Les Maou ou Mouka

Le Maou est à la fois un espace géographique, un peuple, une culture et une langue de communication de la Côte d'Ivoire. Le pays Maou est connu sous le nom de Bafing (prononcer Ba_fi'n… «Fleuve noir»/en effet le « g » ne se prononce pas… Il tire son nom du fleuve Bafing qui coule à environ 71 km au Sud de la ville de Touba et se jette dans le Sassandra au Sud-ouest du Parc national du Mont Sangbé.

La population présente sur le terroir était estimée à 192.493 habitants selon le recensement de 1998. Le recensement effectué dix ans plus tôt estimait la population rurale à 86 % de la population totale. Il existe une diaspora dans plusieurs villes de l’Ouest, du centre et du sud de la Côte d’Ivoire et dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique… Le peuple Maouka est un peuple gaie et festif… on peut observer chez les Mahouka que événements marquants le cycle de vie de l’HOMME Maouka sont célébrés par des danses et chants du riche folklore Maouka…

Situation géographique

Le Bafing est l’une des 19 régions de la Côte d’Ivoire. Il est situé au Nord-ouest de la Côte d’Ivoire et a une superficie de 8 720 km2. Ses régions frontalières sont : au Sud, la région des Dix-huit Montagnes; au Nord, la région du Denguélé; à l’Est, la région du Worodougou; à l’Ouest, la république de Guinée.

Géologie Relief et Climat

Le relief est fait de plateaux parsemés de collines. La végétation est de type savane arborée avec quelques forêts par endroit. Le climat alterne entre deux saisons : la saison des pluies (avril à octobre) et la saison sèche (novembre à mars). La pluviométrie varie de 1200 à 1 400 mm de pluie par an et la saison culturale s’étend de 165 à 270 jours. Les températures moyennes mensuelles oscillent entre 25,3 oC et 31,3 oc. Le réseau minier est constitué de nickel, d’indices de fer, d’or et de diamant.

Hydrographie

Le pays Maou est drainé par trois fleuves et quelques petits cours d’eaux. Ces fleuves sont des affluents du Sassandra. Le fleuve Bafing forme une frontière naturelle entre la région du Bafing et la région des Dix-huit Montagnes, et ce jusqu’aux environs du village de Bogouiné. Le Férédougouba ou Bagbé coule à environ 13 km au Nord de Touba et se jette également dans le Sassandra à Dabala au Sud du complexe sucrier de Borotou-Koro. Le troisième fleuve, Boa part du Nord de la région et se jette dans le Sassandra aux environs du village de Vialadougou près du complexe sucrier de Borotou-Koro. La Boa forme une frontière naturelle entre la région du Bafing et la région du Denguélé. Le Sassandra forme une frontière naturelle entre la région du Bafing et la région du Worodougou.

Croyances religieuses

La société Maou est à l’origine animiste. Le masque « Sabgé », propriété des Diomandé, était utilisé pour chasser les sorciers et les mauvais esprits. Les Diomandé ont eu contact avec l’Islam probablement à la fin du XVIII siècle. Dans la localité de Koro, précisément à NIGBILA; l’ancêtre des Soumahoro adorait une montagne du nom de Kuninguu. Cependant, le nom du créateur suprême existait chez le Maou à savoir: Kolayèèman Massa (Roi ou DIEU à même de transformer toutes situations) ou Dan-ni Massa (Roi ou DIEU à même de créer). La quasi-totalité du pays Maou est aujourd’hui islamisée. KORO est une terre de pèlerinage pour les habitants du pays Maou. Elle tire cette reconnaissance de la piété de son fondateur, El-Hadji Moussa Bakayoko qui fonda le village de Koro entre le XIV ème siècle et le XVI ème siècle. El-Hadji Moussa Bakayoko fut sept fois le pèlerinage à la Mecque à une époque où le voyage se faisait à pieds puis dans des caravanes. Ses prières sont à l’origine de l’existence de la rivière Yirima située à l’entrée de Koro. Dans les alentours du village, il n’y avait pas d’eau. Le Maou maintient et entretient les liens avec ses ancêtres. Ainsi, il est de coutume chez le Maou de faire des sacrifices en l’honneur des ancêtres à des moments précis de l’année. Selon les moyens, ce sacrifice peut être un coq, un bélier ou un bœuf que l’on immolera après avoir invoqué le créateur suprême.

ACTIVITES

Les principales activités économiques du pays Maou sont: l’agriculture, l’agro-industrie, l’élevage et le commerce.

Agriculutre

Les cultures de rentes sont la canne à sucre, le soja, le riz et la noix d’acajou ou anacarde. Ces cultures occupent et retiennent sur place une partie de la jeunesse. Les cultures du maïs, de l’igname, de la patate douce, de l’arachide, du manioc, du coton et de la banane plantain sont également pratiquées dans le pays Mahou. Le riz reste cependant la culture vivrière dominante. La culture du riz se fait essentiellement dans les bas-fonds.

Agro-industrie

L’agro-industrie du pays Maou est essentiellement basée sur le soja et le sucre. Une entreprise de production de sucre existe à l’Est de Koro; c’est le complexe sucrier de Borotou-Koro. Il est opérationnel depuis 1978-1979. Ce complexe a une capacité de production comprise entre 30.000 et 40.000 tonnes de sucre par an. Il est approvisionné par les 972 plantations villageoises de canne à sucre.

L’élevage

L’élevage est l’une des principales activités économiques du pays Maou avec un effectif global de plus de 20000 bovins, 39000 ovins, 7300 Caprins et 700 porcins. Selon les statistiques du Programme Alimentaire Mondial, 85 % des ménages du pays Maou possèdent des animaux d’élevage. Selon ces mêmes statistiques, 71 % des ménages possèdent des volailles contre 38 % possédant des ovins et 31 % possédant des caprins.

Le Commerce

Le commerce est principalement dominé par la vente du riz. Les marchés des grandes localités sont organisés selon un principe de fonctionnement tournant. Cela permet d’exposer les produits agricoles à un plus grand nombre de clients. Ainsi, le marché de Borotou se tient chaque lundi, celui de Koro chaque jeudi, celui de Touba chaque samedi et celui de Ouaninou chaque dimanche.

ATRAITS TOURISTIQUE DU PAYS MAOU

Les masques échassiers

Les masques se déplaçant sur des échasses et appelés échassiers sont une des attractions touristiques du pays Maou. Les échassiers sont toutefois en voie de disparition dans plusieurs villages en raison de l’islamisation qui recommande de se défaire de tout ce qui a une apparence de fétiche.

Parc national du mont Sangbé

La partie septentrionale du parc national du mont SANGBE est située dans la région du Bafing au voisinage des villages de Bonzo et de Sorotana. Le Parc du Mont Sangbé est l’un des cinq grands parcs de la Côte d’Ivoire avec une superficie de 95,000 hectares. Il est à cheval entre la région des dix-huit et la région du Bafing. La faune du national du mont Sangbé comprend des antilopes, des éléphants des singes et des buffles.

Mausolée d’El-Hadji Moussa Bakayoko

Le Mausolée d’El-Hadji Moussa Bakayoko à Koro est un lieu de recueillement. Il a la particularité d’être situé au sein du village. La tombe est recouverte de sable graviers concassés et est entourée de quatre murs d’environ 1 à 1,5 m de hauteur avec une entrée. Les Présidents Félix Houphouet Boigny, Henry Konan Bédié et Laurent Gbagbo y sont passés.

Grottes de Ouaninou

Dans la localité de Ouaninou, une grotte servait de lieu de passage pour les premiers habitants du pays Maou. Cette grotte reliait la Côte d’Ivoire à la Guinée.

Poissons sacrés de Silakoro

Situé à 16 km de Touba, le village de Silakoro, dernier bastion de l’animisme du Maou, est connu pour sa Mare aux Poissons Sacrés. Les Silures de Silakoro sont censés incarner l’âme des ancêtres. La Mare est de ce fait le lieu de culte des villageois.

Forgerons de Yoh

Yoh, village situé à 5 km de Touba est connu grâce à ses forgerons. à Yoh, le visiteur découvrira le mystère des forges.

Les derniers articles