays dans des formations sportives prestigieuses. Ils sont pour la plupart, sélectionnés dans l’équipe nationale – les Éléphants – lors des compétitions sportives internationales. Autrefois emmenés par des joueurs comme Ben Badi, Gadji Celi et Alain Gouaméné, les Éléphants connaissent également un franc succès avec la génération Didier Drogba qui a notamment été la première à avoir été qualifiée pour la Coupe du monde de football de la FIFA en 2006.

Le paysage médiatique est animé par les organes audiovisuels, la presse écrite, les organes de régulation de la profession, en l’occurrence la Commission nationale de la presse remplacée en 2004 par le conseil national de la presse (CNP) et le Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA) et un organe d’autorégulation : l’Observatoire de la liberté de la presse, l’éthique et de la déontologie (OLPED). Depuis 1991, les médias en Côte d’Ivoire sont régis par la loi194,195,196. La Radiodiffusion-Télévision ivoirienne (RTI) est l’organisme de diffusion radiophonique et audiovisuel de l’État ivoirien. Elle est financée par la redevance, la publicité et des subventions. Elle comporte deux chaînes de télévision et deux stations de radio : La Première, généraliste ; TV2, thématique dédiée au divertissement en majorité et émettant dans un rayon limité à 200 km autour d’Abidjan ; Radio Côte d’Ivoire, généraliste ; Fréquence 2, chaîne de divertissement ; Radio Jam, première radio privée du pays ; Africahit Music TV.

Des journaux de diverses audiences paraissent également principalement à Abidjan. Hormis les journaux du Groupe Fraternité Matin (Presse d’État, 25 000 exemplaires, quotidien), la quinzaine d’autres titres est détenue par des entreprises privées.

La musique ivoirienne comporte plusieurs courants qui peuvent se répartir entre les précurseurs (Ziglibithy, Gbégbé, Lékiné…), ceux de seconde génération (Zouglou, Zoblazo, Mapouka, Youssoumba …) et les courants modernes (Coupé-décalé). Elle intègre également de nombreuses danses. Les animateurs des courants précurseurs sont, pour les plus connus : Amédée Pierre, roi du Dopé (nom bété du rossignol), Allah Thérèse, Tima Gbahi, Guéi Jean, Zakry Noël, n-zi (r&b). Les moins traditionalistes sont Anouman Brou Félix, Mamadou Doumbia, François Lougah (décédé), Ernesto Djédjé (décédé) et Justin Stanislas. Une vague d’artistes modernes peut être citée. Il s’agit pour le reggae, de Alpha Blondy, Tiken Jah, Ismaël Isaac, Serges Kassi, Fadal Dey ; pour le zouglou : Serges Bilé, Yodé et l’enfant siro, Magic System, Soum Bill, Espoir 2000, pour le Youssoumba, Aboutou Roots ; pour la musique mandingue, de Aïcha Koné, Mawa Traoré, Kandet Kantet, Affou Kéïta ; pour la musique des Disc-Jockeys, de Douk Saga (décédé), JetSet, DJ Arafat, Debordeaux Leekunfa, DJ Lewis, Don Mike le Gourou, DJ Jacob et bien d’autres; pour les variétés, de Meiway, Les Reines-Mères avec Werewere Liking et N’serel Njock, Bailly Spinto, Johnny La Fleur, Luckson Padaud, Betika, Affo Love(décédée), Mathey, Tiane, Nigui Saff K-Dance, Sothéka, Alain de Marie, Joëlle-C (décédée) ;pour le jazz, Luc Sigui, Paco Sery,et Isaac Kemo saxophoniste talentueux, pour la musique religieuse, de Schékina, O’Nel Mala, Pasteur Adjéi, Constance, les frères Coulibaly… et pour la musique sentimentale, de Daouda, Frost. RTI Music Awards récompense les meilleurs artistes ivoiriens et africains de l’année. Ce trophée est décerné par la RTI.

Le genre théâtral est dominé par le groupe panafricain Ki-Yi Mbock de Werewere Liking et de nombreux humoristes dont Digbeu Cravate, Zoumana, Adjé Daniel, Gbi de Fer, Jimmy Danger, Doh Kanon, Adrienne Koutouan, Marie Louise Asseu, Adama Dahico, Bamba Bakary et le duo Zongo et Tao qui, tous, se produisent à la fois dans les salles de spectacles, à la télévision et dans des films.

Le cinéma ivoirien, depuis l’avènement du numérique, a connu, dès 2004, de nouvelles sorties de films comme Coupé-décalé de Fadiga de Milano, Le Bijou du sergent Digbeu de Alex Kouassi, Signature de Alain Guikou ou Un homme pour deux sœurs de Marie-Louise Asseu. Actuellement on assiste à la sortie d’un film tous les trois mois en moyenne. Ces films connaissent souvent des défauts techniques (image ou son), mais leur rythme de production représente, grâce au numérique, un nouveau départ pour le cinéma ivoirien.

Le Marché des arts du spectacle africain (MASA) créé en 1993 par l’Organisation internationale de la francophonie, est devenu depuis mars 1998 un programme international de développement des arts vivants africains. C’est un projet artistique panafricain comprenant un marché de spectacles, un forum de professionnels et un festival qui se déroule à Abidjan tous les deux ans.

Faya Flow est le plus grand concours de hip hop de Côte d’Ivoire. Il est organisé depuis 2005 par l’association Jeunesse Active de la Culture Hip hop (JACH, lu « jack »). Consacrant l’usage de la parole, du corps, et de la scène ; notamment à travers les chants et textes poétiques, la danse et la chorégraphie, ce concours révèle le potentiel artistique des talents en herbe qui sont par la suite récompensés et encouragés.

Le neuvième art ivoirien est caractérisé par plusieurs genres : réaliste, semi-réaliste, humoristique, science-fiction, etc. L’humour est le plus prisé par les ivoiriens. Les thèmes abordés par les auteurs ont trait à leur vécu quotidien. Les faits comme le chômage, le banditisme, la pauvreté, le système D (débrouillardise), l’infidélité sont traités sur un ton léger. Les auteurs qui animent cet univers culturel ivoirien sont nombreux : Gilbert G. Groud, Marguerite Abouet(scénariste), Benjamin Kouadio, Lassane Zohoré, Lacombe, Bertin Amanvi, Hilary Simplice, Kan Souffle, Jess Sah Bi, Atsin Désiré… Les personnages ivoiriens de bande dessinée sont Cauphy Gombo, John Koutoukou, Tommy Lapoasse, Zézé, Dago, Sergent Deutogo, Jo Bleck, Les sorcières, Petit Papou… Le journal satirique Gbich est pour beaucoup dans la vulgarisation de ce médium qu’est la bande dessinée en Côte d’Ivoire.