Les Abouré, une société lagunaire de la Côte d’Ivoire

Les Abouré font partie du groupe ethnique akan. Largement influencés par le Christianisme, ils sont de moins en moins attachés à leurs traditions.

L’agriculture traditionnelle et industrielle, et la pêche sont la base de l’économie de ce peuple de forêt. Originaires du nord du Ghana, ils sont arrivés en Basse-Côte en vingt et un groupes, dont découlent les trois groupes abouré actuels situés aux alentours de Moossou, Bonoua et Ebra.

Chaque village se divise en deux quartiers, souvent séparés par un cours d’eau et est bâti le long d’une artère principale. La population y est groupée par classes d’âge; la constitution de ces classes d’âge est un événement important : c’est l’émancipation des jeunes. Chaque classe d’âge a son chef guerrier. Le système politique abouré est une forme de république ou de monarchie parlementaire. Le chef est désigné. Le « Conseil des Mendré » est composé des notables du village : ils tiennent des assemblées et rendent la justice. L’exécution de leurs décisions est surveillée par les sept « clans » qui ont chacun des fonctions bien précises.

Les Akan ont un système de parenté bilinéaire à base matrilinéaire. Le mari reste le chef de la cellule familiale, mais son héritier légitime est son frère utérin, ou le fils de sa soeur; toutefois, c’est à son fils aîné que reviennent la concession et les terres. La demande en mariage se fait par le père du jeune homme ou son héritier au père de la jeune fille ou à son héritier. Seules peuvent être « fiancées » les jeunes filles non pubères. Le fiancé doit à sa fiancée aliments, vêtements et menus cadeaux. La dot comprend des biens en nature et des biens en espèces.

La mort d’une femme enceinte est une déclaration de guerre de la mort â toutes les femmes enceintes du village; celles-ci doivent la combattre par une grande cérémonie. Les jumeaux sont considérés comme enfants du bon génie et sont donc choyés; les 8ème, 9ème et 10ème enfants sont à la fois sorciers et enfants du bon génie. Les enfants qui ont un doigt en plus portent le malheur. Pour la plupart, les enfants d’un couple sont confiés à des membres du lignage paternel qui les éduquent jusqu’à leur mariage.

Les Abourê sont polygames, mais le mari doit demander son consentement à sa première épouse s’il désire en prendre une seconde; il doit également lui faire des cadeaux. Avant tout divorce, il y a plusieurs tentatives de réconciliation; lors du divorce, il y a restitution de ses biens à chacun et confession publique de la femme, à qui les enfants sont confiés. Lors de la mort de l’époux, sa femme porte le deuil pendant trois lunaisons. A la fin de cette période, il y a rituel de purifications.

Annales de l’Université d’Abidjan, Série D, Lettres et Sciences Humaines, 1965, I, pp. 37-172, croquis, plans, 3 cartes.