Les Ebrié et leur organisation politique traditionnelle

Les Ebrié sont des lagunaires. Ils se situent au Sud de la Côte-d'Ivoire, autour de la lagune qui porte leur nom. Cet important plan d'eau va de Grand-Bassam (à l'est) au canal d'Assagni (à l'ouest). Ils sont pêcheurs et paysans.

Dans l’ensemble, les Ebrié habitent de gros villages organisés le long d’une artère centrale, propres et généralement situés sur une eminence, ce qui explique en partie le manque d’eau dont souffrent la plupart. Chaque village, petit ou grand, possède trois édifices religieux : église catholique, temple protestant et temple harriste.

Les « akubé » (villages) sont divisés en trois « akrobu » (quartiers) dont les noms tiennent compte de l’inclinaison du terrain sur lesquels ils sont bâtis. Quand un village éclate et donne naissance à plusieurs autres, chaque nouveau village ajoute au nom de son quartier celui de sa phratrie. Les bâtiments de l’école sont groupés dans un quartier à part. Les cimetières se trouvent généralement dans le quartier « ato » (élevé) à quelques centaines de mètres du village.

Les Ebrié sont membres du groupe ethnique et linguistique akan. Leur tradition orale rapporte qu’ils viennent du Nord-Est, d’une région voisine du pays ashanti. Ils émigrèrent à la suite d’une guerre avec une ethnie voisine. En Côte-d’Ivoire, ils sont groupés en « goto » (phratries): Kwé, Bidza, Yopugo, Nokwa, Bobo, Nyago et Bya.

L’organisation des générations est une institution qui correspond à l’organisation militaire des deux sexes du village. Chaque village se compose de quatre générations, chacune ayant un nom. Concrètement, cela représente soixante ans et correspond à la notion de siècle. Chaque génération comprend quatre classes d’âge. Les rapports entre les générations sont institutionnalisées.

Source: Pr. Niangoran Bouah – Annales de l’Université d’Abidjan, 1969, série F : Ethnosociologie, 1969, I, Fase. 1, pp. 51-89.