Le masque Tchèkpè

Le visage du masque mendiant ou comédien tchèkpè est anthropomorphe d'un style très proche de celui des masques dan (visage ovale, front bombé…). Mais les traits de son visage sont déformés, dénotant son caractère comique. Sa jupe de raphia ressemble à celle du masque danseur. Ses jambes sont enduites de charbon tacheté de kaolin. C'est un masque dont les cabrioles amusent les femmes et les enfants qui peuvent le regarder sans danger.

Selon A. Gnonsoa « ils [les masques mendiants] mendient auprès des ménages des aliments qui étaient initialement destinés à être consommés dans l’enclos des masques en attendant les repas de fête. » Le masque tchèkpè amuse le public en chantant des quolibets, provoque le rire par ses singeries. Il est suivi par une foule d’enfants avec lesquels il chante et joue des sketchs pour amuser l’assistance. Certains sont de bons danseurs ou de bons chanteurs, mais la danse ou le chant se termine toujours par une plaisanterie. Le masque mendiant observé à Gorodi parlait d’une voix nasillarde comme s’il parlait dans un mirliton dissimulé.

Selon le même auteur69, « le masque mendiant n’est pas soumis aux mêmes contraintes que les autres masques ; il peut sortir quand il veut, sans attendre un conseil de famille, car il n’a pas d’invités. Quand il va à une fête, il ne porte pas de cadeaux aux organisateurs ; de même, à son retour, il ne rend pas de compte, alors que les autres masques doivent remettre les biens gagnés au gestionnaire des biens de la famille. » Le masque mendiant ou comédien se trouve au bas de la hiérarchie des masques niaboua.

Déima
C’est une musique collective dansée lors des réjouissances populaires. Elle est exécutée par des jeunes gens. Gbeli C’est une musique de divertissement exécutée généralement par deux personnes à l’aide d’un xylophone sur troncs de bananier gbeli.

Dôdô
C’est une musique de réjouissances, exécutée généralement le soir par une personne qui s’accompagne d’un arc-en-bouche dôdô.

Pété
C’est une musique de divertissement, exécutée généralement le soir par une personne qui s’accompagne d’une sanza sur calebasse pété.

Lôgoualé
C’est une musique dansée, exécutée par trois ou quatre personnes âgées lorsqu’un chasseur tuait un éléphant.

Guida rou
C’est une musique instrumentale annonçant un mariage ; lorsqu’un homme ramène dans son village sa nouvelle épouse, on joue ce rythme pour annoncer la nouvelle. Le tambourinaire, un spécialiste joue un idiome rythmique spécifique grékpagré grékpagré sur un tambour.

Aninwé
C’est une musique exécutée par les femmes lors des réjouissances. Les chants sont rythmés par un tambour moyen en forme de mortier ou de calice bèdrè.

Poliet
C’est une danse populaire mixte, surtout exécutée par les jeunes. Lors des manifestations, les garçons essaient de séduire les filles.