La commune d’Attécoubé

Située dans le District, et dans le Département d’Abidjan, la commune d’Attécoubé avant 1980, faisait partir de la délégation d’Adjamé. Erigée en commune de plein exercice par la loi n° 80-1182 du 17 octobre 1980 Portant statut de la ville d’Abidjan, elle fait partie des treize (13) communes du district d’Abidjan.

Sa population est de 207.586 habitants sur une superficie de 68,2 km²

Attécoubé, village défriché en 1937, fut habité définitivement en 1939 et l’idée de création du village est venue de DOMPEYDAN BENOIT. La commune tient son nom du village qui l’a accueilli. L’appellation Attécoubé signifie le village en bas. La commune est divisée en deux rives ; rive droite et rive gauche. Elle compte 35 quartiers et 05 villages occupés par les Tchamans., on trouve dans la commune, presque toutes confessions religieuses
.
Economie
La commune d’Attécoubé est située entre la commune d’ADJAME qui est essentiellement commerciale et celle de YOPOUGON fortement industrialisée. la vie économique à Attécoubé est donc essentiellement dominée par le petit commerce et l’activité artisanale.

– Commerce: En plus des six (06) marchés existant, il y’a aussi de petits magasins le long des artères principales et occupés par le petit commerce. Aussi l’activité artisanale détenue par les couturiers, les coiffeurs, les fabricants de tambours, de savon artisanal, de chaussures et des mécaniciens et menuisiers

– Banques: SGBCI, BICICI, CECP, …

Historique de la ville

Avant 1980, Attécoubé faisait partir de la délégation d’Adjamé. Erigée en commune de plein exercice par la loi n° 80-1180 du 17 octobre 1980, elle fait partie des treize (13) communes du district d’abidjan. Attécoubé, village défriché en 1937, fut habité définitivement en 1939 et l’idée de création du village est venue de DOMPEYDAN BENOIT. La commune tient son nom du village qui l’a accueilli. L’appellation Attécoubé signifie le village en bas. La commune d’Attécoubé est divisée en deux rives ; rive droite et rive gauche. Elle compte 35 sous quartiers et 05 villages occupés par les Tchamans. Attécoubé est une commune, on y trouve presque toutes les religions et confessions religieuses, mais les plus dominantes sont : Les catholiques, les musulmans, les baptistes, les harristes, les célestes, les animistes et biens d’autres. Attécoubé a une superficie totale de 68,2 km² dont 40km² couvert par la forêt du banco, 5km², par la lagune Ebrié. La superficie habitable est de 23,2 km². Elle est limitée a l’ouest par la commune de yopougon, à l’Est par les communes du Plateau, d’Adjamé et Abobo et au Nord par Anyama.

Tous les quartiers urbanisés de la commune ont leur quartiers précaires. Ce qu’est important de retenir est que l’espace non bâti est à proportion supérieure à l’espace offrant un cadre adéquat de vie. A priori on peut attribuer 30% d’espace bâti ; 50% de zone d’occupation anarchique et 20% de zone non bâtie. Cette situation est l’expression d’une saturation foncière prononcée, observable sur le plateau où les aires de jeux et de divertissement font défaut.

2- L’habitat

Pour l’habitat, il est à noter que, le conseil municipal et le maire mènent sans relâche un combat pour le bien-être de la population. C’est pourquoi, le maire a revu l’occupation de certains quartiers précaires tels que : Cité-Fairmont Baoulé, Gbébouto, Espoir, Sébroko (Boribana) qui verront leurs populations déguerpies et réinstallées sur des espaces vivables avec le minimum de commodité de vie. En entendant la réalisation définitive de ces projets, les habitants d’Attécoubé pour une part importante vivent dans, des concessions communément appelées ‘‘cours communes » qui comptent 25.526 unités soit 56,95%, des maisons simples au nombre de 9652 soit 21,53%, des logements en bande 5639 unités soit 12,58%, des appartements dans des immeubles 1625 unités soit 3,63%. Les villas et les maisons individuelles occupent de faibles pourcentages ce qui traduit l’aspect populaire de la commune d’Attécoubé.

Le tableau (1) et la figure(1) ne sont pas une traduction de la réalité de l’habitat par rapport à la spécificité de la commune mentionnée plus haut (rive droite, rive gauche). A priori, il faut voir qu’au niveau de la superficie, la rive gauche c’est à dire de Sébroko (Boribana, ONUCI) en passant par Attécoubé-plateau, Agban-village, Cité Fairmont pour atteindre le Cantonnement Forestier est moins étendue et très saturée au niveau de l’occupation spatiale que la rive droite qui est très étendue et plus peuplée. En considérant les rives on a la répartition suivante :

En somme, l’habitat est en partie précaire, l’amélioration de l’occupation de certains quartiers a été réalisée d’autres sont en cours. Il s’agit de la Cité Fairmont Baoulé, une partie de Gbébouto, Espoir qui verront leurs populations déguerpies et réinstallées sur des terrains vivables avec le minimum de commodités de vie. L’assainissement des quartiers, l’offre de cadre de vie adéquat sont en effet des objectifs de l’équipe municipale actuelle conduite par le maire Danho Paulin claude. Les services de bases qui donnent à la commune un caractère urbain sont peu nombreux et peu diversifié et souvent quasi inexistants.

Villes / Villages

Voir tous