Le pays Alladian

Au total, le pays Alladian compte 14 villages sur 60 kilomètres de frond de mer, soit d'est à l'Ouest : Abréby, Sassako, Bégniny, Avagou, Accrou, Andoumangan, Djacé, Jacqueville, Ahuia, Grand-Jacques, Adjué, Adjacoutié, Mbokrou, Bayuama, Addah.

Les Alladian ont subi l’influence de leur voisins Dida et Godié, patrilinéaires sans pour autant renoncer aux coutumes akan qui représentent le fond de leur culture. La culture Alladian, issue d’un compromis entre éléments Krou et Akan, consacre la prédominance des derniers. La société Alladian est marquée par la bipartition dans tous les domaines, social, religieux et Spatial.

Tout d’abord, on y distingue deux groupes, les Avavé de l’est et les Agouri de l’ouest. Les Avavé comptent cinq clans ou « èmè » et les Agouri deux. La biparition alladian est la conséquence d’une opposition entre paternels et maternels et reflète l’influence de deux systèmes sociaux.

Une autre opposition, religieuse, distingue les gens de la mer au sud, de ceux de la brousse au nord, conformément à un principe patrilinéaire.
Le village alladian est une unité spatiale ou chaque clan ou lignage important contient des sous-lignage ou ètchioko, avec chacun son trône, son trésor et son héritage. Le sous-lignage est composé de plusieurs cours ou « ebu ». L’ebu peut être l’ensemble de la parenté maternelle ou l’ensemble résidentiel établi autour de la demeure du chef de cour. Les classes d’âge des alladians se rapprochent plus de celles des Dida et Godié que celles des Ebrié ou des Attié. Le critère de recrutement est l’âge physique : la classe regroupe des individus nés au cours d’une période allant de trois à cinq ans. Elle ne possède pas d’échelons. Ses membres nomment eux même leur chef sans tenir compte du lignage.

Les classes d’âge assument un rôle économique et militaire et, dans certaines circonstances, policier.

Source: integration.ci/jacqueville/

Les derniers articles