La population de Séguéla

Crée par arrêté du 31 décembre 1907, le Cercle du Wordougou dont le Chef-lieu était Mankono comprenait deux (2) subdivisions (Mankono et Touba) et deux (2) postes militaires (Mankono Danané).

Mais par arrêté des 14 et 18 décembre 1908, ce cercle allait éclater pour donner naissance à deux (2) cercles autonomes :
le cercle de Mankono comprenant Séguéla et celui de Touba. Et par arrêté du 9 Juin 1912 le Chef-lieu de ce nouveau cercle va être transféré de Mankono à Mankono.
Par ailleurs ce même arrêté va ériger l’ancien Chef-lieu de cercle (Mankono) en chef-lieu de subdivision.

Au lendemain de l’indépendance, les anciens chefs-lieux de cercle et de subdivision de Séguéla et de NANKONO vont être érigés en chefs-lieux de sous-préfecture (loi no61-04 du 2 janvier 1961) et rattachés au Département de Korhogo.

Ensuite par la loi n°69-241 du 9 Juin 1969, Séguéla va être érigé en chef-lieu de Département auquel est rattachée la sous-préfecture de Mankono, qui devient à son tour par la loi n°79-409 du 21 mai 1979 chef-lieu de département.
Par ailleurs Touba a été érigé en département par la même loi 69-241 du 9 Juin 1969.

Depuis 2002, le Département de Touba devenu la région du Bafing ne fait plus partie de la région du Worodougou.

Groupes ethniques
La population se compose dans sa majorité de Koyaka, de Malinké dit Worodougou, de Mahouka et de Sénoufo. l_ais en plus de ces habitants, on trouve les ethnies des autres régions de la
Côte d’Ivoire et même les ressortissants de la plupart des pays de la sous-région.

La tradition
La situation géographique du département de Séguéla, entre savane et forêt, c’est-à-dire entre les régions du nord et du centre d’une part, celles de l’ouest et du centre-ouest d’autre part, en fait une terre privilégiée de rencontre pour plusieurs coutumes.

La tâche est donc complexe, d’aborder la culture d’une région où cohabitent des ethnies dont chacune possède sa propre culture. Aussi bien, le présent article n’a pas la prétention de présenter ce qui fait réellement l’originalitédes traditions culturelles propres aux Malinké de Séguéla. Il y sera plutôt question de la notion de vie communautaire et de l’éducation du jeune Malinké, en général.

L’un des traits les plus caractéristiques de l’ethnie malinké, à Séguéla, comme ailleurs, c’est l’existence de la notion de famille élargie. Le chef de famille c’est le père, ou plus généralement l’homme le plus âgé; à la mort du père, en effet, les responsabilités de chef de famille sont assu’mées par l’oncle aîné.

Ce patriarche groupe autour de lui ses « femmes et ses enfants, ses frères avec leurs femmes et leurs enfants. Les étrangers qui ont séjourné dans une famille pendant deux ans environ deviennent des membres à part entière de cette famille.

Tous travaillent pour le compte du chef de famille. C’est lui qui répartit les tâches et chacun doit lui rendre compte de ses activités.
La société MAlinké est stratifiée en castes(les Nobles, les Forgérons, les Coordonniers); les pouvoir est excercé par les Nobles, la Gérontographie et la Phalotogrphie. Par le passé, les castes ne se mariaient pas entre-elles; et pendan longtemps des sociétés sécrètes ont existé( les chasseurs, les masques).

L’excision et la circoncision faisaient partie de l’éducation de la jeune fille et du jeune garçon.

Réligion
L’Islam forme la réligion dominante dans la région. Il a été introduit par des familles issues des Toucouleurs :
les Bakayoko, les Fofana, les Keita, et les Binaté qui, à la suite d’une invasion, le plus souvent pacifique, sont venus de la boucle du Niger.

Dès leur jeune âge, les enfants sont initiés au Coran; adultes et consacrés, ils se distinguent en poratnt sur la tête une coiffure auréolée d’un turban.On attribue une certaine puissance et une grande influence à certains érudits. Beaucoup de pratique animiste ont presque disparu au contact de l’Islam.

Les activités principales de la population
Le Malinké est d’ordinaire agriculteur et commerçant. Avec le modernisme, le secteur du transport occupe une place de choix dans les villes.

Les derniers articles