×

tradition

  • L’univers mystique des Masques chez le peuple Wê

    En Côte d'Ivoire, le peuple Wê reste encore véritablement attaché à ses us et coutumes. Et le culte du "masque" fait partie de cette tradition. Il n'est pas seulement un produit artistique ou culturel, il est surtout un esprit qui…

  • La tenue traditionnelle des peuples de l’Ouest : origines et usages des coutumes « Wê » et « Dan »

    Parmi les tenues traditionnelles très prisées sur le marché du textile ivoirien, le costume conçu dans l'Ouest occupe une bonne place aux cotés des vêtements akan et sénoufo. Et pourtant, bien peu d'usagers de cet accoutrement sont informés sur le…

  • Le Yaka-Yaka, cette danse ressuscitée qui frappe aux portes du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO

    Le Yaka-Yaka est une danse mystique en pays Kamara, peuple de la région du Bounkani (Nord-Est ivoirien), dont la pratique a été progressivement abandonnée au fil des ans du fait de la pratique religieuse de l’Islam. Elle a été révélée…

  • La fête de l’igname chez le peuple N’Dénian, ou la reconnaissance à l’égard d’un tubercule nourricier

    La fête de l'igname est l'une des plus grandes festivités du royaume N'Dénian. Le 17e Roi de l'Indénié, Nanan Boa Kouassi III, dans un discours de remerciement, vendredi 12 février 2021, au Palais-royal de l'Indénié, au cœur du quartier Agnikro…

  • La Grandeur du roi chez les AKAN

    Le tambour parleur Bron-gyaman dit « hene naen yè nyame » (le pied du roi est dieu), il faut simplement comprendre que le roi ne va pas n'importe où, il ne quitte le palais que pour des raisons hautement importantes…

  • La dot en pays Abbey

    En pays Abbey, dans le département d'Agboville (Région de l'Agnéby, au nord-est d'Abidjan), le mariage consacre, avant tout, l'union de deux familles, voire de quatre, puisqu'il faut compter avec les familles alliées. Chez les Abbey (comme partout ailleurs) le mariage…

  • La dot en pays Abidji

    Chez Les Abidji comme chez la plupart des Akans, le mariage traditionnel n’est pas seulement l’union entre 2 personnes, il est avant tout l’alliance entre deux familles, il se fait en deux étapes : Le Kôkôkô ou fiançailles et le…

  • Le peuple Abron

    Situé au Nord est de la Côte d'ivoire, les Abrons peuple akan seraient originaires de l'akwamou (Ghana). Au début du XIIe siècle à la suite d une succession, ils ont migré vers Koumassi (Ghana), au XIIe siècle un conflit les…

  • Le régne d’Akoua Boni, reine des baoulé (1730-1750)

    Des faits relevant du règne de la reine Akoua Boni ont été attribués à la reine Abraha Pokou qui, dans l'histoire des Baoulé, est un exemple des souverains archétypes assimilés à des périodes vastes et à trop de faits historiques…

  • Le matriacat Akan

    Les Akans sont un groupe ethnique installé principalement au Ghana et en Côte d’Ivoire, mais aussi au Togo et au Bénin. La majorité réside au Ghana : ce sont les Ashanti, Adansi, Dinkyra, Brong, Fanti, Sefwi, Aowin, Nzima, les Akwapin,…

  • Croyances et réligion chez les Sénoufo

    Les morts ou « koubélé » occupe une place importante chez les Sénoufo. De façon générale, pour la plupart, les morts ne sont pas morts, mais ils sont embarqués sur le chemin du voyage et continuent d’exister sous des formes…

  • Nom et prénom chez le peuple Adjoukrou

    Les Adjoukrou sont localisés dans le sud de la Côte d'Ivoire, précisément dans la région des Lagunes. Appartenant au peuple Akan, ils se caractérisent par des pratiques culturelles atypiques. Parmi celles-ci, il y a l'attribution des noms. Découvrons ensemble, cette…

  • Le Wambêlê, le masque mystérieux du pays Sénoufo

    Porté par un initié du poro, ce masque apparaît le plus souvent dans les cérémonies funéraires et les occasions spéciales.

  • L’histoire de la danse du Boloye

    La danse de la panthère (Boloye) a été initiée par un ancêtre Fodonon qui aimait rester seul chez lui à la maison les vendredis. Il n'aimait pas rendre visite à ses amis.

  • Le mythique village de Niofoin

    À une soixantaine de kilomètres de la Cité du Poro se trouve le village de Niofoin, sans doute l'un des plus pittoresques que l'on puisse visiter en Côte d'Ivoire.

  • Les sous-groupes Baoulé

    Les sous-groupes parlent la même langue baoulé mais avec certaines nuances dans le ton et la prononciation. On distingue une vingtaine de sous - groupes d'abord les sous groupes du temps de la reine Abla Pokou ensuite ceux du temps…

  • Rituel de l’Adjanou

    L'Adjanou est un rituel sacré que seules des femmes initiées pratiquent lors d'une guerre, ou d'une grande catastrophe, une sécheresse, la famine ou un incendie.

  • Les Abés

    Les Abés (ou Abbeys, Abbays, Abès sont un peuple de Côte d'Ivoire représentant environ 2,8 % de la population du pays (soit plus de 580 000 personnes). Ils vivent essentiellement dans la région d'Agboville, à 57 km au nord d'Abidjan…

  • La forêt sacrée, le domaine protégé de la communauté

    Le hameau de Zaïpobly se trouve au sud-ouest de la Côte d'Ivoire, dans la périphérie ouest du Parc national de Taï. Ce parc s'étend sur 454 000 hectares et c'est le vestige le plus important de la forêt tropicale humide…

  • Gnamien m’mla ou les 36 commandements de Dieu en Baoulé

    Le peuple Baoulé en Côte d'Ivoire occupe en grande partie le centre du pays. Ce peuple, à l'instar de centaines de peuples africains, est régi par des codes sociaux qui le structurent.

  • La roche éléphant de Brizeboua

    La Roche-éléphant de Brizéboua reste l’une des merveilles touristiques les plus représentatives de la région du Haut-Sassandra en côte d’Ivoire.

  • Le village potier de Tanou Sakassou

    Tanou Sakassou, village ivoirien, niché à 10 km de la ville de Bouaké. Ce village est loin d’être comme tous les autres. Il abrite une communauté de potiers qui, depuis des dizaines d’années, sculptent l’argile et façonnent les plus belles…

  • Yaouré (peuple)

    Les Yowlè (ou Yaourè, Yaure, Yohouré) sont une ethnie hybride de Côte d'Ivoire moitie Kweni (Gouro) moitie Akan. Il est plus proche sur le plan linguistique des Gouro par leur langue. Leur déplacement dans le centre-ouest de la Côte d'Ivoire…

  • N’Gokro

    N'Gokro est le nom du village qui a précédé la ville de Yamoussoukro.

  • La grotte initiatique des hommes panthères de Liabo de Zoukougbeu

    La fraternité des hommes-panthères est une société initiatique qui développe les qualités guerrières de ses membres, exclusivement masculins, à travers un enseignement magico militaire.

  • L’origine du masque Goli

    Le masque Goli est d'origine Wan. Selon la légende, un chasseur Wan suivait de routine ses pièges dans la forêt quand il entendit des chants.

  • La mosquée de Samatiguila

    Vieille de plus de 1000 ans selon l'Imam actuel Karamôkô Souleymane, descendant de Karamokoba Diaby (Bâtisseur et premier Imam de ladite mosquée), la mosquée de Samatiguila est un centre religieux très prisé et visité.

  • La forêt sacrée de Gbêypleu

    Dans les tréfonds de la forêt sacrée de Gbêypleu, dans le Nord-ouest ivoirien, dort une fille qui fut autrefois sacrifiée pour que grandisse et prospère l’ancien village de Man.

  • Les symboles du pagne Adinkra

    Les Adinkra sont des symboles originaires du Ghana qui représentent des concepts ou des aphorismes. Ils ont été créés à l'origine par les peuples Akan et Baoulé.

  • Les silures sacrés de Bokoré

    À Bokoré, Tanda, Cote D'Ivoire, il est formellement interdit de pêcher et où de manger les poissons sacrés (silures).

  • Gbonné, la fête l’igname au nom des masques

    Gbonné, capitale du pays Toura. Le yabele, la fête de l'igname et des masques bat son plein. Nous sommes au deuxième jour des festivités. La veille, l'étape des rameaux ou Paha Tan s'est déroulée. Ici le rameau est symbole de…

  • La fête des ignames chez les Toura – Fidélité à une tradition

    L'une des ethnies composantes du groupe Dan (région des montagnes), les Toura sont fidèles à leur traditionnelle fête d'igname. Cette fête qui revêt un sens si profond que, ni le temps, ni le modernisme, ne sont parvenus à altérer est…

  • Les Toura, un peuple méconnu

    Le peuplement du département de Biankouma s'est effectué par vagues successives composées, dans un premier temps, de Yacouba et de Toura qui sont des Dan, puis des Mahou qui font partie des Mandé du Sud. Les Toura ou « Win…

  • Bonoua : « Valèpouè » ou le culte à la donneuse de vie

    Symbole naturel de fécondité, à travers sa faculté exceptionnelle de concevoir et d'enfanter, la femme occupe une place de choix dans la société traditionnelle Akan en général et chez les Abouré en particulier.

  • Kété, tambour Agni

    Ce sont des instruments qui se composent d’un tronc d’arbre évidé formant caisse de résonance; à l’une de ses extrémités, cette caisse est recouverte d’une peau tendue, sur laquelle le batteur frappe avec deux fines baguettes.

  • Musée de la Cour Royale Abengourou

    Le Palais qui abrite le Musée fut construit en 1883 par le Roi AMOIKON DIHYE II. Il est en terre battue.

  • La dot en pays Agni

    Chez les Akans en général et les Agnis en particulier, le mariage traditionnel se fait en deux étapes. Une première qu'on appelle le Kôkô qui est suivi du mariage traditionnel.

  • Le mariage chez les Degha

    La culture est dite être dynamique plutôt que statique et cela est vrai des procédures conjugales Dega qui ont changé au fil du temps. Traditionnellement, le processus Dega pour contracter un mariage implique les parents qui cherchent des épouses pour…

  • Dii Pea, la fête des ignames chez les Degha

    Le festival le plus important qui est célébrée par toutes les communautés Dega est Pea Dii (littéralement, manger de l'igname), la fête des ignames. Elle est célébrée à différentes périodes par chaque communauté et les activités festives démarrent à partir…

  • Le vocabulaire Sénoufo

    Les langues sénoufo sont une branche de la famille de langues nigéro-congolaises. Elles sont parlées par 1,5 million de locuteurs au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire, au Ghana et au Mali.

  • Rites funéraires sénoufo

    Chez les Sénoufo, les funérailles sont une fête pleine de joie et d'espérance, occasion de retrouvailles pour les parents, les habitants du village et les alliés.

  • Royaume du Sanwi

    Le Royaume du Sanwi occupe la pointe sud-est de la Côte d'Ivoire et couvre une superficie de 6 500 km² dont 500 km² sont occupés par des lagunes. Sans compter le lac artificiel de 17 000 ha créé par les…

  • L’histoire de l’arbre krindja qui donna le nom du village Krindjabo

    Les populations constitutives du royaume du sanwi sont venues vers fin XVIIe siècle, de l'Aowin, dans l'actuel Ghana où elles étaient sous l'autorité du roi Amalanman Anoh. Elles ont dû fuir à la suite d'une défaite consécutive à une guerre…

  • Les singes sacrés de Gbétitapia

    Gbetitapia est situé à 11km sur l'axe Daloa-Issia dont le chef-lieu de canton est gbalouan-sud. Les singes qui habitent au bord du village sont des môones de Campbell et des pithoris.

  • L’histoire des singes sacrés de Man

    En plein cœur de la ville de Man, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, se trouve le village de Gbèpleu qui serait à l'origine de la ville aux 18 montagnes. Le mystère dans ce village, c'est qu'il possède en son…

  • Origine des Ébrié (Atchan) Nokwa

    Les Tchaman du sous-groupe Nokwa disent que leur ancient village, Dandou se trouve dans la région d'Ebimpe en pays akyé. L'un de leurs noms anciens est Agoma. L'ancêtre qui a guidé leur ancien déplacement est Aboè Magnin. Ils auront à…

  • La dote chez les dida

    La célébration du mariage Dida connait une évolution. Cette célébration tend à prend parfois une coloration Akan.

  • Alliance Dida-Abbey

    Aujourd'hui, l'ancien village Djibé est le quartier panthère dans la commune de Divo. Selon l'histoire verbale des anciens, les Dida, au profit de la chasse traditionnelle, effectuent de longs déplacements et font une rencontre spontanée avec les abbey dans les…

  • Le Gbônô: Evènement Culturel en Pays DEGAH de Motiamo

    Le gbônô est un rite de la tradition DEGHA. Il consiste à organiser des funérailles d'adieu pour rendre un dernier hommage à tous les morts du village pendant l'année.

  • Les symboles de la royauté Abron

    En pays Bron, le royaume, le pouvoir royal est symbolisé par le trône, c'est à dire le siège. Le siège royal est le symbole de l'unité du royaume.

  • Le mariage en pays Sénoufo Nanfanra

    Comme chez tous les peuples de Côte d'Ivoire, le mariage traditionnel se pratique en pays Sénoufo depuis la nuit des temps. Nous n'exposerons que sur le cas des Sénoufo Nafara de Côte d'Ivoire.

  • La Danse Du N’goron chez les Senoufos

    La danse du N'Goron est une danse traditionnelle, initiatique, pratiquée par certains Senoufos, peuples situés dans la partie septentrionale de la Côte d'Ivoire en Afrique de l'Ouest.

  • Mariage en pays en pays Baoulé

    En pays baoulé, le mariage se fait en trois étapes, depuis l'acceptation des avances de l'homme par la femme jusqu'à la cérémonie officielle servant à sceller l'union entre les deux amoureux et leurs familles respectives. Ces étapes sont décrites ici…

  • A la découverte du « gôpô » et du « djêtê », épreuves de vérité et de force d’autrefois

    Le « gôpô » et le « djêtê » (appellation en pays bété) sont des épreuves qui se pratiquaient dans les temps anciens pour découvrir la vérité. Et ce dans un certain nombre de cas en particulier l'adultère, le vol,…

  • La danse «Hôyougo», un autre pan de la riche culture Tagbana

    «Hôyougo» est une danse à la fois mystique et esthétique. Elle est surtout pratiquée par les femmes, mais quelques hommes la dansent également. Le danseur ou la danseuse porte un crane de gazelle ou d'hygiène morte de sa belle mort,…

  • Le « Tanganni »

    Dans les villages, les baoulé conservaient leurs réserves de nourriture ( arachide, maïs, riz, gnangnan secs, djoumbré...) et les semences des futures cultures (les regime de riz, les épis de maïs, es grains de gombo, d'aubergine...) dans des greniers appelés…

  • L’enfant chez les Sénoufo

    Pour comprendre tout le prix que la société sénoufo attache à l'enfant et donc à la fécondité, il faut se placer dans une perspective religieuse. Les enfants sont en effet ceux qui doivent assumer la continuité des sacrifices que chaque…

  • La case sacrée chez les Yacouba

    On peut indifféremment dire «Biangouiné» ou «Biangouin» pour désigner la même ville, «Biankouma», dans la région de l'ouest de la Côte d'Ivoire, à une trentaine de km de Man.

  • Bomizambo, la cité du pagne Baoulé

    Le pagne Baoulé est un des plus beaux tissus Africains. Comme son nom l’indique, il est fabriqué par le peuple Baoulé, ethnie majoritaire en Côte d’Ivoire représentant 30 % de la population, à Bomizambo (et dans les villages alentours), à…

  • La vie artisanale chez les Baoulé

    L'artisan créateur est une personnalité très estimée dans la société hiérarchisée baoulé. Le sculpteur sur bois est consulté dans toutes les affaires importantes, ainsi que le forgeron. Il n'y a pas de système de caste. Celui qui manifeste une vocation…

  • Les yakouba (Dan)

    L'origine de Yacouba reposerait sur un quipropo : à des explorateurs qui lui demandait à quel peuple il appartenait, un indigène de la région de Man dans l'ouest de la Côte d'Ivoire aurait répondu "yacouba", ce qui signifie dans sa…

  • La vie artisanale chez les Dan

    Pas de castes professionnelles, pas de spécialisation. La cordonnerie, la teinturerie, le tissage, peu développés dans ces régions, sont pratiqués à peu près uniquement par des artisans Dioula ou des ethnies voisines, mais toutes les autres activités artisanales sont exécutées…

  • Le mariage ato vlè

    Le mariage ato vlè était sanctionné par des transferts importants de poudre d'or et par des festivités onéreuses (consommation somptuaire de bétail, de vin de palme, etc.). En contrepartie, la famille de I'épouse renonçait à tous ses droits sur cette…

  • Le divorce chez les Agni

    Le divorce est de pratique courante chez les Agni, il est d'ailleurs prévu dans le contrat de mariage. La cause principale réside dans les mauvais traitements que le mari inflige à sa femme; viennent ensuite l'avarice du mari, l'incompatibilité d'humeur,…

  • Le « dô », société initiatique féminine chez les baoulé

    Le "dô" est une association religieuse réservée aux femmes baoulé excisées. Il existe en pays baoulé six centres d'excision ouverts par roulement, pour 170 villages environ.

  • Le mythe de la reine Pokou: Le pouvoir caché de la femme Baoulé

    Dans les sociétés africaines traditionnelles, la parole et les mythes constituent l'ossature explicative de toutes les existences. Ils fixent et diffusent de manière continue les expériences accumulées par les générations. Et grâce au mécanisme de répétition, ils contribuent à une…

  • Le mariage en pays Senoufo

    En pays Sénoufo, particulièrement chez les Nafara, un sous groupe localisé dans les sous-préfectures de Sinématiali, Napiélédougou, Karakoro et Komboro, le mariage en plus d'être une union entre un homme et une femme, est une alliance entre deux familles.

  • Le mariage en pays Dida

    Le sud-ouest ivoirien est le domaine de la famille Krou (Wè, Bété, Dida), qui s'étend à une bonne moitié du territoire libérien.

  • Le mariage coutumier Néyo

    Entité fort sociale et communautaire, le mariage africain est une alliance qui unit non seulement un homme et une femme mais également leurs deux familles et tribus respectives. Cette alliance traditionnelle se fait toujours d'une manière progressive par étapes bien…

  • Les étapes du mariage chez les Sénoufo

    Le mariage en milieu traditionnel sénoufo est un long processus que nous pouvons repartir en trois étapes : l'étape des fiançailles, l'étape de la cohabitation à l'essai et l'étape de la prise de foyer.

  • Historique de l’institution de l’Eleb

    Situé à quatre kilomètres de Dabou, Armébé est un village Adjoukrou du canton de Boubouri. Selon l’histoire, les Adjoukrou sont arrivés entre le dix-septième et le dix-huitième siècle à Armébé en provenance du pays Dida.

  • Le mariage « ba-te-ino » chez les Guéré

    Dans la société traditionnelle le mariage "ba-te-ino" constitue la forme la plus classique d'union. Tout se passe pratiquement en dehors des intéressés, et la négociation matrimoniale - événement trop important pour être laissé à la libre unitiative des jeunes -…

  • La fête des ignames en pays abbey , ou la fête de la purification

    Erymakouguié, dans le canton Tchoffou (Agboville), ce lundi 23 octobre. Le soleil s'est à peine levé, sur ce village. Dans la famille Gbéroukou, tout le monde s'active. Les femmes à la cuisine épluchent pour certaines le manioc, la banane et…

  • A la découverte du « Gnangan », dans le village de Motiamo (Bondoukou)

    Motiamo est l'un des trois villages qui constituent la communauté Dègah en Côte d'Ivoire. Il est situé dans la région du Gontougo, à 7 km de la ville de Bondoukou. Le village se distingue par la richesse de son patrimoine…

  • Le « Songô » de la Yezimala ou la fête du maïs

    Le Songô est une fête traditionnelle dans le village de Yézimala situé dans la région du Gontougo, à l'Est de la ville de Bondoukou, plus précisément entre la commune de Bondoukou et la Sous-préfecture de Laoudi-Ba, sur l'axe Bondoukou-Bouna.

  • Le protocole des N’dénian

    Comme tous les Ashanti, les N'dénian sont très protocolaires. Ce protocole est lié à la hiérarchisation de la société basée sur le respect de la tradition et surtout des Chefs. Contrairement aux sociétés à génération, chez les Agni, on a…

  • Le riz dans la tradition Guéré

    Dans un village Wè, un homme dangereux et redoutable, après avoir empoisonné une personne par des pouvoirs mystiques, a été expulsé du village pour pratique de sorcellerie. Muni d'un tison, d'un canari et de divers autres objets, il s'est alors…

  • Les activités économiques des Akan

    En Côte-d'Ivoire, les Akan sont installés en région de savane, de forêt et sur le littoral marin . Chacune de ces régions possède des activités économiques propres.

  • Etre roi à Moossou …

    Tout le monde peut demander à être roi à Moossou. Mais la législation traditionnelle en la matière est très stricte: ce poste majestueux et honorifique est soumis à des conditions. Le roi ou Mligbi est toujours choisi par la première…

  • Fétiches en pays Lobi

    Chez le Lobi, les fétiches ont force de loi. Ils régissent la vie des habitants. Chaque famille dans le village a son fétiche. A Bouna par exemple, le plus puissant fétiche est le « Dih ». Il se présente comme…

  • Fête de génération à Bidjan Santé: Profusion de culture ancestrale en pleine capitale

    Kaolin, « agbodjama » à satiété, chants de louange en langue, danse guerrière. Le jeudi 13 août 2009, la génération Tchagba de Bidjan Santé (village ébrié de la commune d'Attécoubé) a renoué avec une fête, le « Fatchué », vieille…

  • Fête Djidja : La fête du grand pardon

    La fête Djidja, un moment de retrouvailles et de pardon, est commémorée chaque année au mois de septembre. Les 6, 7 et 8 septembre 2010, le peuple Abbey du canton Morié a célébré le nouvel an.

  • Fêtes de l’Igname – Célébration du ‘Miripkô’ et ‘Djidja’ en pays Abbey

    La célébration de l'igname précoce ou 'Miripko' et le 'Djidja', cérémonie de purification qui s'en suit, sont les rares évènements qui continuent de fédérer le peuple Abbey, dans le département d'Agboville. Nous avons pu vivre ces deux éléments culturels phares,…

  • Funérailles en terroir Bété

    Chez le Bété, on pleure les morts de façon particulière. En effet lorsqu'une personne perd un être cher, sa réaction est instantanée. Elle cogne la tête contre un arbre ou contre le mur.

  • Histoire et définition du Doh

    Le mot Doh en Koyaka renvoie à ce qui est tabou; ce qui est marqué par le sceau du secret; ce qui est réservé à des initiés; ce qui n'est pas accessible à tout le monde. C'est ainsi qu'on parle…

  • Kinyankpli ou fôdomvlôm

    Kinyankpli ou le « grand tambour » est constitué par un tronc d'arbre débarrassé de son écorce et évidé de part en part, de façon à ne plus former qu'un cylindre creux, dont l'une des extrémités est recouverte d'une peau.…

  • Koun-Fao: Un réservoir de danses traditionnelles

    Plusieurs danses traditionnelles contribuent au charme culturel du département de Koun-Fao, dans le District du Zanzan. Malheureusement certaines sont aux oubliettes, car peu connues du grand public. Quelques-unes de ces danses.

  • L’Abissa, lieu de repentance et de réconciliation

    La nouvelle année a commencé depuis dimanche pour le peuple N'zima (ou N'Zema) Kotoko de Grand-Bassam avec la fin de l'Abissa, une fête de réjouissance populaire et également un forum de réconciliation pour ce peuple.

  • L’art des Baoulés

    Les artistes baoulé de Côte d'Ivoire ont créé des objets d'une esthétique quasiment inégalée dans l'art africain traditionnel, que ce soit par leur raffinement, leur diversité, leur profusion et la somme de travail qu'ils représentent. Les masques et les statuettes…

  • L’«atovlè» en pays baoulé – Une pratique en voie de disparition

    Chez les akans, précisément en pays baoulé, il existe une pratique appelée "atovlè " qui s'applique aux jeunes filles de 15 à 25 ans, en âge de mariage. Il signifie aisance, noblesse. Mais cette pratique est aujourd'hui inexistante chez ce…

  • La danse des échasses : Un rythme menacé ?

    La danse "Tchébé" se retrouve dans plusieurs villes du Togo dont Lomé où l'on peut admirer des ballets de danses traditionnelles. L'originalité de cette danse est qu'elle se pratique sur des échasses de 3 à 6 mètres, faites de palme…

  • La fête des ignames dans le canton Affema (Aboisso)

    La fête des ignames qui marque l'entrée dans la nouvelle année chez les Agni-Sanwi est dans le canton Affema après celle de Krinjabo, la capitale du royaume Sanwi

  • La forêt sacrée de forgerons senufo près de Sinématiali

    Un chant du bois sacré dit que le jour où il y eut le premier mort dans le village, personne ne savait ce qu'était la mort. Alors « Klotiolo » (Dieu) envoya successivement et sans succès, les masques kagba et…

  • La légende de la poterie traditionnelle Mangoro

    La poterie traditionnelle "mangoro" a une place importante dans le patrimoine culturel et artistique de la Côte d'Ivoire. Roue de véhicule, pierre polie, mixture à base d'écorce, tour traditionnelle… la poterie chez les peuples mangoro est une histoire de famille…

  • La Mosquée de Kong

    La grande Mosquée de Kong, vielle de plus de 300 ans, elle est le plus vieux symbole de l'islamisation des peuples du Nord de la Côte d'Ivoire à une époque ou un grand homme tel que Samory Touré et son…

  • La poterie chez les Sénoufo

    Bien que le peuple sénoufo soit essentiellement composé de vaillants agriculteurs, on y rencontre une classe sociale dont l'activité primordiale n'est pas l'agriculture.

  • La puissance mystique célébrée chez les Abidji: Le rite de l’aspersion du sang / Le pouvoir transmis de bouche à bouche

    Ambiance, émotion et peur étaient au rendez-vous le mardi 10 avril à Gomon, situé à 13 Km de Sikensi et environ 85 Km d'Abidjan. La raison : la population de ce village a célébré la fête de "Dipri". Cérémonie traditionnelle,…

  • La société des Kwi : pierre angulaire de la forêt sacrée de Zaïpobly

    Pour le fonctionnement harmonieux de la société villageoise, l'action régulière de l'institution Kwi avait naguère une importance capitale. Elle ne l'a pas tout à fait perdu malgré la rapide désintégration des structures sociales traditionnelles (Holas, 1980).

  • La succession dans le royaume de Sanwi

    Les rituels de début et de règne malgré le caractère héréditaire de la succession. L'intronisation du roi est précède de longues consultation a l'intérieur de la famille et au sein de l'assemblée des notables les critères entre en ligne de…

  • La Valè-Pouè: célébration de la nourrice chez les Abouré

    A Bonoua, il n'y a pas que la production de l'ananas, de l'hévéas, ou la distillation du koutoukou. Les Abouré savent également célébrer la femme, surtout quand celle-ci met au monde un nouveau né.

  • Le « Dipri » ou la Fête du renouveau

    Le Dipri ou la « Fête du sang » se célèbre, chaque année en avril dans plusieurs localités. Elle marque la fin et le début de la nouvelle année chez le peuple « Abidji ». C'est un rituel très mystique…

  • Le « Fokwé » ou danse guerrière des Abouré Ehivet de Bonoua

    Le "Fokwé" est une danse guerrière importée du Ghana voisin par le peuple Abouré de Bonoua. Pratiquée uniquement par des initiés, cette danse sacrée a pour fonction de sonner le ralliement des hommes et des femmes valides pour la défense…

  • Le Fakwé ou Tam-Tam de guerre

    Le Fakwé est un tam-tam de trois à quatre mètres de long. C'est par excellence le tam-tam de guerre. Chaque promotion de classe d'âge doit en posséder un.

  • Le Gbofe d’Afounkaha: la musique des trompettes traversières et l’espace culturel de la communauté Tagbana

    Le Gbofe se pratique aujourd'hui principalement dans le village d'Afounkaha, au sein de la communauté Tagbana. Le terme "Gbofe" désigne aussi bien les trompettes traversières que la performance musicale dans son ensemble qui mêle musique, chant et danse.

  • Le peuplement Assabou (Le Royaume Baoulé de la Reine Abla Pokou)

    Les groupes wawolé qui appartiennent à la migration Assabou sont les suivants: les Walèbo, les Faafoè et leurs sousgroupes (exemple les prépressou, Fari, Gouamenessou), les Sa-Ahali, les Assabou-Alanguira, les Nanafoè-Ahuafoè, les Nzikpri.

  • Les alliances entre peuples en Côte d’Ivoire

    Les alliances à plaisanteries sont un phénomène social, caractéristique des relations humaines. De même qu'il existe dans certaines sociétés, certaines civilisations des échanges et des hiérarchies entre les membres de familles, de même il existe des liens entre les membres…

  • Les chasseurs « dozo »: origine du « dozoya »

    Doso est un terme en langue bambara constitué de « do », ce qui entre et de « so », la concession. En d'autres termes, doso veut dire « ce qui entre dans la concession et y reste », en…

  • Les Degba

    Deg (ou Dega-Mo ou Mo) est une langue du Ghana et de Côte d'Ivoire. Le Deg est parlé par les Dega, peuple vivant dans le Nord Est de la Côte d'Ivoire dans le Gontougo, et dans le Centre Ouest du…

  • Les Degha – pratiques culturelles et croyances

    Les Dega ont des pratiques culturelles qui indiquent leur caractère distinctif et aussi démontrent leurs croyances culturelles.

  • Les Degha – vie de société

    Les Dega ont migré avec leurs différentes structures politiques et sociales qui ont évolué au fil des ans. La chefferie de type Akan qui est considérée parmi les Dega a été adoptée par leur cohabitation avec les Ashanti. Les Dega…

  • Les Dida

    Les Dida n'ont pas de mot pour se désigner comme peuple; En effet, le mot "dida" n'appartient pas originellement à la langue dida et son interprétation varie selon les régions.

  • Les Dioulas

    L'appellation de Dioula (Dyola) est aujourd'hui réservée à tous les marchands soudanais, d'origine Mandé, qu'ils soient Bambara, Malinké, Dioula ou Soninké. Véritables marchands ambulants, ils circulent depuis des siècles à travers toute l'Afrique occidentale.

  • Les Ega

    Les Ega habitent dans le canton Dies de la sous - préfecture de Divo et dans le canton Dies de la sous - préfecture de Guitry. Le nom de Dies que leur donne l'administration n'existe pas dans la langue des…

  • Les formes de mariage chez les sénoufo

    Le mariage chez les sénoufo comme dans bien d'autres sociétés a plusieurs formes. Nous pouvons en distinguer 5 : la mise à part, le mariage honorifique, le mariage par amitié, le rapt et le lévirat.

  • Les Ghwa ou M’batto

    Les Ghwa, communément appelés M'batto, forment une minorité occupant une petite portion du Sud-Est de la Côte d'Ivoire, en Afrique Occidentale. Leur territoire, se situe à une cinquantaine de kilomètres à l'Est d'Abidjan, la capitale économique du pays.

  • Les insignes du pouvoir tenus ou portés par les dignitaires de la cour chez le Akan

    Autrefois se tenait en permanence aux côtés du roi un captif, ostensiblement paré d'un pectoral en or de forme circulaire. Ce captif, que le roi appelait parfois « ma bonne âme » (kra kpa), était son confident et avait une…

  • Les Komian

    Les komian sont dotées d'un pouvoir de prévention du malheur et, le cas échéant, de guérison. Cette puissance s'exerce par le truchement d'un art divinatoire et thérapeutique qui permet aux komian d'indiquer les remèdes à prendre, les sacrifices ou les…

  • Les traits culturels communs des Akan

    En principe une ethnie qui possède et connaît l'essentiel des institutions mentionnées ci-dessus est en droit de se considérer comme Akan d'origine ou de civilisation :

  • Les types de mariage en disparition chez les baoulé

    Généralement ces mariages se faisaient à l'intérieur du village ou entre villages proches de telle sorte que l'épouse résidait encore chez ses parents afin que son mari puisse faire un champ pour elle et qu'elle-même puisse faire la cuisine pour…

  • Les valeurs culturelles ancestrales et les interpénétrations culturelles chez les Baoulé

    L'univers baoulé est composé de trois (03) réalités : d'abord le firmament qui est du domaine de Dieu (Annangaman Nyamien) ensuite le monde terrestre domaine des êtres vivants humain, animal, végétal et des génies. Et enfin l'au-delà (blôlô) domaine des…

  • Mariage chez les Abourés

    Les Abouré font partie du groupe ethnique Akan. Largement influencés par le Christianisme, ils sont de moins en moins attachés à leurs traditions. Les trois groupes abouré actuels sont situés aux alentours de Moossou, Bonoua et Ebra.

  • Matriarcat Agni: quand l’héritier choisi est le neveu maternel

    La succession ou l'héritage chez les Agni N'dénian est matrilinéaire. Les enfants des sœurs sont les héritiers de droit de leurs oncles maternels.

  • Nyamwã ou l’accompagnement des défunts par les Eotilé

    Nyamwã, le rituel d'accompagnement des défunts (ehume), a cessé d'être pratiqué dans les années 1960. Les hommes et les femmes qui y ont assisté l'évoquent avec une certaine nostalgie, comme s'il était une expression achevée de l'identité éotilé.

  • Réorganisation familiale des Godié de Côte d’Ivoire

    Chez les Godié, le "lolokpa" (clan) désigne l'ensemble des personnes qui se réclament du même ancêtre et qui ont souvent le même interdit alimentaire.

  • Transua : L’importance de la reine mère dans le royaume abron

    La reine mère n'est ni la mère ni l'épouse du roi. C'est une institution qu'on retrouve dans toutes les royautés akan. Elle a perdu de sa valeur en pays agni, mais reste encore vivace chez les Abron (Bron).

  • Alliances inter-ethniques : Qui sont les alliés du peuple Kroumen?

    Les alliances interethniques connues aussi sous l’appellation d’alliances à plaisanteries sont des pactes de non-agression signés entre les ancêtres de différents peuples d’un pays et qui permettent de plaisanter fraternellement.

  • Le bollo : Origine et évolution d’une danse de renommée kroumen

    Le Bollo est un rythme venu de Tabou et pratiqué par les Kroumen dans l'extrême sud-ouest de la Côte d'Ivoire. C'est à la fois des chansons mélodieuses et des pas de danses qui rappellent le rock et la valse.

  • Le Klé : Danse guerrière du peuple kroumen

    Une démonstration de scène de guerre livrée sur un champ de bataille chorégraphique où visage, pas et gestuelle au rythme du son du Cor battent le pouls de la terreur, le Klé, danse guerrière du peuple kroumen allie frayeur, admiration…

  • Les sopie (pie, Apie, asopie) proto Akyé

    La tradition orale d'Asseudji indique que les Akyé dont le nom ancien est Pie/Apie vivaient précédemment sur les rives du fleuve Asobie (Comoé) avant même de s'en aller en Côte de l'Or puis de revenir dans son ancien foyer en…

  • Banvayo, une localité spécifique de par son habitat traditionnel basé sur le genre

    L’habitat traditionnel à Banvayo, dans le département de Téhini, (Bounkani, Nord-Est) est un habitat spécifique car exclusivement lié au genre, a constaté l’AIP sur place.

  • « Kpêhê brogo », une tenue vestimentaire Sénoufo confectionnée par des tisserands Logohn

    Le "Kpêhê brogo" est une tenue vestimentaire Sénoufo confectionnée par les tisserands Loghon à Ferkessédougou, aux dires de Ouattara Kaweli.

  • La danse Sagnon en pays Lorhon

    Le Sagnon est la danse principale des Lorhon, un peuple vivant dans la région du Bounkani, dans le Nord-Est ivoirien.

  • Le Bihibon ou la danse des initiés chez les koulango du Bounkani

    Le Bihibon, signifiant "Nous nous concertons à huis clos", est la danse des initiés chez les Koulango du Bounkani, dans le Nord-est ivoirien.

  • Les prénoms des enfants chez les lorman de Téhini

    Les lorman sont un sous groupe du peuple Lorhon vivant principalement à Banvayo, dans le département de Téhini (Bounkani Nord-Est) dont les prénoms à donner aux enfants, tant du sexe masculin que féminin, sont fonction de l'ordre de naissance.

  • L’usage de l’arme à feu dans le « Samgbara hôpô, un rite funéraire en pays lobi

    Le « Samgbara hopo » est un rite funéraire chez le peuple lobi dans le Nord -Est de la Côte d'Ivoire et qui se traduit par des tirs d'arme à feu émis en l'air pour annoncer le décès d'un membre…

  • Kontôrô, pagne traditionnel en pays lobi

    Le Kontôrô est le pagne traditionnel par excellence en pays lobi (Nord - est). Selon les gardiens de la tradition lobi, ce pagne est d'une résistance exceptionnelle et était à l'origine porté lors des travaux champêtres. Ce pagne est en…

  • Symbolisme de la fête de l’Igname en pays Koulango

    La célébration de l'Igname dans la communauté Koulango, peuple de la région du Bounkani (Nord-Est), est une pratique socio-culturelle datant du 15e siècle, marquant la fin d'une année et le début d'un nouvel an.

  • Le POPO Carnaval de Bonoua

    Manifestation culturelle célébrée chaque année à Bonoua (50 Km à l'Est d'Abidjan), le « POPO CARNAVAL » tire ses origines dans les modifications que les jeunes abouré de Bonoua apportèrent à la fête annuelle des ignames.

  • Le poro: société secrète chez les Sénoufo

    Le poro est un rituel sénoufo, qui demande une initiation très longue, parfois une vie entière pour atteindre le degré suprême de la connaissance. L'initiation se déroule sur 3 cycles de 7 ans.

  • Le port de la hotte par les femmes, le symbole de l’âme Dida

    Au grand carrefour de Divo, une magnifique sculpture représente une femme portant une hotte. La femme de la hotte, mieux qu'une simple image, est trait de culture, le symbole même de l'âme dida…

  • Le rite de la cola chez le Kroumen: un acte d’hospitalité et d’acceptation

    La cola est une civilité très ancienne que les kroumens ont intégrée dans leurs mœurs grâce a un chasseur qui, rentrant de sa chasse, ramena des cabosses de la noix de cola dans sa gibecière a ses parents.

  • Le Sacraboutou, l’Abissa du Zanzan

    Le Sacraboutou, plus qu'une danse, est une démonstration guerrière. Un symbole. Un repère historique et culturel. Un peu comme l'Abissa ou le Djipri. Tous les ans, le Sacraboutou respecte la même date, la même heure.

  • Le sacrifice du Miripôh ou la fête des ignames en pays Abbey

    En Côte d'Ivoire, l'igname, plante tropicale vivace et grimpante à gros tubercules, est intimement liée à l'histoire d'une partie du peuple Akan. Ce tubercule aurait été salvateur pour ce peuple dans une circonstance donnée de son histoire.

  • Le tchapalo: Bière de céréales et rituels

    Dans le cadre des rituels, la bière de céréales est avant tout sacrificielle. Versée en libation aux ancêtres, aux génies et autres esprits, elle sert d'intrant dans l'établissement de la communication et de la communion entre le monde visible et…

  • Le Tchologo

    Evénement de grande portée culturelle et rite initiatique, cette septenale du pays Niarafolo (Ferké) est une invitation des grands maîtres des bois sacrés et des populations Dougaha, Solikaha, Fonnikaha, Tiolokaha variante du Poro (institution initiatique majeure des bois sacrés appelés…

  • Le Top 5 des monuments historiques de la Côte d’Ivoire

    Ils sont certes vieux ou jeunes, mais ils font la fierté d'une Côte d'Ivoire en retraçant dignement son histoire. Ces monuments, ont su traverser l'ère du temps et marquer l'histoire. Chaque année, ils attirent de nombreux visiteurs et permettent ainsi…

  • Le ziglibithy

    Courant populaire de Côte d'Ivoire en Afrique de l'ouest, Le ziglibithy est un rythme traditionnel du peuple « Bété ». Le ziglibithy est un rythme traditionnel « bété » mais son origine exacte est l'objet de contestations.

  • Le « Gbahou » : Tenue traditionnelle Dan

    Les peuples de Côte d'Ivoire se distinguent les uns des autres par la langue, les us et coutumes, les habitudes alimentaires, mais aussi par l'habillement. Dans l'Ouest Montagneux, précisément chez les Dans, les hommes ont pour vêtement principal, le Gbahou.

  • Le « Tchêtché » comme le kita

    Comme le Kita ou le kinté le sont pour le Ghana, le pagne « Tchêtché » est typique de la région du Zanzan. « Tchêtché » en langue Koulango (ethnie du Zanzan) signifie méli-mélo.

  • Les 7 familles de la Cité Royale de Moossou – les Odwé (clans)

    Ces clans ont pour principal rôle de faire exécuter les décisions prises en conseil de Mendrê par leurs membres. Ils sont au nombre de sept dans tous les villages et ont des rôles plus ou moins nobles à jouer, rôles…

  • Les alliances en Côte d’Ivoire ou « le Pacte de non agression »

    Les alliances en Côte d'Ivoire ou « le Pacte de non agression » sont un phénomène social en Côte d'Ivoire et partout en Afrique et qui autorise un groupe à plaisanter avec un autre groupe et à même injurier l'autre…

  • Les caïmans sacrés de Gbanhui

    Selon nos informateurs, le site actuel du village a été cédé aux fondateurs abron par les autochtones Kulango. Gbanhui où cohabitent de nos jours Abron et Kulango (ce qui est rare dans la région) est un village de création kulango,…

  • Les danses traditionnelles du pays Abbey et Krobou

    Le patrimoine culturel Abbey et Krobou regorge de plusieurs danses traditionnelles avec chacune sa spécificité. Quelques-unes ont été exécutées, lors de la première édition du Festival de danse traditionnelle Abbey et Krobou dénommé "Négbè 2006", initié par le conseil général…

  • Les fêtes Adjoukrou

    Les Adioukrou sont originaire de la ville de Dabou située dans le sud de la Côte d'Ivoire. Ils sont issues du groupe Akan qui est venu du Ghana. Ses villages se distinguent par la singularité et la richesse de leurs…

  • Les fêtes traditionnelles Côte d’Ivoire

    En dehors des jours fériés liés aux fêtes, il existe une multitude de fêtes traditionnelles en Côte d'Ivoire qui regroupent environ 60 ethnies. Ces rendez vous de la culture et de la tradition ne représentent pas des jours chômés.

  • Les petits danseurs d’Issia, une richesse culturelle du département

    Les petits danseurs d'Issia (Centre-Ouest, région du Haut Sassandra) dont la renommée dépasse aujourd'hui les frontières de la Côte d'Ivoire, constituent une richesse culturelle pour le département.

  • Les potières de Krangrassou (Dimbokro), ces braves femmes rythment la vie socioéconomique du village

    La vie socioéconomique à Krangrassou, une localité située à une dizaine de kilomètres de Dimbokro, est rythmée par l’activité de ses potières, de braves femmes qui conçoivent et fabriquent des objets utilitaires ou décoratifs en argile.

  • Présentation de la forêt sacrée de Zaïpobly

    Le village de Zaïpobly est situé au Sud-Ouest de la Côte d'Ivoire sur l'axe Guiglo-Taï, à environ 9 km de Taï, dans la périphérie Ouest du Parc National de Taï. Il possède une forêt sacrée appartenant au bloc occidental du…

  • Quand la prophétie et le songe donnent naissance à Tiémé

    La tradition orale situe la création de Tiémé, érigée, en 1974, en circonscription administrative et chef-lieu de sous-préfecture, aux alentours du XVIè siècle. Après que des migrations successives, en provenance de régions sahéliennes, de peuples d'origines Malinké, Bambara et Sénoufo,…

  • Le mariage chez les Bété

    Les Bété peuplent le centre de la Côte d'Ivoire et appartiennent au groupe Krou. Leur pays s'étend sur la forêt et la savane, entre Gagnoa et Daloa. Les Bété forment une société patrilinéaire et traditionnellement polygame, même si la monogamie…

  • Le Kouroubi ou Kroubi

    Le kouroubi est une danse traditionnelle de réjouissance des jeunes filles de l'ethnie malinké de Côte d'Ivoire. La danse est réservée aux jeunes filles vierges de la communauté. Elle permet aux jeunes filles qui vont se marier de faire leur…

  • LES N’ZIMA: la royauté

    Situé dans la partie Sud-Est de la ville de Grand-Bassam sur le littoral, le royaume N'Zima de Grand-Bassam est constitué de populations N'Zima (`'Mi N'Zima qui signifie je ne sais») connues sous l'appellation d'Apolloniens ou encore Appolos. Les N'Zima, en…

  • Sociétés et rites secrets chez les Dan

    Les sociétés de l'Ouest présentent chacune un visage à double face. La première, apparente, concerne les rapports sociaux et familiaux. Elle est perceptible pour l'étranger, l'administration. L'autre face, cachée, mystérieuse, pourtant toujours présente, débordant le cadre religieux, appartient aux sociétés…

  • Moossou, village fidèle à son histoire

    Situé en bordure de lagune et à l'embouchure du fleuve Comoé, à l'est de la Côte d'Ivoire, le petit village de Moossou semble perdu au milieu de l'urbanisation galopante de Grand Bassam. Pourtant, il garde farouchement l'héritage que son histoire…

  • Les noms baoulé et signification

    L'ethnie baoulé est une ethnie du centre de la Côte d'Ivoire. C'est la première du pays en nombre (23% de la population). Elle est principalement parlée en Côte d'Ivoire dans le centre du pays à Bouaké, Yamoussoukro, Dimbokro, Béoumi, Sakassou,…

  • Le kôtou, danse de réjouissance chez les Akouè

    Le peuple Akouè est un peuple authentique qui célèbre avec faste les moments de réjouissance. Et de cette authenticité est née le kôtou.

  • Allah Thérèse, la « vieille mère » de la musique Ivoirienne

    Un parcours plein d’endurance et de persévérance. Figure emblématique de la musique traditionnelle, Allah Thérèse et son double compagnon (musicien et mari), l’accordéoniste N’goran la loi continuent de soulever des foules à chacune de leurs prestations sur scène. L’âge et…

  • Abissa, un label de développement touristique en Côte d’Ivoire

    L'Abissa est l'une des plus grandes célébrations culturelles que la Côte d'Ivoire abrite. Fête de réjouissance initiée par les N'Zima, peuple installé à Grand Bassam à l'Est de la capitale abidjanaise, ce désormais festival réunit, chaque année au mois de…

  • Cérémonie d’adoration des monts « Mafa »

    Les monts « Mafa » sont situés a 8 km au Sud de Bécédi-Brignan, entre le village de Mafa-Mafou et Bécédi-Brignan. Il s'agit de deux sommets élevés, massifs granitiques qui se retrouvent « mystérieusement » dans une zone qui a…

  • Le tambour parleur en pays akyé

    « Atimbâ » ou « Atimbrâ ». C'est le tambour parleur en pays akyé. Son existence dans les départements d'Adzopé, d'Akoupé et de Yakassé-Attobrou est liée, dit-on, à celle de certains grands chefs coutumiers d'alors, dont la seule volonté en…

  • Matriarcat Baoulé: reine célibataire, et culte des ancêtres maternels

    Les Baoulés constituent un peuple de Côte d'Ivoire, vivant essentiellement au centre du pays, près des villes de Bouaké et de Yamoussoukro. Ils représentent environ 23 % de la population du pays (environ 3 943 667 d'individus) ce qui fait…

  • Le mariage en pays baoulé et agni

    Les Baoulé et les Agnis sont du groupe Akan qui vient du Ghana. Ils vivent essentiellement au centre de la Côte d'Ivoire pour les baoulé et à l'est du même pays pour les agnis.

  • Culte des Jumeaux en pays Agni

    Chez les Agni, une femme qui met au monde des jumeaux est célébrée. Elle est élevée au rang de princesse et un culte lui est rendu.

  • La femme nourrice ou Eta en Agni

    En pays akan, toute naissance est une joie. C'est la victoire de la vie sur la mort. La femme qui vient de donner la vie est l'objet d'un soin particulier. Après huit mois de grossesse, elle quitte son domicile conjugal…

  • Le mariage en pays Abbey

    En pays Abbey, dans le département d'Agboville (Région de l'Agnéby, au nord-est d'Abidjan), le mariage consacre, avant tout, l'union de deux familles, voire de quatre, puisqu'il faut compter avec les familles alliées. Chez les Abbey (comme partout ailleurs) le mariage…