Le riz dans la tradition Guéré

Dans un village Wè, un homme dangereux et redoutable, après avoir empoisonné une personne par des pouvoirs mystiques, a été expulsé du village pour pratique de sorcellerie. Muni d'un tison, d'un canari et de divers autres objets, il s'est alors dirigé vers une destination inconnue et il trouva refuge dans son exil sur le bord d'une grande mare d'où emmergeait par endroits des touffes d'herbe de riz.

Ayant observé les oiseaux qui venaient picorer régulièrement les grains des épis de riz, l’homme a eu l’idée de les cuisiner en de les consommer. Leur goût fut très agréable, aussi il prit la courageuse décision de regagner son village pour présenter cette nouvelle découverte à sa famille et aux villageois. Ceux qui ont mangé ces graines ont été séduit par cette nourriture et ont ainsi accepté le retour de leur frère au sein de la famille.

C’est pourquoi à la suite d’un décès en pays Wè, la famille des parents endeuillés ne mange pas de riz dans les premiers jours qui suivent la disparition du parent. Même les proches parents et ceux qui sont les plus touchés conservent ce signe de deuil plusieurs mois. Parce que le riz est la trouvaille du sorcier et il qu’il a été rapporté de la forêt par ses soins.

Source: Henri Gnésio TéRé (Signification des noms vernaculaires des plantes chez les Guérés