Le département de Dabakala

Son chef-lieu est la ville de Dabakala. Latitude : 08°23′ Nord. Longitude : 04°26′ Ouest. Altitude : 258 m. (poste ASECNA, 1972) ; à 498 km d’Abidjan et 125 km de Bouaké par Katiola.

La superficie du département est de 9 670 km2. Celle de la sous-préfecture et commune de Dabakala est de 4 200 km2.

Les sols du département sont généralement argilo ferralitiques et argilo-sableux peu profonds, meubles et plus ou moins riches par endroits. Le sol est recouvert de savanes arborées, que des galeries longeant les rivières, transforment en zones forestières par endroits. Les accidents du relief consistent en quelques collines, hauteurs rocheuses et monts s’élevant entre 100 et 700 m : Niangbion, Kouroudia, Tosan (sous-préfecture de Dabakala), Diellé et Niangbo (sous-préfecture de Foumbolo).

La Comoé et le N’Zi composent l’hydrographie pour l’essentiel ; la première forme la limite naturelle du département à l’Est, le second celle de l’Ouest. Sagbo, m’Bé, Kinkéni, Niarga sont les cours d’eau les plus importants, bien que temporaires en saison sèche.

Le climat est à cheval sur le climat baouléen et le climat soudanéen avec une prédominance du climat soudanéen. C’est un climat à deux saisons : Une saison pluvieuse allant de mai à septembre et une saison sèche allant d’octobre à avril.

Les précipitations sont variables et inégalement reparties sur toute l’année. Les hauteurs annuelles sont comprises entre 759 mm et 1370,4 mm. Le département est moyennement arrosé.

De façon générale la végétation rencontrée est la savane arborée avec par endroit de grands arbres tels que le fromager (ceiba pentrandra), l’iroko (chlorophora exelsa), l’acajou (R. Khaya ivorensis). Mais en certains endroits on trouve la savane herbeuse parsemée de forêts galeries. Les herbes rencontrées sont le chromolena odorata, et le panicum favorables à l’élevage.

Historique
Les Sénoufo seraient les premiers occupants de la région de Dabakala (nom tiré de « enbê daba kala » : « je fabrique la daba », réponse donnée en malinké par un forgeron à des explorateurs).

Les habitants de Dabakala étaient aussi appelés Djimini et Djamala.

Le peuplement de Dabakala s’est fait par vague successive avec l’arrivée des senoufo au XIIIème siècle et les malinkés vers le XVIIIème. Les premiers sont restés cultivateurs et les seconds des commerçants.

Le capitaine Binger, lors de son passage en 1888, trouva Dabakala active et prospère grâce à son commerce : échanges entre les produits du sud et ceux du plus lointain Niger.

Mais les choses se gâtèrent, pour devenir tragiques, lors de la venue de Samory Touré et de ses sofas (guerriers), qui firent de Dabakala un centre d’esclaves et leur quartier général; ils finirent par raser la ville à l’approche de la colonne du colonel Monteil, qui s’empara de la ville par la force, en mars 1895.

Mais faute de forces suffisantes pour poursuivre son action, le colonel décrocha, ce qui permit à Samory de reprendre son camp.

Cependant, harcelé par les Français et les Anglais qui ne tenaient pas à voir l’Almamy rentrer en Gold Coast (actuel Ghana), celui-ci abandonna définitivement la région pour tenter de gagner le Libéria, trajet sur lequel il sera capturé en définitive.

Samory parti, les Français créèrent en 1898 un poste militaire à Dabakala qui sera supprimé en 1904.

Données Administratives
En janvier 1900, Dabakala relevait de la 2ème région militaire de Bobo-Dioulasso en Haute-Volta (actuel Burkina Faso).

Trois mois plus tard (avril 1900), Dabakala passait sous l’autorité administrative de la Côte d’Ivoire.

Ce fut alors le changement incessant de statut : cercle de Kong (1900-1905) ; cercle des Djimini (1905-1907), cercle de Bouaké-Nord (1908) ; cercle des Tagouana (1913) ; subdivision (1937) ; sous-préfecture (2 janvier 1961).

Le 10 juillet 1975, Dabakala est érigée en département avec M. KOFFI BEHIBRO comme premier Préfet.

En 1980, avec la nouvelle politique de communalisation engagée par l’Etat de Côte d’Ivoire, Dabakala devient une commune, avec comme premier Maire, Mme SANGARE Assana, déjà Député depuis 1975.

A ce jour, le département de Dabakala compte 6 sous-préfectures et 6 Communes qui sont :

– Bassawa érigé en sous préfecture par décret n° 75-627 du 18 septembre 1975
– Boniéré érigé en sous préfecture par décret n° 67-627 du 18 septembre 1967
– Dabakala érigé en sous préfecture par décret n° 61-80 du 22 mars 1961
– Foumbolo érigé en sous préfecture par décret n° 75-627 du 18 septembre 1975
– Satama Sokoro érigé en sous préfecture par décret n° 79-101 du 07 février 1979
– Satama Sokoura érigé en sous préfecture par décret n° 67-284 du 02 juin 1967
– Les communes ont été crées lors de la communalisation de 1980 qui a fait des sièges de sous préfecture des communes.

Données Economiques
L’économie du département repose essentiellement sur les produits vivriers : igname, maïs, riz, arachide, manioc, patate, mil, sorgho et fruits tropicaux divers.

Les produits industriels sont : l’anacarde, pratiquée de plus en plus par les paysans de tout le département, sur de grandes surfaces, le coton dans les sous-préfectures de Satama-Sokoura, Boniérédougou et Foumbolo, et le soja et le café, qui n’en sont encore qu’au stade expérimental.

L’élevage reste encore de type traditionnel (hormis la ferme de Nondougou dans la sous-préfecture de Dabakala), c’est-à-dire non commercialisé; la consommation quotidienne des populations, les mariages et les cérémonies funéraires sont les seuls bénéficiaires de cette occupation.

La pêche est également pratiquée traditionnellement dans la Comoé, le N’Zi et les étangs créés par des barrages.