Tradition

  • La société des Kwi : pierre angulaire de la forêt sacrée de Zaïpobly

    A l'origine, le Kwi était une institution juridictionnelle et policière dont la compétence s'étendait sur tout le complexe ethnique. Cependant, les réalités sociales actuelles, issues des mutations des mentalités, de l'introduction des nouvelles religions, ont assigné le Kwi dans certaines…

  • La succession dans le royaume de Sanwi

    D'abord, la situation généalogique sur laquelle les vielles femmes et plus particulièrement la mère sont consultés ; le deuxième critère qui concerne la capacité à exercer le pouvoir, relève de l'appréciation des parents masculins L'intronisation proprement dite se fait le…

  • La Valè-Pouè: célébration de la nourrice chez les Abouré

    La cérémonie du Valè-Pouè est un trait caractéristique de la culture en terre Abouré. On accorde un rite particulier à la maternité. Une perception de la maternité qui tire son essence des valeurs d'une société fortement ancrée dans la tradition.…

  • Le « Dipri » ou la Fête du renouveau

    C'est pourquoi cette fête fait l'objet d'une intense préparation psychologique. Le soir de cette veille du « Dipri », tous ceux qui durant l'année, ont eu à déplorer la perte d'un parent, se rasent la tête en signe de levée…

  • Le « Fokwé » ou danse guerrière des Abouré Ehivet de Bonoua

    Il est composé de trois tambours, à savoir le "Fokwé Blinn" ou le grand tambour, l'"Attoungblan" ou le jumelé (mâle et femelle) et un dernier appartenant à la classe d'âge "Mploussoué" de Koumassi. Cet ensemble instrumental est accompagné de petits…

  • Le Fakwé ou Tam-Tam de guerre

    Autrefois, en pays Abouré, le tronc d'arbre coupé qui était destiné à être sculpté faisait son entrée au village à un « yablé-kyankpô» ; un samedi sacré et était porté par quatre jeune gens issus de chacune des quatre classe…

  • Le Gbofe d’Afounkaha: la musique des trompettes traversières et l’espace culturel de la communauté Tagbana

    Les trompettes du Gbofe sont fabriquées à partir de racines qui sont ensuite recouvertes de peau de bœuf. Six différentes trompettes de taille croissante (50 à 70 cm) jouent ensembles. Elles produisent une gamme de sons ressemblant aux mots du…

  • Le peuplement Assabou (Le Royaume Baoulé de la Reine Abla Pokou)

    Les Aïtou (Awoutou), Asandrè et Ngban ne font pas partie de la migration Assabou: les Suamenle relèvent de cette migration Assabou, mais leur cas est particulier, et nous expliquerons en quoi dans les pages à venir. Après la traversée du…

  • Les alliances entre peuples en Côte d’Ivoire

    1. LES FONDEMENTS Ces types de relations ont longtemps été expérimentés dans beaucoup de sociétés africaines pour diverses raisons. La plupart traduisent des relations religieuses, militaires, économiques, juridiques à l'intérieur de la famille, du clan ou entre groupes alliés. Mais…

  • Les chasseurs « dozo »: origine du « dozoya »

    Le dosoya (le fait d'être doso) dote l'individu d'une somme considérable de savoirs recoupant presque tous les aspects de la vie (art de la chasse, médecine naturelle, pouvoirs mystiques dont le don d'ubiquité, de métamorphose, d'invulnérabilité aux armes métalliques?) et…

  • Les Degba

    Les Degha font partie des minorités de ce grand ensemble et dont parfois négligés ou assimilés aux Gurusi au Ghana et aux Koulango ou Abron en Côte d'Ivoire. Une partie de ce peuple se retrouve aujourd'hui en Côte d'Ivoire dans…

  • Les Degha – pratiques culturelles et croyances

    Dii Pea ( FestivaI d'ignames): Le festival le plus important qui est célébrée par toutes les communautés Dega est Pea Dii (littéralement, manger de l'igname), la fête des ignames. Elle est célébrée à différentes périodes par chaque communauté et les…

  • Les Degha – vie de société

    Dans une large mesure, chaque chef de clan était indépendant. Jamakoro a expliqué que Teo [la divinité de la terre] est un symbole d'autorité sur un lopin de terre où il est érigé. Tout chef de Mo qui a Teo,…

  • Les Dida

    L'opinion commune au Sud, est qu'il s'agirait d'un mot avikam signifiant "les tatoués". Au Nord, on le présente comme la déformation des mots baoulé "di, la" dont le sens serait : "Mange et dors"; Ce serait un sobriquet railleur donné…

  • Les Dioulas

    Sur le plan linguistique, un bambara mandé simplifié, dit « dioula», sert de langue de communication dans tout l'Ouest Africain, le long des principales routes commerciales reliant le nord islamisé avec les marchés de la Côte et du Centre. Certains…

  • Les Ega

    Et son origine n'est pas connue. Les Ega forment une petite enclave Kwa au milieu des Kru. Ils ont pour voisin les Dida au nord, à l'est et à l'ouest, et au sud leur population est difficile à évaluer. La…

  • Les étapes du mariage chez les Sénoufo

    Il est à noter que toutes les formes de mariage ne respectent pas forcement ces étapes; le lévirat, le rapt et le mariage honorifique se passent bien de l'étape des fiançailles par exemple. Ici nous parlerons du mariage dans son…

  • Les formes de mariage chez les sénoufo

    1 - La mise à part Cette forme de mariage consiste à se réserver une fille dès son jeune âge ou même avant sa naissance. Le terme est pôrô et signifie apprivoiser, élever. Cela est différent des fiançailles car bien…

  • Les Ghwa ou M’batto

    Leur localité est limitée dans sa partie Nord par les peuples Attié et Agni de la Préfecture d'Alépé ; au Sud et à l'Est par les Abouré et N'zima dans la Préfecture de Bassam. A l'Ouest les frontaliers des Ghwa…

  • Les insignes du pouvoir tenus ou portés par les dignitaires de la cour chez le Akan

    La mort du roi est en effet un scandale qui plonge le monde dans le chaos, ici comme dans d'autres royaumes africains. Nul ne doit en parler ouvertement, mais seulement à mots couverts, par exemple en disant que « le…

  • Les Komian

    Ce pouvoir de prévention et de guérison est mis au service de la collectivité entière dans le cadre de pratiques publiques plus ou moins fréquentes, mais obligatoires à l'approche de la fête de l'igname. Les komian signalent alors les éventuels…

  • Les traits culturels communs des Akan

    1. La langue Les Akan parlent twi; linguistiquement, les groupes qui se comprennent plus ou moins sont : - Les Agni-Baoulé: Abron, Abidji, Abouré, Ayaou, Anno, Agni, Baoulé, Essouma, Ewotiré, Juaben, Yaourè - Les Akyé-Abè: Abè, Akyé, ébrié, éga, Mbato,…

  • Les types de mariage en disparition chez les baoulé

    Nous avons déjà vu que le mariage atovlè qui sanctionnait une séparation complète entre l'épouse et sa famille impliquait que ces mariages se fassent entre des villages relativement éloignés les uns des autres. Dans la même catégorie on peut classer…

  • Les valeurs culturelles ancestrales et les interpénétrations culturelles chez les Baoulé

    Les Baoulé croient en un dieu créateur (Nyamien), intangible et inaccessible. Le dieu de la terre (Assiè) contrôle les hommes et les animaux. Les esprits ou Amuen sont dotés de pouvoirs surnaturels. Le monde réel est l'opposé du monde spirituel…

  • Mariage chez les Abourés

    Les Akan ont un système de parenté bilinéaire à base matrilinéaire. La demande en mariage se fait par le père du jeune homme ou son héritier au père de la jeune fille ou à son héritier. Seules peuvent être «…

  • Matriarcat Agni: quand l’héritier choisi est le neveu maternel

    Après le décès de l'oncle, une concertation familiale avec les membres de la famille associant hommes et femmes surtout, permettra de désigner l'héritier de droit de l'oncle défunt. Les femmes à cette occasion désignent par lignage et par droit d'aînesse…

  • Nyamwã ou l’accompagnement des défunts par les Eotilé

    Il est en effet inconnu des voisins Anyi et Abouré, qui appartiennent pourtant à la même aire culturelle, l'aire akan. La question qui nous intéresse ici est la suivante : ce rituel, sur lequel nous renseignent des témoignages oraux, porte-t-il…

  • Réorganisation familiale des Godié de Côte-d’Ivoire

    Le "go" désigne à la fois le lignage et l'emplacement qu'il occupe au sein du village; son chef, le "göba", s'occupe de l'organisation intérieure du "go", de la gestion des biens communs et de leur répartition; il rend la justice…

  • Transua : L’importance de la reine mère dans le royaume abron

    Ici, la reine mère n'appartient pas à la famille du roi ou du chef. On en trouve à tous les échelons de la société. Dans les chefferies comme dans la royauté. Les reines mères sont issues de familles nobles, habilitées…

  • Alliances inter-ethniques : Qui sont les alliés du peuple Kroumen?

    Entre alliés l’on peut se permettre certaines choses comme empêcher un enterrement, bloquer un cortège, injurié l’autre, tuer une bête d’autrui et… le principe étant de se montrer supérieur à l’autre dans une relation maitre-esclave. Mais, vu que l’esclave est…

  • Le bollo : Origine et évolution d’une danse de renommée kroumen

    Origine du bollo L'origine du bollo tirerait ses sources du Highland écossais. En effet, les esclaves et les matelots Kroumen, ces maitres des eaux se divertissent après les interminables besognes dans les plantations de canne à sucre, imitant la danse…

  • Le Klé : Danse guerrière du peuple kroumen

    Et comment pouvait-il en être autrement pour ce peuple à qui l'on reconnait déjà la réputation de posséder des qualités humaines tel que la bravoure et le courage qui ont forgé son histoire. Et à observer l'exécution de la danse…

  • Les sopie (pie, Apie, asopie) proto Akyé

    Relation avec les Ano Denkyira Bien avant leur arrivée dans l'Ano proprement dit, les Ano Denkyira ont recontré sur le territoire ano abè de la région de Katimanso où ils ont séjourné, des Sopié et le clan kpanyi kpin. Ce…

  • Banvayo, une localité spécifique de par son habitat traditionnel basé sur le genre

    La localité de Banvayo note une particularité frappante au niveau du symbole qui caractérise la construction de leur habitat. Cette contrée, par ailleurs capitale du peuple Lorman, un sous-groupe des Lorhon, peuples anciens de la région du Bounkani, est située…

  • « Kpêhê brogo », une tenue vestimentaire Sénoufo confectionnée par des tisserands Logohn

    Arborant fièrement son habit traditionnel en pur coton, le natif de Ferkessédougou, rencontré par l’AIP mardi au quartier Lanviara, lors de la fête de la Tabaski, est un employé de mairie à la retraite, paré à l’occasion de sa plus…

  • La danse Sagnon en pays Lorhon

    Le Sagnon est animé musicalement par les sonorités d’un balafon lead, accompagné au moins de deux tambourins couchés, frappés sur leurs bords. Les instrumentistes distillant cette musique fort rythmée sont rejoints au milieu de la scène par des colonnes de…

  • Le Bihibon ou la danse des initiés chez les koulango du Bounkani

    Le Bihibon est en réalité le nom d’un tambour parleur. Et c’est ce nom qui a été attribué à la danse qui accompagne cet instrument. Appelée populairement "Bigbo", cette danse est exclusivement exécutée par les hommes et femmes initiés de…

  • Les prénoms des enfants chez les lorman de Téhini

    Chez les lorman, explique le patriarche Ouattara Dekolo, chef de village de Banvayo, chez les garçons, le premier né est Sié, suivi de Sambi puis vient Weda. Le quatrième est Kinadi et le cinquième Oro. Quant aux filles, l'aînée est…

  • L’usage de l’arme à feu dans le « Samgbara hôpô, un rite funéraire en pays lobi

    Selon les gardiens de la tradition, le « Samgbara hôpô » dans les temps anciens se faisait avec des mousquets, des armes à feu portatives dans lesquels ils mettaient de la poudre à canon. Les détonations étaient des signes de…

  • Kontôrô, pagne traditionnel en pays lobi

    Il présente une teinture multicolore et uniquement fait dans le Sud du Burkina Faso par des familles lobi ayant acquis l'art de la teinture de générations en générations. Il est à la base de la confection de plusieurs tenues vestimentaires…

  • Symbolisme de la fête de l’Igname en pays Koulango

    Selon les gardiens de la tradition Koulango, c'est un chasseur du nom de Kpame qui, au cours d'une longue randonnée en pleine brousse, aurait découvert ce tubercule. Attiré par son aspect, le chasseur s'approcha et vit que cela pouvait l'aider…

  • Le mariage « ba-te-ino » chez les Guéré

    II arrive qu'une fille soit mariée avant même d'être née. L'adage « si c'est une fille c'est ma femme, si c'est un garçon c'est mon ami », que l'on retrouve dans la plupart des sociétés patrilinéaires, revêt ici toute sa…

  • Le POPO Carnaval de Bonoua

    Ainsi, en 1946, ils innovèrent en organisant le « POPO » (qui signifie « masque » en langue abouré). Beaucoup plus tard, devenus des adultes, ils baptisèrent cette fois-ci la fête du nom de « POPO CARNAVAL », en y…

  • Le poro: société secrète chez les Sénoufo

    Les femmes ont le droit d'être initiées au premier cycle, puis elles se marient, font des enfants, et peuvent reprendre leur initiation après la ménopause ; il faut qu'elles soient à nouveau considérées comme asexuées pour pouvoir continuer. " Pour…

  • Le port de la hotte par les femmes, le symbole de l’âme Dida

    Lorsque vous parcourez les villages de la région, vous rencontrerez des femmes revenant des champs avec des bagages dans les hottes sur le dos. Pour l'étranger qui découvre cela pour la première fois, c'est une curiosité : des femmes qui…

  • Le rite de la cola chez le Kroumen: un acte d’hospitalité et d’acceptation

    Il leur fit comprendre que c'était grâce aux vertus de ce fruit riche en caféine qu'il put résister et à la faim et à la fatigue pendant plusieurs jours en brousse. Et, c'est ainsi que ses parents qui ne connaissaient…

  • Le Sacraboutou, l’Abissa du Zanzan

    Généralement, il se déroule l'après midi du jour de la grande prière qui met terme au jeûne des musulman. Le Sacraboutou il faut le rappeler, est une danse annuelle qui mérite d'être inscrit au calendrier des évènements touristiques dans le…

  • Le sacrifice du Miripôh ou la fête des ignames en pays Abbey

    Il a tantôt fait son apparition mystérieuse à un moment critique pour sauver certains groupes d'hommes d'une famine effroyable, tantôt joué le rôle d'un aliment à propriétés particulières, voire surnaturelles. D'où l'instauration par ce peuple d'une fête de l'igname qui…

  • Le tchapalo: Bière de céréales et rituels

    Elle est d'abord offerte aux habitants du monde invisible auprès de qui assistance, protection et bénédiction sont recherchées, ou encore en guise de remerciements pour la moisson abondante ou pour une faveur obtenue (e.g. naissance). Ce n'est qu'après cela qu'elle…

  • Le Tchologo

    Selon M. Sanogo Daouda, maître – Assistant à l'université d'Abidjan, le Tchologo échappe, au milieu des années 1929, aux assauts de l'administration coloniale, après avoir connu des périodes d'interruption au 18e et 19e siècle, à cause, respectivement des guerres de…

  • Le Top 5 des monuments historiques de la Côte d’Ivoire

    Aujourd'hui devenu l'orphelinat des garçons de Bingerville, le palais du gouverneur à Bingerville demeure incontestablement l'un des chefs d'œuvre reflétant le mieux l'ère colonial. Ce bâtiment colonial construit au début du 20e siècle (au début des années 1900) est célèbre…

  • Le ziglibithy

    La thèse la plus souvent émise est que le ziglibithy vient de Tahiraguhé, le village d'Ernesto Djédjé (le modernisateur du rythme) où il a été développé et maintenu. D'autres le disent issu du pays Gagou, apparu à Daloa dans les…

  • Le « Gbahou » : Tenue traditionnelle Dan

    Le boubou traditionnel Dan appelé Gbahou en langue locale, peut être subdivisé en trois (3) grands groupes: Faké-hi, Sota-Béhi, et le Gandoura. Le Faké-hi : Il s'agit d'une tenue royale. Elle se présente comme un grand boubou à manches bouffantes,…

  • Le « Tchêtché » comme le kita

    Le « Tchêtché » n'est pas un pagne banal. C'est l'expression d'une culture, d'une tradition, d'un peuple. Celui du Zanzan. En un mot, le pagne « Tchêtché » ou « Dagbèrè » (en Malinké ) est propre au Zanzan. Mais…

  • Les 7 familles de la Cité Royale de Moossou – les Odwé (clans)

    Les Odwé n'ont pas de noms et de signes particuliers pour distinguer leurs membres. Les Abouré ont un nombre indéterminé de noms que tous les clans, sans exception, utilisent. Exemple: le nom amangwa peut être utilisé pour tous les Odwé.…

  • Les alliances en Côte d’Ivoire ou « le Pacte de non agression »

    Lorsqu'il y a une alliance qui lie deux groupes ethniques, l'un peut empêcher un enterrement en déposant la feuille d'une plante sur le cercueil. L'allié qui se trouve ainsi coincé sera obligé d'offrir à l'allié demandeur, tout ce qu'il exigera…

  • Les caïmans sacrés de Gbanhui

    Les Kulango seraient arrivés à cet endroit après de longues et pénibles batailles. Ainsi leur chef guerrier décida de s'y arrêter à cause des souffrances (Gbanlé) que sa troupe avait eu à supporter durant de longues années de guerre. II…

  • Les danses traditionnelles du pays Abbey et Krobou

    Le "Obougbö" ou danse proverbiale est une danse réservée aux nobles. Elle s'exécute pendant les grands évènements tels que la fête des ignames ou fête de la purification et lors des obsèques d'un riche homme. Au cours de cette danse,…

  • Les fêtes Adjoukrou

    La fête de génération ou Low en adjoukrou, est une fête destinée aux jeunes garçons de 18 ou 21 ans. C'est un événement très important pour l'Adjoukrou. Elle est représentée comme étant le passage obligatoire pour être un Homme défenseur…

  • Les fêtes traditionnelles Côte d’Ivoire

    JANVIER - Fête annuelle des Bénédictions : Goulia (Nord - Dépt. Odiénné) - Fête de l'Ebeb : Tous les villages de la S/P Dabou - Fête du Jour de l'An chez le Prophète Papa Nouveau : Toukouzou (S/P. Jacqueville) -…

  • Les petits danseurs d’Issia, une richesse culturelle du département

    Les petits danseurs d'Issia qui ont conquis le cœur de milliers de personnes à travers le monde, constate-t-on, sont tous jeunes, mais ne manquent pas de talent. On les appelle les tout-petits parce que le plus âgé a 15 ans…

  • Les potières de Krangrassou (Dimbokro), ces braves femmes rythment la vie socioéconomique du village

    Connues pour leur dextérité dans la fabrication de ces objets, elles ont fait de ce bourg, une destination prisée pour les férus de ces objets céramiques dont la renommée a dépassé les frontières de la région du Nzi (Centre de…

  • Présentation de la forêt sacrée de Zaïpobly

    La forêt sacrée de Zaïpobly a une superficie de 12,30 hectares et est séparée en deux blocs par l'axe Guiglo-Taï. C'est une forêt secondaire bien conservée. On y distingue trois strates : - Une haute strate, constituée de grands arbres.…

  • Quand la prophétie et le songe donnent naissance à Tiémé

    Une configuration à nul autre pareil La chaîne de montagnes Tiémé, du nom de la localité qui l'héberge, abrite, en son point culminant, un centre émetteur de la Radiodiffusion Télévision ivoirienne (RTI). Celle-ci confère, de ce fait, au chef-lieu de…

  • Le mariage chez les Bété

    Le Bété s'est à l'origine marié par rapt. Les rapts ont pratiquement disparu et sont devenus une espèce de rituel qui s'est transformé en jeu. Actuellement, pour pallier des difficultés concernant le paiement des dots, le mariage par rapt, avec…

  • Le Kouroubi

    Personne ne dit avec certitude l'origine du kouroubi. Des personnes affirment qu'il avait lieu lors de la nuit du Destin. Le but étant de mettre en éveil les hommes pendant la lecture du Coran. L'habitude festive restée depuis lors. Spécificité…

  • LES N’ZIMA: la royauté

    Par ailleurs, il convient de noter que le passage de la chefferie au statut de royaume de la communauté N'Zima de Grand-Bassam est récentes (à partir de l'année 2000). Avec NANAN TANOE Désiré comme premier roi (ancien ambassadeur de son…

  • Sociétés et rites secrets chez les Dan

    La société secrète, constituée par tout groupement d'individus ayant conscience de participer à la même connaissance secrète de manifestation de puissance magique, est dirigée par un chef. Les membres sont recrutés par la voie hiérarchique ou par adhésion volontaire. Tout…

  • Moossou, village fidèle à son histoire

    Exode du Ghana Au 17e siècle, les ravages du commerce négrier qui se développe sur la Côte de l'Or (Ghana) poussent plusieurs peuples Akans à migrer vers l'ouest. C'est ainsi que les Abouré fondent les villages de Dibi, Aboisso, Wessebo…

  • Les noms baoulé et signification

    Chez les baoulés, le père donne son prénom à ses enfants, qui devient leur nom de famille. Cette pratique est appelée à disparaître depuis la réglementation qui impose le système du nom de famille fixe. Ainsi, le papa de Konan…

  • Le kôtou, danse de réjouissance chez les Akouè

    Principalement exécuté dans le district de Yamoussoukro, le kôtou est une danse populaire et prisée dans les évènements de grandes envergures pour le plus grand bonheur des Akouè qui revendiquent la paternité de cette danse. Les origines d'une danse atypique…

  • Allah Thérèse, la « vieille mère » de la musique Ivoirienne

    Un parcours plein d'endurance et de persévérance. Figure emblématique de la musique traditionnelle, Allah Thérèse et son double compagnon (musicien et mari), l'accordéoniste N'goran la loi continuent de soulever des foules à chacune de leurs prestations sur scène. L'âge et…

  • Abissa, un label de développement touristique en Côte d’Ivoire

    L'Abissa marque l'entrée dans une année nouvelle pour le peuple N'Zima. Musiques, danses et chants traditionnels, rythmes et rituels meublent les festivités depuis la première édition en 2012. C'est la seule célébration culturelle qui enlève toutes barrières administratives et sociales…

  • Cérémonie d’adoration des monts « Mafa »

    - L'une serait une entité mâle avec pour caractéristiques, une surface plus aplatie et moins haute d'une altitude de 600 mètres. Les voies d'accès à ce site sont très broussailleuses rendant difficile la montée. Ce site réputé dangereux avec la…

  • Le tambour parleur en pays akyé

    Samedi 6 août 2008. Les populations de Mêbiffon, localité de la nouvelle sous-préfecture de Biébi dans le département de Yakassé-Attobrou, s'apprêtent pour les funérailles de l'un des fils de ce village, décédé il y a quelques mois. Tout est réuni…

  • Matriarcat Baoulé: reine célibataire, et culte des ancêtres maternels

    Les Baoulés font partie du groupe Akan, et sont originaires du Ghana voisin. Il s'installent en Côte d'Ivoire au XVIIIe siècle, guidés par la reine Abla Pokou. Le nom Baoulé vient du sacrifice, par la reine Pokou, de l'un de…

  • Le mariage en pays baoulé et agni

    Le mariage est l'union entre les deux individus, mais surtout celle de deux familles. La célébration d'un mariage est précédée de longues discussions entre les familles des fiancés. En pays akan, c'est l'homme qui fait le pas et décide d'épouser…

  • Culte des Jumeaux en pays Agni

    La naissance de jumeaux est l'objet de cérémonies spéciales car on leur attribue des pouvoirs mystiques, des dons thérapeutiques spéciaux. Après leur naissance, les enfants sont présentés au chef du village. Pour éviter le mauvais œil, devant la maison des…

  • La femme nourrice ou Eta en Agni

    Après l'accouchement, pendant trois mois, elle est l'objet de tous les soins afin d'être bien nourrie pour allaiter son bébé et le maintenir en bonne santé, mais aussi pour se préparer à être encore plus belle et désirable pour son…

  • Historique de l’institution de l’Eleb

    C'est au cours de cet exode que Akmétché Lock, soeur du chef de la communauté, offrit en sacrifice son fils quand il fallut traverser le fleuve "Go" situé entre Grand-Lahou et Fresco. D'oû la justification du système matrilinéaire en pays…

  • Le mariage en pays Abbey

    Elles peuvent durer depuis que la fille est dans le ventre de sa mère; un parent (le père, la mère, une tante, un oncle...) peut choisir la fiancée du fils; il arrive même que la fiancée échoit au fiancée par…