Niakaramandougou

Niakaramandougou, ou plus simplement Niakara, est située à 500 Km d’Abidjan et à 125 Km de Bouaké sur la route nationale A3 reliant la Côte d’Ivoire au Mali et au Burkina Faso. Elle est limitée au Sud, par la Commune de Fronan ; au Nord, par la Commune de Tafiré ; à L’Est, par la commune de Foumbolo ; à l’Ouest, par la Commune de Tortiya.

Administrativement, il s’agit d’une Préfecture située dans le district de la vallée du Bandama ( Bouaké). Sa population est de8 254 habitants au RGPH de 1998 sur une superficie de 82,6 Km².

Historique
Niakara est fondé vers le 18è siècle par Gnèkèrè SILUE, Chef Guerrier venu de Kong après la décadence de l’empire de Kong. Il est à souligner qu’à ses débuts, ce village portait le nom Gnèkèrèkaha « Village de Gnèkèrè » qui a subi par la suite, plusieurs transformations linguistiques pour devenir NIAKARAMANDOUGOU (aujourd’hui cette appellation est peu usitée par la population et l’administration qui préfèrent NIAKARA).

Ce village a connu une expansion remarquable à telle enseigne qu’elle fut érigée Chef-lieu de Sous-préfecture en 1961, en commune en 1985 et en Chef lieu de Département du même nom en 2009.

Niangbo fut le premier cercle de division (ce qui est maintenant le département) dans le pays Tagbana. Le village porte encore les stigmates du passage de Samory Touré sur son territoire. En effet, après son passage, les forces vives du village se sont dispersées, soit pour échapper à leurs bourreaux soit pour aller à la recherche de ces derniers.

La population de Niangbo est en grande partie constituée de cultivateurs (qui produisent igname, maïs, coton…). Aujourd’hui ces cultivateurs s’adonnent à la culture de l’anacade afin de pallier la pauvreté qui sévit dans cette région. Pour améliorer les conditions de vie auxquelles sont confrontées sa population les ressortissants mènent des actions autour de mutuelles et d’associations en vue d’amorcer le développement de la région. Dans ce sens, la MURENA (mutuelle des ressortissants de Niangbo) travaille de concert avec l’AJEEN (association des jeunes élèves et étudiants de Niangbo).

Les peuples originaires de cette localité créée durant l’ère coloniale sont les Tagbana.

Economie
– Atouts économiques et industriels : la commune de Niakara est essentiellement agricole. C’est une agriculture fondamentalement basée sur les Cultures vivrières (Le riz, l’igname, le mil, le maïs, l’arachide, la patate douce, manioc, piment, aubergine, gombo …), soutenues par des cultures d’exportation (coton, tabac, anacarde, mangues), et par l’élevage traditionnel des volailles, bovins, ovins, caprins, porcins en forte évolution.
– Commerce : la situation de la commune de Niakara (située sur la nationale A3) est favorable au développement du commerce des produits agricoles cités plus haut.
– Banque : COOPEC (micro finance)
– Transports : En plus d’une compagnie de transport interurbain basée à Niakara, nombre de véhicules traversent la commune, la rendant accessible à toutes heures.
– Secteur primaire : agriculture et élevage
– Secteur secondaire : trois (03) boulangeries.
– Secteur tertiaire : deux stations services, micro finance…

Villes / Villages

Voir tous