Le tchapalo: Bière de céréales et rituels

Dans le cadre des rituels, la bière de céréales est avant tout sacrificielle. Versée en libation aux ancêtres, aux génies et autres esprits, elle sert d'intrant dans l'établissement de la communication et de la communion entre le monde visible et invisible.

Elle est d’abord offerte aux habitants du monde invisible auprès de qui assistance, protection et bénédiction sont recherchées, ou encore en guise de remerciements pour la moisson abondante ou pour une faveur obtenue (e.g. naissance). Ce n’est qu’après cela qu’elle peut être partagée entre les vivants. La cohésion entre les habitants du monde visible s’en trouve alors renforcée.

Usages individuels de la bière de céréales
Le tchapalo dans la quotidienneté Le tchapalo est une boisson commune très prisée tant chez les hommes que chez les femmes sénoufo. Sa fabrication dans le contexte traditionnel est uniquement l’oeuvre de femmes d’un certain âge (quarantaine et plus), qui en ont hérité en ligne maternelle selon les révélations de la société divinatoire du Sandogo9. Depuis la période précoloniale alors que les cauris (Cypraea moneta ou C. marginata) servaient de monnaie, ces spécialistes (sumbartcho), commercialisaient à tour de rôle le tchapalo et ce, de façon à éviter une compétition.

Cette bière consommée sur une base quotidienne et souvent à jeun, est appréciée pour ses vertus préventives des états fébriles, du paludisme et de la constipation, ce qui rend inutile l’administration de lavement rectal. Elle sert aussi d’excitant pour les paysans en leur permettant de supporter les travaux pénibles des champs. Aussi, en emportent-ils dans des bidons sur leurs lieux de travail afin d’en boire pendant la pause midi.

L’usage du tchapalo par les femmes
Compte tenu des nombreuses occupations qui la retiennent au foyer, la clientèle féminine est moins visible dans les lieux de consommation publique. Il n’en demeure pas moins que dans le cadre strictement familial, les femmes en font également usage. Un des usages individuels féminins est lié à une période bien spécifique de la vie reproductive. Il s’agit de la gestation, état durant lequel la femme sénoufo voit sa diète marquée par de nombreuses prohibitions alimentaires (e.g. chair de certains animaux, certains poissons, patates douces, mangues, miel, etc.).

De toutes les boissons connues en terroir sénoufo, la bière de céréales bien épicée (ajout de piment Caspicum sp.) est celle qui est la plus recommandée aux femmes pendant leur grossesse.
Compte tenu des propriétés curatives (« soigne le ventre »), dépuratives (« fait sortir les saletés du ventre ») et amincissantes (« fait sortir les excès de graisse ») qui lui sont reconnues, l’absorption d’importantes quantités est une norme. En cas de refus chez les personnes qui n’en ont pas l’habitude, la contrainte peut être exercée.