Le Prix Félix Houphouët-Boigny

Le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix honore les personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de l’Acte constitutif de l’UNESCO.

Institué en 1989 par une résolution parrainée par 120 pays et adoptée par la 25e session de la Conférence générale de l’UNESCO. Il se situe dans la droite ligne de la philosophie des pères fondateurs de l’UNESCO, qui, dans le préambule de l’Acte constitutif de l’Organisation, déclarent solennellement que : « Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »

Dans la même résolution, la Conférence générale donnait à ce Prix le nom hautement symbolique de FELIX HOUPHOUET-BOIGNY , le Sage de l’Afrique. Avant sa disparition, le Président Félix Houphouët-Boigny a désigné comme Parrain du Prix, M. Abdou Diouf, ancien Président de la République du Sénégal, et comme Protecteur du Prix, M. Henri Konan Bédié, ancien Président de la République de Côte d’Ivoire, tous les deux intuitu personae.

Par la création de ce Prix, la Conférence générale de l’UNESCO tenait à réaffirmer son attachement à la paix et au dialogue des civilisations et des cultures. Elle se donnait un instrument de portée universelle pour encourager et honorer ceux et celles qui contribuent à bâtir un monde plus fraternel et plus solidaire.

En vue de contribuer aux objectifs du Prix en faveur de la paix dans le monde, une Commission pour la recherche de la paix a été créée par l’UNESCO. Cette haute commission est composée de personnalités de renommée mondiale et a entrepris un travail de réflexion sur la paix, la résolution des conflits et le dialogue des civilisations et des cultures.

Les candidats doivent avoir acquis une réputation internationale grâce à une action méritoire et avérée sur plusieurs années.

Le jury est composé des personnalités suivantes : Ellen Johnson Sirleaf, ancienne Présidente du Liberia et Prix Nobel de la Paix 2011, François Hollande, ancien Président de la France, lauréat 2013 du Prix Félix Houphouët-Boigny, la Princesse Sumaya Bint El Hassan de Jordanie, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour les sciences de la paix, Michel Camdessus (France), ancien directeur général du Fonds monétaire international, Muhammad Yunus (Bangladesh), fondateur de Grameen Bank, Prix Nobel de la Paix 2006 et Forest Whitaker (États-Unis), fondateur de l’initiative Paix et Développement.

Parmi les récipiendaires, figurent conjointement Nelson Mandela et Frederik W. De Klerk, anciens dirigeants de l’État sud-africain, lauréats 1991, ainsi que Yitzhak Rabin, homme d’État israélien, Shimon Pérès, homme d’État israélien et Yasser Arafat, homme d’État palestinien, lauréats 1993 ; le Président François Hollande, lauréat 2013, le Cardinal Roger Etchegaray, Président émérite du Conseil pontifical « Justice et Paix », lauréat 2003, Sadako Ogata, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, lauréate 1995, Giuseppina Maria Nicolini, maire de Lampedusa, lauréate 2017, et Mary Robinson, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, lauréate 2000.

En 2019, en même temps qu’il recevait le prix Nobel de la paix, c’est le Premier ministre de l’Éthiopie, Abiy Ahmed Ali, qui avait été distingué « pour ses efforts constants en faveur de la paix et de la réconciliation entre son pays et l’Érythrée ».

Les derniers articles