Attiégouakro

Attiégouakro est une commune de Côte d’Ivoire située à 18 km de Yamoussoukro.

Elle est fondée par Nanan Boniki qui découvrit cette terre après une partie de chasse. Depuis lors le village connut une évolution et fut découvert par les Français qui lui donnèrent le nom du chef Attiégoua en lieu et place de Bonikikro qu’il portait avant. Après ceux-ci plusieurs chefs ont animé la vie sociale de la commune.

Attiégouakro compte quatre écoles primaires, un collège, un centre de santé urbain, un poste de gendarmerie, une pharmacie et plusieurs lieux de culte.

Elle a été érigée en département avec un préfet résident à Yamoussoukro sans oublier sa sous-préfecture.

Elle est située à 18 km de La capitale politique de Yamoussoukro et à 7 km de Gorominankro.

Le département d’Attiégouakro compte 28 322 habitants issu de 29 villages avec une superficie de 1100 km2 créé par décret N°97-18 du 15 janvier 1997. Ce département dispose d’une seule commune et de deux sous-préfectures, celle d’Attiégouakro et de Lolobo. Elle fait partie du district autonome de Yamoussoukro.

Plus d’info

L’histoire d’Attiégouakro date du XIXe siècle. Il a été fondé par Nanan Boniki qui découvrit cette terre après une partie de chasse. Depuis lors le village connut une évolution avec la création de campements voisins.

Nanan Boniki proposa aux siens de se réunir pour rester plus forts. Ainsi, les villages Kossénou, Kouadio-Ahoukro, Assoikro, Akinkro, Assouman-Yaokro se réunirent pour former Bonikikro.

Ces villages constituent, aujourd’hui, les différents quartiers de la ville. Vers 1910, il fut découvert par les Français qui lui donnèrent le nom du chef Attiégoua en lieu et place de Bonikikro.

La localité d’Attiégouakro compte aujourd’hui 8 903 habitants (Anonyme, 2009). Sur ce site, on trouve les Nanafouè, autochtones et des allochtones Akan comme les Walèbo, les Ahitou, les Agni, etc. et des allogènes ressortissants du Burkina Faso, de la Guinée, du Mali, du Nigéria, etc.

Les marchés se tiennent exclusivement le mercredi. Les jours tabous connus et communs aux Nanafouè sont les mercredis, et le premier jour de l’apparition lunaire où les travaux champêtres sont proscrits.

La femme indisposée ne doit accéder à aucune forêt sacrée. Il y a aussi des totems partagés par des familles. Ces préceptes sont de moins en moins respectés aujourd’hui puisque le peuple, jadis animiste a embrassé les religions dites révélées que sont le christianisme et l’islam.

Les sociétés Nanafouè sont matrilinéaires. Ce mode de succession peut engendrer l’autorité de l’oncle sur ses neveux et être à la base de nombreux problèmes dans la gestion de l’héritage.

Attiégouakro compte 3 écoles primaires (EPP A, B et Château D’eau) avec un collège, un centre de santé, un poste de gendarmerie, une pharmacie.

Elle a été érigée en département avec un préfet résident à Yamoussoukro sans oublier sa sous préfecture. Elle est située à 18 Km de la capitale politique de Yamoussoukro et à 7 km de Gorominankro sur l’axe Yamoussoukro – Toumodi.

Les derniers articles

  • Ferkessédougou

    Ferkessédougou (communément appelée Ferké) est, du point de vue de son importance démographique, l'une des…

  • Le village d’Aby

    Aby est une localité du sud-est de la Côte d'Ivoire et appartenant à la Région…

  • Le département d’Oumé

    Le département d'Oumé est un département de la région de Gôh dans le district de…

Villes / Villages

Voir tous