Le réseau hydrographique ivoirien

Le réseau hydrographique ivoirien est constitué par quatre grands bassins (Comoé, Bandama, Cavally) d'une dizaine de petits bassins côtiers (Tano, Bia, Mé, Boubo, Agnéby, Niouniourou, San-Pédro, Néro, Méné, Tabou) et des sous-bassins du Niger (la Bagoé et le Baoulé).

Le Bandama
Le bassin du Bandama entièrement situé en territoire ivoirien, occupe une superficie de 97 500 km2, entre 3°50′ et 7° de longitude Ouest. 5° et 10°20′ de latitude Nord. En raison de son orientation Nord-Sud, il recouvre donc des zones différentes sur le plan climatique et bio-géographique. Le fleuve Bandama prend sa source dans le Nord du Pays, entre Korhogo et Boundiali, à une altitude de 480 m. Long de 1.050 km, il coule d’abord d’Ouest en Est pendant près de 200 km, en décrivant un arc de cercle autour de Korhogo. Il prend ensuite une direction Nord-Sud et son cours présente alors de nombreux méandres Dans la partie Nord, il reçoit successivement le Solomougou et le Bou (affluent de rive droite), le Badénou et la Lokpôhô (affluent de rive gauche).

La Marahoué, principal affluent de rive droite (550 km de long, bassin versant de 24.300 km2) est alimenté par le Yani (200 km) et se jette dans le Bandama blanc, juste en amont du lac de Taabo.

Le N’Zi est le principal affluent de rive gauche (« 25 km, bassin versant de 35.500 km2) prend sa source à 400 m d’altitude à l’Est de Ferkessédougou et conflue avec le Bandama blanc, un peu en amont de Tiassalé. Le Bandama se jette dans la lagune de Grand Lahou. La partie amont du bassin est soumise à un climat de type soudanais alors qu’il est de type guinéen vers l’aval. Il en résulte que le régime hydrologique de type tropical de transition vers le Nord (avec une seule crue annuelle bien marquée d’Août à Octobre) évolue progressivement vers un régime équatorial de transition dans le Sud (avec deux crues annuelles). Il peut y avoir des variations importantes de débits à l’échelle inter-annuelle.

Le Sassandra
Le fleuve Sassandra naît à Dabala de la confluence du système Boa/Sien/Tiemba et de la Férédougouba dont les sources se situent à Beyla (en Guinée) vers 750 m d’altitude. Il draine du Nord au Sud un bassin de 75.000 km2. Le réseau comprend trois autres affluents importants: le Bafing (au niveau de Biankouma) et le N’Zo (au niveau de Guiglo) en rive droite, la Lobo en rive gauche. L’embouchure se situe près de la ville de Sassandra, après 650 km de cours principal. Plus spécifiquement, le profil en long du Sassandra est constitué d’une succession de plans d’eau calmes séparés par des rapides et des chutes. Les lits mineurs demeurent uniques sans plaines d’inondation latérale. Tout comme le Bandama, le bassin du Sassandra recouvre différentes zones climatiques et biogéographiques. La partie amont est soumise à un climat soudanais, alors que le moyen Sassandra subit un climat de type montagnard et la partie aval est sous l’influence d’un climat de type guinéen.

La Comoé
La Comoé prend sa source dans la région de Banfora (Burkina Faso). Il est long de 1 100 km et engendre un bassin versant de 78 000 km2.

Le bassin du Cavally
Le Cavally qui prend sa source en Guinée, couvre un bassin versant de 28 800 km. Il mesure de 600 km de long et sert de frontière naturelle entre la Côte d’Ivoire et le Liberia.

Les fleuves côtiers
Les principaux fleuves côtiers arrosant la région Sud du pays sont de l’Ouest à l’Est :
– le Boubo (longueur 130 km, bassin versant 5 100 km2) ;
– l’Agnéby (longueur 250 km, bassin versant 8 900 km2) ;
– la Mé (longueur 140 km, bassin versant 4 300 km2) ;
– la Bia qui prend sa source au Ghana et mesure 290 km.

Les affluents du Niger
On en retiendra que deux :
– la Bagoé (230 km de long) ;
– le Baoulé (330 km de long).

Les affluents de la Volta
Ils sont localisés dans la région Nord-Est du pays. Il s’agit du Kanba, du Koulda, du Kolodio, du Binéda, le Guimébé, du Kobodio et du Zola.

Les lacs de barrages hydro-électriques
Ils sont au nombre de six (6). Ils ont été construits dans le but d’assurer la couverture des besoins nationaux en énergie électriques. Il s’agit de Kossou, Buyo, Ayamé I. Ayamé II, Taabo et Faé.

a) Le lac de Kossou
II a été créé en 1971 par suite de barrage du fleuve Bandama au kilomètre 296 avant l’embouchure. Il est situé entre 06°57′ / 08°08′ de latitude Nord et 05°42′ / 05°49′ de longitude Ouest. Il est long de 180 km et couvre une superficie de 900 km2.

b) Le lac de Buyo
Créé en 1981 par suite de barrage du fleuve Sassandra. Il est situé entre 01°14′ / 07° 03′ Nord et 6° 54′ / 07°31′ de longitude Ouest, à l’aval immédiat de la confluence Sassandra et du N’Zo et comprend de ce fait deux branches maîtresses.

c) Le lac de Taabo
Créé en 1978 par suite de barrage du fleuve Bandama à 195 Km de l’embouchure, le Lac de Taabo se situe entre 06° 20 et 06° 40′ de latitude Nord et 5° et 5°30′ de longitude Ouest.

d) Le Lac d’Ayamé
Le lac d’Ayamé se situe entre 5°30′ de latitude Nord et 3° de longitude Ouest. La cote maximum est 91 m. Aucun déboisement n’ayant précédé la mise en eau, le lac se présente comme un grand plan d’eau sombre d’où émergent des troncs d’arbres restés débout II se présente aussi sous forme d’un barrage voûte s’appuyant d’un côté sur la montagne et de l’autre sur une digue de surélévation en terre compactée. L’ensemble atteint une longueur de 610m (300m de digue et 310m de barrage)