Fresco

Son nom trouve son origine dans le fait que les premiers explorateurs du Golfe de Guinée ont été les Portugais. Il en va de même pour les villes de Sassandra et San Pedro.

La ville, située à 9°32 de latitude nord et 6°29 de longitude ouest, fait partie de la Région du Sud-Bandama.
Le relief de la région de Fresco, réparti en zone forestière et lagunaire, est peu accidenté. Il présente de nombreux plateaux, des bas-fonds marécageux, des vallées et quelques collines. Les plus grands accidents du sol qu’on y observe sont la falaise Djorogbozon et la colline Daadjidjen. La falaise est reconnue sur le plan international comme un haut lieu de sédimentation fossilière. La colline, quant à elle, a servi d’habitation à l’administration coloniale. C’est sur elle qu’ont été construits, en 1905, les bureaux de la subdivision de Fresco et les logements des administrateurs.

La région de Fresco est arrosée par de nombreuses rivières et deux fleuves, le Gnougnoro et le Bolo. Ils terminent leur course dans la mer à Fresco. Après le transfert du village de Fresco de la plage sur la terre ferme en 1966, la ville surplombe maintenant la lagune Goglé. La lagune est petite et peu profonde. Elle est la quatrième des quatre lagunes de Côte d’Ivoire. Elle est reliée à celle de Grand-Lahou par le canal Doglon. Cette lagune fait l’objet d’une attention particulière de la part des environnementalistes en raison de la présence de lamantins et d’une zone de mangrove.

Climat et végétation
Le climat de la Côte d’Ivoire comporte deux zones bioclimatiques distinctes. Le sud est très humide et connaît quatre saisons (d’avril à la mi-juillet : grande saison des pluies; de la mi-juillet à septembre: petite saison sèche; de septembre à novembre: petite saison des pluies; de décembre à mars: grande saison sèche). Les températures varient de 21 à 35°1,2.
Le climat de Fresco est donc humide en toute saison, sauf pendant l’harmattan (en décembre-janvier) où il est sec.

Economie
Cette ville côtière vit principalement de l’activité cacaoyère5,6. C’est un centre de regroupage des fèves de cacao qui sont récoltées dans l’arrière pays et qui sont ensuite transportées dans les deux grands ports ivoiriens : Abidjan et San Pedro. Dans la zone forestière, on cultive aussi le manioc, produit vivrier de base qui sert à la fabrication de l’Attiéké (fécule de manioc fermentée), la banane, le riz, le maïs, le piment, le gombo,etc. ) . Placée au bord de la Lagune Goglé, cette ville vit aussi de la pêche artisanale (crabe, tilapia, huître de mangrove…).