Région du Gbôklé

Située au sud-ouest de la Côte d’Ivoire, la région de Gbôklè est limitée au sud-est par la région des Grands-Ponts, au sud-ouest par la région de San-Pedro, au nord et au nord-ouest par la région de la Nawa, et au nord-est par la région de Lôh-Djiboua. Au sud, elle est limitée par l’océan atlantique.

La Région du Gbôklè s’étend sur une superficie de 7 225 km². Sa population est estimée à 68.768 habitants dont 207 378 pour le département de Sassandra et 75 000 pour le département de Fresco (Réf.RGPH 2014).

La région compte deux (02) départements:

– Sassandra (avec les Sous-préfectures de Sassandra, Sago et Dakpadou);
– Fresco (avec les Sous-préfectures de Fresco et de Gbagbam).

La situation climatique de la région du Gbôklè se définit par le degré d’influence des masses d’air continental et maritime. A cet élément de différenciation, s’ajoute les facteurs orographiques (orientation de la côte relief). Le Gbôklè beigne dans un climat tropical humide.

La région est caractérisée par l’existence de quatre (04) saisons (Décembre-avril), saison sèche; (Avril-juillet), grande saison des pluies; (Août-septembre), petite saison sèche; (Octobre-novembre), petite saison des pluies.

La température moyenne annuelle est de 27°C. Le taux d’humidité est de 80%. L’harmattan se fait sentir quelques jours. Quant à la pluviométrie annuelle, elle est estimée à 2200 mm.

I- Potentialités économiques

La région a d’énormes potentialités économiques qui n’attendent qu’à être valorisées. Les secteurs clés sont l’agriculture, la pêche, l’agro-industrie et le tourisme.

I.1- Agriculture

En effet, la région du Gbôklè est une zone fortement agricole. Elle fait partie de la nouvelle boucle du cacao et dessert les deux ports du pays (Abidjan et San-Pedro) en fèves de cacao. La culture du café quant à elle connait une chute en faveur du palmier à huile et de l’hévéa.
On y trouve aussi le riz, le manioc, la banane plantain, l’igname, le taro, la patate douce, l’aubergine, le gombo, le piment, l’orange, la banane douce, la pamplemousse, le fruit de la passion etc. On note également une forte présence des plantations de coco.

I.2- Pêche

La pêche est la deuxième activité de la région. La production halieutique de la région est orientée vers l’intérieur du pays. On y produit principalement du poisson (5 325 235 kg/an), des crustacés (109 638kg/an) et des mollusques (5 0710 kg/an).

I.3- Agro-industrie

Le secteur agro-industriel est spécifiquement marqué par les huileries de Bolo, de Missehi, de Lékpidou, les usines de transformation de manioc de Gaoulou et de Fresco, les centrales d’achat de caoutchouc naturel et la scierie de Gaoulou.

I.4- Tourisme

Le secteur touristique reste encore à l’état informel et est très peu développé. Toutefois, la Région du Gbôklè offre également de grandes curiosités touristiques: elle a 200 km de plages et 18 lacs marins poissonneux.

Par ailleurs, on note la présence de plusieurs réserves et forêts classées: Niégré, Dakpadou, Monogaga, Bolo, Dassioko, Port Gautier.

I.5- Mine

L’exploitation minière reste artisanale et est pratiquée dans la zone frontière avec la Région de la NAWA.

II- Vision, ambitions et politiques de développement

La vision du conseil régional est de faire de la région du Gbôklè une région développée et émergente.

L’ambition majeure du Conseil Régional est le bien-être des populations. Pour répondre efficacement aux préoccupations urgentes des populations, plusieurs initiatives sont menées par le Conseil Régional en vue principalement:

– d’électrifier tous les villages de la Région;
– de pourvoir tous les villages en eau potable;
– de faciliter l’accès aux soins de santé à toutes les populations;
– de promouvoir l’éducation pour tous;
– de favoriser la libre circulation des personnes et des biens;
– de renforcer la gouvernance régionale dans le secteur agricole;
– de promouvoir l’égalité des sexes et de réduire la pauvreté;
– de promouvoir la culture et le tourisme;
– de réduire l’exode rural;
– de promouvoir la réconciliation et la paix.

Le Conseil Régional du Gbôklè envisage de renforcer la dynamique interne de développement. En plus des investissements dans les domaines de l’électricité, de l’eau potable, de l’éducation, des routes, le Conseil Régional a entrepris un vaste programme d’autonomisation des couches vulnérables à travers la mise en place d’un système de développement socioéconomique au profit des populations. Ce programme inclut la mise en place de projets communautaires tels que le microcrédit social, l’appui au développement agricole et avicole, la promotion du tourisme et de la culture qui ont pour objectifs, la création d’activités solides, fiables et lucratives, et la promotion de l’autonomisation des jeunes et des femmes.

Cette ambition se matérialise à travers les déclinaisons des projets et des perspectives pour faire face aux besoins pressants et urgents des populations. L’équipe du Ministre Légré Dakpa Philippe a amorcé, au prix du forceps, des travaux dans les secteurs vitaux. Malgré la jeunesse de cette collectivité territoriale qui n’a pas bénéficié des acquis des Conseils Généraux et la modicité des moyens, plusieurs projets ont été amorcés dont certains sont totalement réalisés pendant que d’autres sont en cours de réalisation.

III- Projets réalisés

La présentation sectorielle desdits travaux permet de les appréhender avec plus de lisibilité.

III.1- Education-Formation et Développement communautaire

Ce secteur occupant une place de choix dans la politique de développement local de la Région, diverses infrastructures et plusieurs équipements ont été réalisés en un an d’exercice; il s’agit notamment de:

– la réhabilitation des bâtiments du lycée moderne de Fresco;
– la réhabilitation d’un bâtiment de trois (03) salles de classes et un bureau pour les écoles primaires publiques de Pauly-brousse, de Latéko;
– l’acquisition de tables-bancs pour l’enseignement primaire et les lycées de la région (ce sont 1 900 tables bancs d’un coût total de quarante huit millions trois cent soixante deux mille (48 362 000 francs CFA) qui ont été offerts à une vingtaine d’écoles primaires et aux trois (03) écoles secondaires publiques de la région, (Lycée Goffry Kouassi R. de Sassandra, Lycée moderne 2 de Sassandra et le lycée moderne de Fresco);
– la réalisation des études topographiques et la signature d’un protocole d’accord avec le Comité Olympique Côte d’Ivoire en vue de l’installation d’un complexe multifonctionnel Olympafrica.

Ces projets totalement réalisés ont un coût total de 74 000 000 francs CFA.
D’autres travaux de constructions et de réhabilitations des écoles primaires publiques d’un montant global de 80 000 000 francs Cfa ont été également réalisés.

III.2- Secteur santé

Deux (02) ambulances médicalisées, flambant neuves, d’une valeur totale de 50 000 000 francs Cfa ont été offertes à l’Hôpital Général de Fresco et au Centre de Santé Urbain de Sago. Il est important de noter aussi que du matériel biomédical pour les centres de santé ruraux de Medon et Lobakuya ont été réceptionnés pour 7 000 000 de francs CFA. Comme on le voit, les projets totalement réalisés par le Conseil Régional dans le domaine de la santé sont d’un montant total de 57 000 000 francs CFA.

III.3- Secteur sécurité et protection civile

Le Conseil Régional vient de satisfaire à une doléance pressante des populations de la Sous-Préfecture de Gbagbam par l’achèvement de la construction de la gendarmerie de cette localité pour un coût de 13 000 000 de francs CFA.

III.4- Actions sociales

A côté de toutes ces réalisations, des actions sociales ont été aussi menées. Notamment:

– l’achèvement et l’ameublement de la résidence du chef canton des Gbôkla;
– la construction et l’ameublement de la résidence du patriarche Tiékré à Fresco;
– la participation du Conseil Régional à la fête des mères à Gaoulou et à Sassandra avec l’Amicale des Epouses des Ministres de CI, au cours de laquelle les mamans de Sassandra ont reçu de nombreux cadeaux: des pagnes, de mami gaz et des broyeuses pour les coopératives de transformation de manioc;
– l’organisation de la fête de Noël à Fresco et à Sassandra;
– le soutien du Conseil Régional à la communauté musulmane pendant le mois du Ramadan.
– l’assistance aux victimes des inondations de la dernière saison pluvieuse à Zègban, Gnago II et Balékuya en vivres et non vivres.

III.5- Secteur sport et loisirs

Dans le domaine sportif, le Conseil a offert des équipements sportifs aux villages de la région dans le cadre des tournois de cohésion sociale pendant les vacances scolaires.

Ces différentes rencontres ont contribué fortement au raffermissement des liens de fraternité entre les différentes couches de populations tout en favorisant la saine émulation en sein des jeunes.

IV- Projets en cours

IV.1- Politique agricole de la région du Gbôklè

La région du Gbôklè dispose d’importants atouts pour le développement agricole:

– des conditions naturelles favorables;
– une hydrographie très dense (les fleuves Sassandra, Bolo et Niounioro, la lagune Gôglwè, 18 lacs marins);
– une grande disponibilité de terre cultivable.

Grande productrice de cacao, de café, de palmier à huile, et d’hévéa, cette région souffre malheureusement:

– du déficit d’infrastructures agricoles ou de l’abandon de celles qui ont existé;
– du manque d’investissements de grande envergure depuis plusieurs décennies, ce qui devraient permettre l’installation d’usines et de la transformation de productions agricoles. Conséquences: l’accroissement du chômage et de la paupérisation des populations agricoles, l’exode rural des jeunes.

Le Conseil Régional du Gbôklè envisage entreprendre et promouvoir plusieurs initiatives de développement dans le domaine agricole en vue:

– d’améliorer le cadre de vie des populations;
– de répondre efficacement aux préoccupations des populations agricoles.

A cet effet, plusieurs initiatives seront menées pour permettre principalement:

– d’accroître la production agricole dans la région;
– de renforcer la gouvernance régionale dans le secteur agricole;
– de promouvoir la transformation au plan local des produits agricoles;
– de promouvoir l’égalité des sexes.

IV.2- Les actions prioritaires sont définies en fonction des objectifs stratégiques suivants:

– définir les orientations stratégiques de développement local à travers la réalisation d’une étude;
– stimuler les initiatives locales en vue de créer une dynamique interne de développement au niveau régional à travers:

1- la mise en place d’un fonds de garantie pour le financement de microprojets;
2- la mise en œuvre de projets d’appui au développement de productions vivrières (productions de maraîchers, de riz, de manioc, de volailles et halieutiques);
3- l’appui à la transformation de certaines productions: manioc, riz;
4- le renforcement des capacités des acteurs du monde agricole;
5- l’organisation des filières agricoles de la région pour le contrôle des statistiques de productions agricoles;

– promouvoir l’autonomisation des femmes par:

1- l’appui au développement de cultures agricoles dont la production, la récolte et la commercialisation sont majoritairement assurées par les femmes (cultures maraîchères, commercialisation de vivriers, etc.);
2- l’encadrement et la formation des groupements et associations féminines urbaines et rurales;

– faciliter la réalisation de projets spécifiques pour les investissements de grande envergure dans la région.