Les Abrons

Les Abrons (ou Abrong, Boron, Bron, Brong, Bono, Doms, Tchaman) sont un peuple d'Afrique de l'Ouest, surtout implantés au Ghana d'où ils sont originaires, ainsi que dans l'est de la Côte d'Ivoire, dans le département de Bondoukou.

Ils font partie du grand groupe des Akans et parlent l’abron, une langue kwa1.

Selon EMMANUEL TERRAY, (Une histoire du royaume abron du Gyaman : des origines à la conquête coloniale, Paris, 1995), les Abron installés dans la région de Bondoukou sont originaires d’Akwamu (région située au sud-est du Ghana, près du fleuve volta); un conflit de succession au trône décida la branche cadette des parties en présences à émigrer à l’Ouest.C’est à ce moment qu’ils reçurent le surnom de Gyaman (ceux qui ont abandonné le pays) par leurs parents restés au Ghana. Le territoire occupé par le royaume abron du Gyaman se trouve au nord-est de l’actuelle Côte d’Ivoire et au nord-ouest de l’actuel Ghana ; il s’étend entre le Komoé et la Volta noire, à la limite de la savane et de la forêt dense.

Fondé vers 1690 par le Gyamanhene Tan Date, le royaume tombe en 1740 sous la domination des Ashanti (ou Asante) et celle-ci se maintiendra pendant quelque cent trente-cinq ans. Le Gyaman ne retrouve son indépendance qu’en 1875, après la défaite des Ashanti par les Anglais .Entre 1875 et 1886, il connaît une période d’expansion territoriale rapide, suivie par une phase de graves troubles intérieurs. Envahi par les sofa de Samori au printemps de 1895, il est occupé à la fin de 1897 par les Français dans sa partie occidentale et par les Britanniques dans sa partie orientale .

Les premiers visiteurs européens atteignent le Gyaman au cours des années 1880. Ils y rencontrèrent une population composite ethniquement : le Gyaman est en fait une communauté d’ordre politique, rassemblant des éléments d’origine, de langue et de culture très différentes, et au sein de laquelle les Abron proprement dits ne forment qu’une petite minorité .Dans la partie « française » du royaume, on n’en aurait compté au début du XXème siècle que 11 500 sur un effectif total de 49 000

Minoritaires et tard venus, les Abron ont progressivement assis leur domination au moyen d’une politique mêlant très habilement la diplomatie à la force. Dans l’état qu’ils ont fondé, ils se sont réservé le monopole du pouvoir politique ; les institutions de cet état ont pris forme au cours du XVème siècle et, dans leurs grandes lignes, elles sont proches de celles des autres royaumes akan de la même période. Le Gyaman proprement dit est divisé en cinq provinces dont les territoires sont discontinus et enchevêtrés. La plus importante d’entre elles est le domaine propre du roi gouverné directement par celui-ci .Ce système monarchique fondé sur la possession du « tabouret d’or » (dont le roi n’est que le dépositaire) demeure en place depuis les Indépendances mais de manière symbolique comme garant de la tradition.