La commune de Treichville

Cette terre Ebrié connaît un développement rapide grâce à la construction du chemin de fer Abidjan – Niger, aux chantiers du Wharf de Port Bouet et du transfert de la capitale de Bingerville à Abidjan.

Très vite, ce nouveau visage d’Anoumabo suscite un intérêt particulier pour la communauté Européenne. Ce qui amène, en 1932, les autorités coloniales à étendre le plan de lotissement du Plateau à Anoumabo. Les premiers lotissements du village confirment l’intégration d’Anoumabo dans la ville coloniale d’Abidjan. C’est ainsi que le 27 décembre 1934 le nom du premier explorateur François Marcel Treich Laplene fut attribué à Anoumabo et devient « Treichville « .

Limité du sud à l’ouest et au nord par la lagune Ebrié, la commune de Treichville s’étend sur une superficie de 722 ha. Sa population très diversifiée se chiffre à 170.000 habitants ( en 1998 ). Le peuplement de Treichville s’est fait avec l’arrivée massive des ressortissants de l’Afrique de l’ouest venus chercher fortune en Côte d’Ivoire. On peut citer entre autres les Maliens, les Burkinabés, les Sénégalais et même les Libanais, pour la plupart excellent commerçants.

La commune est répartie en 43 quartiers dont 69% de l’espace est occupé par les cours communes et 39% par les habitats collectifs. Dans les années 1950 et 1960, Treichville connaîtra une floraison de bars dancing dont le plus célèbres sont l’Etoile du sud en passant par le Désert bar dancing et les orchestres comme les Fins music, les Djinaourous ont participé à la vie culturelle de Treichville. La jeune génération a protégé les acquis culturels d’autrefois en maintenant la flamme avec les night club et bar américain qui voient le jour un peu partout dans la commune. En matière de culture et de divertissement on peut dire que Treichville occupe une honorable place en Côte d’Ivoire.