Cinéma : L’Ong Amour du Christ d’accord pour financer le film d’Amoin.

Les supplications de la comédienne du téléfilm  » Ma Famille «  concernant le financement de son premier  film ne sont pas restées vaines. En effet l’ Ong Amour du Christ a décidé d’ aider la comédienne à capter des fonds pour financer ce film qui traite de la maltraitance des enfants. Les deux parties ont signé un protocole d’ accord le samedi dernier au siège de l’ Ong. Pour le Révérend Olivier Nahi, Président de l’ Ong cet accord a pour but de lever des fonds à hauteur  d’ un milliard six cent millions de fcfa (1.600.000.000 fcfa ) pour la réalisation de ce film qui met en lumière ce fléau des temps modernes.

 » Femme d’ affaires « , titre du film, sera décliné en 164 épisodes et réalisé par Ferdinand Téha. Ce film met en lumière l’ histoire d’ une dame qui prétextant représenter l’ Etat parcours les villages pour recruter des enfants et les faire travailler à son propre compte. A la question de savoir pourquoi son Ong s’ est jointe à cette opération, le Révérend Nahi a répondu que la pertinence et l actualité de la thématique n’ est plus à démontrer . C’ est à juste titre qu’ il pris l’ engagement de soutenir ce projet qui donnera à coup sûr un peu de dignité aux enfants.

Le Révérend Olivier Nahi a indiqué que cet accord marque le début d’ une vaste campagne de levée de fonds pour la production de film dont l’ épisode-pilote sera proposé devant un parterre de personnalités au mois de décembre dans un hôtel de la place. Quant à Amoin, elle s’ est réjouie de l’ engagement de l’ Ong Amour du Christ qui a cru en son projet.

En ce qui concerne les personnages, la comédienne a soufflé que certains visages connus seront de la partie à savoir Alain Tailly, Thérèse  Yao, Onakami, Wanwanniwan, Méaka … Pour la comédienne le geste de l’ Ong est salvateur en ce sens que depuis 2011 que le film a été écrit, elle est toujours en quête de financement. Notons que l’ Ong Amour du Christ qui est d’ obédience évangélique vole au secours des veuves et des orphelins.

Culture

Facebook