La commune de Sarhala

Sarhala est une ville de Côte d’Ivoire située au centre-nord. Elle est limitée : au Sud par la Sous-préfecture de Mankono, au Nord par les Sous-préfectures de Dianra-village et de Boron, à l’Est par les Sous-préfectures de Marandallah, Bouandougou et Tiéningboué et à l’Ouest par les Sous-préfectures de Dualla et de Kani. Elle est distante de : 45 km du Chef-lieu de Département Mankono, 530 km d’Abidjan, 154 km de Korhogo et de 110 km Séguéla.

Sa population est de 12673 habitants.

A l’origine, Sarhala s’appelait Touba (c’est-à-dire zone de forêt). Cette localité a été fondée par la famille BAKAYOKO du quartier MAGADOUGOU.

Plus tard, issu de famille descendue de l’empire Mandingue en déclin, l’ancêtre des KANATE de Sarhala, aussi appelé SOUMAHORO, arrière petit fils de SOUMANGOUROU KANTE, mythique roi de l’empire Sosso ; Férémori KANATE, homme saint musulman, est parvenu à Touba (actuel Sarhala), dans la famille BAKAYOKO, après un pèlerinage à la Mecque.

L’histoire nous enseigne qu’à l’arrivée de Férémori KANATE à Touba (actuel Sarhala), il n’a trouvé au village qu’une jeune fille handicapée des jambes. Après les salutations, la jeune fille lui aurait indiqué que ses parents se trouvaient dans les champs. Ce fut alors que Férémori KANATE aurait demandé à la fille d’aller les chercher, ce qu’elle aurait trouvé impossible et absurde, puisqu’elle était invalide. Après quelques invocations coraniques KANATE intima l’ordre à la fille de s’exécuter. Et le miracle de se produire ! Bien droite sur jambes, la jeune fille courut sur ses parents pour porter l’heureuse nouvelle de l’arrivée de l’étranger bienfaiteur.

Une fois au village, les BAKAYOKO ont bien accueilli l’étranger et ont tout mis en œuvre pour le retenir, vu qu’il pouvait beaucoup leur apporter. C’est ainsi que Férémori KANATE avait pris pour épouse la jeune fille qu’il avait guérie de paralysie, contre une plus valide qu’on lui avait proposée.
Se sentant très à l’aise dans le village où il avait été bien reçu, Férémori KANATE a alors dit qu’il était arrivé à SAHALA, endroit où il fait bon vivre, endroit de prospérité et de convivialité. Avec le temps, ce terme Malinké sera déformé pour devenir SAGALA et aujourd’hui SARHALA.

Economie

– Le coton et l’anacarde constituent le choix cultural des populations et se présentent comme les deux mamelles de l’économie locale. Les données ci-dessous témoignent éloquemment de la vitalité économique de Sarhala et font d’elle un véritable pôle de développement agro économique dans le Béré.

– Vivrier: Pratiqué en général par les groupements coopératifs des femmes, le vivrier gagne considérablement du terrain et constitue l’une de leurs principales sources économiques. Dans ce domaine, Sarhala est devenue une plate-forme importante au centre-nord du pays. Sa production est écoulée sur les marchés locaux mais également en grande partie sur les marchés de gros de Bouaké et de Korhogo. Grâce à son potentiel, Sarhala est le grenier du Béré.

– Commerce :Le secteur du commerce est dominé par un marché tenu à Sarhala. Ce paysage sera étoffé par l’implantation d’une station-service et d’une boulangerie moderne.

– Industrie: Le projet de construction d’une unité de transformation de noix de cajou vient meubler le secteur industriel.

– Banque : une COOPEC est en construction pour booster l’économie locale. Ces infrastructures économiques seront appuyées par un important outil de développement : une radio de proximité appelée Sarhala FM, 99.0 , installée par le Conseil municipal.

Villes / Villages

Voir tous