Le Kabadougou

Située dans la partie nord-ouest du pays, la région du Kabadougou a pour chef-lieu la ville d’Odienne. Elle constitue avec la région du Folon, le district du Denguélé. Elle est limitée au nord par la région Folon, à l’est par la région du Bagoué, au sud par les régions du Bafing et du Worodougou, à l’ouest par la République du Libéria. La région du Kabadougou est divisée en 8 départements (Samatiguila, Odienne, Madinani, Bako, Tieme, Seguelon, Dioulatiedougou et Seydougou et est riche en artisanat, en culture et en histoire. Cette région est peuplée en grande partie des Malinké qui se sont installés en Côte d’Ivoire depuis le XVe siècle.

Présentation de Kabadougou

La région du Kabadougou, l’une des composantes du district du Denguélé, est située dans le nord-ouest de la Côte d’Ivoire. Elle est l’une des trente et une (31) régions administratives du pays et couvre une superficie de 14 000 km2 soit 6% du territoire national.

La région du Kabadougou est limitée au nord par la région du Folon, à l’est par la région de la Bagoué, à l’ouest par la République de Guinée et au sud par les régions du Bafing et du Worodougou. La ville d’Odienné, chef-lieu de la région du Kabadougou, est située à 850 km d’Abidjan, la capitale économique et à 550 km de Yamoussoukro, la capitale politique du pays.

Le relief est dominé par les plateaux avec la présence de massifs montagneux dont le Mont Denguélé culminant à 806 m d’altitude. Le climat est de type tropical avec un régime soudano- guinéen à deux saisons:

– une saison pluvieuse qui s’étend de juin à novembre;
– une saison sèche qui s’étend de décembre à mai, assorti d’harmattan.

La pluviométrie a atteint des points de 1600 mm de précipitations annuelles, régulièrement réparties. Plusieurs cours d’eau arrosent par ailleurs la région. Les températures annuelles varient de 21°C à 35°C, avec des amplitudes thermiques moyennes de 26.5°C.

Le Kabadougou est l’une des régions les plus oxygénées du pays, par la répartition équilibrée de ses forêts classées.

La région du Kabadougou est l’une des régions les plus pourvues en ressources hydrauliques. Trois bassins versants d’envergure y sont présents. Il s’agit du bassin du cours d’eau Baoulé important affluent du fleuve Niger, du bassin du fleuve Sassandra qui prend sa source dans le Kabadougou et du bassin versant du fleuve Bandama.

Trois bassins de cours d’eau et leurs nombreux affluents arrosent tout le Kabadougou du nord au sud pour le Sassandra et le Bandama, et du sud vers le nord pour le Baoulé, important affluent du fleuve Niger. Les pluies y sont également abondantes, puisqu’elles atteignent parfois 1200 mm en moyenne par année. Le potentiel cumulé des eaux de ruissellement, souterraines et pluviales est suffisant pour garantir un approvisionnement intégral et satisfaisant des populations du Kabadougou en eau potable et en énergie hydraulique.

La région du Kabadougou est dotée de treize (13) forêts classées disséminées sur l’ensemble de son espace géographique. On y trouve de nombreuses espèces animales comme: les antilopes, les phacochères, les panthères, les agoutis, les singes, etc.

Situation démographique
La région du Kabadougou est peu peuplée et près de 4 habitants sur 5 vivaient en dessous du seuil de pauvreté en 2008 (Confère DSRP, 2008). A ce jour, cette population est estimée à environ 193 364 habitants. Au plan de la chefferie traditionnelle, le Kabadougou comprend neuf (09) cantons. La densité de la population dans le Kabadougou était de 11.5 habitants au kilomètre carré. Ce taux est estimé à présent à 17,9 habitants au kilomètre carré. Un indicateur qui reste largement en dessous de la moyenne nationale (69 habitants). La principale langue d’échange des populations autochtones (92.5%) est le Malinké.

Organisation administrative
La Région du Kabadougou compte cinq (05) départements et quinze sous-préfectures répartis comme suit:

– département d’Odienné: cinq (05) sous-préfectures (Bako, Bougousso, Dioulatièdougou, Odienné et Tiémé);
– département de Madinani: trois (03) sous-préfectures (Fengolo, Madinani et N’Goloblasso);
– département de Séguélon: deux (02) sous-préfectures (Séguélon et Gbongaha);
– département de Gbéléban: trois (03) sous-préfectures (Gbéléban, Samango et Seydougou);
– département de Samatiguila: deux (02) sous-préfectures (Samatiguila et Kimbirila au sud).

Aspects économiques
La région regorge d’énormes potentialités économiques:

Le secteur primaire

Les initiatives agricoles constituent l’essentiel de l’activité économique de la région du Kabadougou. Le système d’exploitation agricole est en général de type familial et traditionnel. Cependant à travers les groupements informels à caractère communautaire au niveau des femmes et des jeunes, on enregistre une amorce dynamique à vocation pré-coopérative.

Les principales cultures du Kabadougou sont: le riz, l’igname, le maïs, le mil, le sorgho, le fonio, la patate, le manioc, et l’arachide. Les cultures maraîchères principalement réalisées par les femmes sont: la tomate, l’oignon, les choux, la salade, le gombo, l’aubergine, le piment, la carotte. Les cultures spéculatives sont: le soja, la mangue, le citron, la papaye, le gingembre, l’orange, la noix de karité. Le coton et l’anacarde produits sur de grandes superficies constituent la spéculation en plein essor dans la région.

La zone se prête à l’agro-pastoral qui est pratiquée aujourd’hui de manière traditionnelle. Le cheptel se composait il y a une dizaine d’années de bovins, ovins, caprins et volailles. La possibilité de développer cette activité existe car le climat, la végétation, la disponibilité des terres se prêtent à la création de fermes modernes associant agriculture et élevage.

L’apiculture se fait de manière traditionnelle pour les besoins de consommation domestique. Cependant, il existe deux groupements d’apiculteurs de 80 personnes dans la région. La pêche se fait de manière traditionnelle, mais la présence de plusieurs cours d’eau peut favoriser le développement de cette activité avec l’appui des investisseurs.

L’exploitation du bois, des feuilles, des écorces et des racines des essences forestières pour les besoins quotidiens (bois de service, bois d’énergie, bois d’œuvre et pharmacopée) augmente proportionnellement par rapport à la démographie.

Secteur secondaire

Bien que le potentiel de développement d’une activité industrielle structurée existe, le Kabadougou continue d’être le champ d’expérimentation d’une activité de transformation des produits locaux.

En effet, les opportunités de création d’unités industrielles opérationnelles existent. Par exemple, il est noté la transformation sur place du soja tel que le lait de soja, le pain de soja, le yaourt de soja, les tourteaux de soja, l’huile de soja, etc., de la mangue, de la tomate, du coton, de l’anacarde, du beurre de karité, du gingembre, du citron, de la mangue, de l’hibiscus (bissap), de la pomme de terre, du sésame, du miel.

En l’absence d’activités industrielles florissantes, l’activité artisanale est très répandue. Aussi, trouve-t-on dans la région plusieurs artisans dont:

– les forgerons qui fabriquent des outils de production (dabas, haches, pioches, machettes, armes à feu traditionnelles et modernes, flèches sagaies, etc.);
– les potières qui fabriquent des pots à fleurs, canaris, vase à encens, petits mortiers, objets de décoration;
– les tisserands qui produisent les vêtements traditionnels à base du coton,
– les menuisiers, les maçons, les cordonniers, les tailleurs, les fabricants de vanniers, de cordes, nattes et filets de pêche, etc.

La prospective géologique révèle des indices d’or, de nickel, d’étain, de colombo, de tantalite, de chrome et une forte amplitude de manganèse. De nombreux indices miniers y ont été répertoriés et dont la connaissance approfondie débouchera sur l’exploitation des substances telles que l’or, le diamant, le manganèse, le cuivre, le nickel, le colombo tantalite, le molybdène, etc. Mais à ce jour, seul un important site pourvu de substances minérales a été développé dans le Kabadougou, il s’agit de Zévasso pour l’or.

L’ensoleillement dans le Kabadougou qui est de l’ordre de 2500 heures en moyenne par an est un véritable gisement solaire très peu et mal exploité à ce jour. Seule la localité de Baradjan située dans la sous- préfecture d’Odienné est munie de panneaux solaires qui assurent l’éclairage public du village.

Le secteur tertiaire

Dans la région du Kabadougou, il existe d’importantes infrastructures socio-économiques de base: tics, eau courante, hôtels, restaurants, routes, banques, assurances, électricité, structures académiques, structures sanitaires, ONG, etc.

Aspects sociaux
La région du Kabadougou compte des infrastructures académiques composées d’établissements préscolaires, secondaires (collèges et lycées), techniques et professionnels (Lycée professionnel d’Odienné, Centre de formation professionnel, Atelier d’apprentissage et d’application) ainsi qu’un établissement d’enseignement supérieur (Cafop).

Au plan des structures sanitaires, la région du Kabadougou compte un Centre hospitalier régional, dix (10) centres de santé urbains, vingt-deux (22) Centres de santé ruraux, et un hôpital des Sœurs italiennes. La région dispose de nombreuses danses: le Didadi, le Yagba, le Brou, le Zolo, le Djembé, le Balafon, le Ghôhô, le Ngoni et le Molon.

Les derniers articles

  • La sous-préfecture d’Andé

    Créée par décret n°2005-315 du 06 octobre 2005, la Sous-Préfecture d’Andé a été officiellement ouverte…

  • Gbongaha

    Gbongaha est une ville du nord-ouest de la Côte d'Ivoire dans la région du Kabadougou…

  • Le Kabadougou

    Située dans la partie nord-ouest du pays, la région du Kabadougou a pour chef-lieu la…