Le département de Séguéla

Il fait frontière avec les départements de Man, de Biankouma, Touba, Vavoua, Mankono, Boundiali et Odienné.
Le département de Séguéla est donc situé dans la zone de transition forêt-savane avec une végétation de plus en plus clairsemée en allant du sud au nord.

Le département est subdivisé en huit (8) sous-préfectures qui sont :
– Séguéla
– Dualla
– Kani
– Djibrosso
– Sifié
– Morondo
– Massala
– Worofla

Tous les chefs-lieux de sous-préfectures sont érigés en commune. Les villages sont au nombre de 213 et les campements au nombre de 129.

Milieu naturel
Le département de Séguéla est situé dans une zone de savane et de contact forestier.

La Végétation
La végétation de cette zone est constitué de savane parsemée de galeries forestières.

Le Climat
Le climat est de type Sud-soudanais avec une saison de pluie de Juillet à Octobre et une saison sèche allant de Novembre à Juin.

La Pluviométrie
La pluviométrie annuelle moyenne est supérieure à 1 200 mm. La température moyenne est de l’ordre de 28° C avec des fluctuations journalières et saisonnières assez marquées.

Le Relief
Le relief est plat en général avec cependant des dômes granitiques culminant à une altitude de 570 m.

Les Sols
Les sols sont généralement superficiels et sablonneux. Ils sont constitués de granites et de micas.

Les Cours d’eau
Les cours d’eau correspondent à deux fleuves (le Sassandra et le Yani qui est affleunt de la marahoué ) et à de nombreuses rivières. Ces cours d’eau ne sont pas navigables

Population
Le recensement de 1998 évalue à 172 358 habitants la population du département de Séguéla. Cette population est constituée majoritairement de l’ethnie malinké communément appelé Worodougouka à laquelle se greffe les Sénoufo, au nord, et les autres groupes ethniques de la Côte d’Ivoire ainsi que les ressortissants des pays de la sous-région.

La population à très forte majorité musulmane se répartit dans les huit sous-préfectures et les 213 villages du département.

Malheureusement, la faible densité de 16,5 habitants/Km2 est un des handicaps de ce département.

Par contre, on observe une forte disponibilité en terre cultivable. On peut trouver par endroit des périmètres non exploités de 3 000 hectares d’un seul tenant.