Thérèse Allah

Thérèse Allah, née dans le village de Gbofia dans la sous-préfecture de Toumodi (centre de la Côte d'Ivoire) et morte le 19 janvier 2020 à Djékanou (Côte d'Ivoire), mieux connue sous son appellation populaire Allah Thérèse, est une chanteuse traditionnelle ivoirienne.

Elle forme un duo musical avec son mari, l’accordéoniste N’Goran la Loi.

Portant toujours la même coiffure appelée « Akôrou Koffié », qui signifie en baoulé, sa langue maternelle, « la femme de l’araignée », Allah Thérèse est lead vocal d’un genre musical local dénommé Agbirô dans son village. Elle rencontre, dans les années 1950, à l’occasion de manifestations funéraires, N’Goran la Loi, lui aussi, lead vocal du même genre dans son propre village. Depuis 1956, date à laquelle ils produisent leur première œuvre, Ahoumo N’Seli, Allah Thérèse et son mari N’goran la Loi se produisent ensemble, l’une chantant et l’autre l’accompagnant à l’accordéon. Le couple totalise six albums dont le dernier, Doumi, a été réalisé en 2005.

Le 24 mai 2012, Allah Thérèse reçoit la distinction de chevalier de l’ordre du Mérite ivoirien ; et à partir de 2014, elle bénéficie d’une pension mensuelle de la part de l’État ivoirien qui s’est également engagé à lui offrir deux logements4.

Allah Thérèse décède le 19 janvier 2020.

Allah Thérèse épouse N’Goran la Loi, son mari originaire de Konankokorekro, un village situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Toumodi. Le 20 mai 2018, N’Goran la Loi décède6 à Konankokorékro.

A lire également