Origine du peuple Kodè

Tel un arbre avec une tige unique et des branches multiples, l'origine du peuple Kodè ou Kondè (ou populairement Godê, par déformation phonétique) et de son fief, Béoumi (en plein centre de la Côte d'Ivoire), repose, selon celui qui la relate, sur une légende singulière dont les versions sur les étymologies des motsKondè et Béoumi connaissent des variantes plus ou moins écartées les unes des autres.

Une légende singulière
Tous les anciens de cette région s’accordent sur son peuplement qui, selon eux, remonte au XVIII ème siècle. En effet, la Reine Ablaha Pokou (ancêtre des Baoulé), chassée de son pays natal, la Gold Coast (actuel Ghana), s’est dirigée vers la Côte d’Ivoire actuelle à la tête des Assabou.

Après plusieurs escales, ils arrivèrent dans la région représentant, à ce jour, le centre de l’actuelle Côte d’Ivoire où ils fondèrent Sakassou et s’y installèrent.

De là, la reine donna l’ordre à son frère, Ablaha Akpo, chef de son armée, d’aller vite chasser ou repousser les ennemis et de revenir aussitôt. C’est à partir de là que les versions divergent quant à l’étymologie du mot Kondè.

Versions diverses
Pour certaines traditions orales, en mettant en mission son frère, la reine Ablaha Pokou lui aurait donné l’ordre en ces termes en langue Baoulé : « Kondè-bla n’dè » qui signifie « vas-vite et reviens » ! Une formule qui serait à l’origine du nom Kondè ou Kodè, désignant les descendants d’Ablaha Akpo.

Selon d’autres gardiens de la tradition Kondè, la reine aurait tout simplement dit : « Kondè n’dè » signifiant « vas-vite ». D’autre part, l’étymologie de Béoumi, fief du peuple Kondè, oppose également deux versions.

Béoumi sur les pistes de son histoire
En effet, deux explications ressortent quant à l’origine du mot Béoumi. Pour les uns, après avoir repoussé les ennemis, le chef militaire Ablaha Akpo aurait dit : « Béhoun-min » qui signifie « ils m’ont vu » ou « ils ont vu ma puissance ou force de frappe », d’où le mot Béoumi pour désigner l’espace où il a prononcé cette phrase et où il a décidé de s’installer avec ses hommes.

Pour d’autres, après avoir accompli sa mission, Ablaha Akpo aurait dit : « N’kawa nan béoumi », qui signifie : « je m’installe là pour être vu ». Ce qui a fini par donner le nom Béoumi.

D’une superficie de 2.688km², le département de Béoumi est limité au Nord par le département de Mankono, au Nord-est par celui de Botro, au Sud-est par celui de Sakassou, et à l’Ouest par ceux de Zuénoula et Kounahiri.