Le « mont Yaossehi » de Beoué

Rencontré le 03 août 2018 par l'AIP, dans la case naturelle du "Yaossehi", Gouyan Léon montre l'une des plus grandes découvertes des constructions écologiques, "Le mont Yaossehi".

« Le mont Yaossehi » est un habitat traditionnel dans le village de Beoué, dans le département de Bloléquin. Avec une architecture de type exceptionnelle, le « Yaossehi » demeure l’un des patrimoines naturels que ce peuple a conservé jusqu’aujourd’hui.

Le « Yaossehi » est un assemblage de grottes qui sont superposées de façon naturelle.

« C’était un abri pour nos parents dans les années 1800. Il a pour totem un habit rouge et le poisson car à l’intérieur de cet abrite tire sa source l’une des plus grandes rivières du département « le Banoin »ou encore la source du bonheur. Beaucoup de miracles sont opérés dans la vie de ceux qui visitent le site avec une bonne moralité car depuis l’antiquité nos ancêtres n’y vivaient pas en permanence mais ils s’y retrouvaient en cas de danger pour être protégés des ennemis, c’était un abri de protection pour ceux qui s’y retrouvait avec un cœur pur et ils étaient hors de danger des affres de leur détracteur qui en voulaient à leur vie », ajoute t-il.

La construction du mont « Yaossehi » est traversé par la rivière Banoin. Certains étrangers, quand ils arrivent dans le village, ne savent pas que personne ne doit pratiquer une partie de pêche. Et quand ils vont contre les principes du village, ils constatent qu’ils ne bougent plus jusqu’à ce qu’un ressortissant du village voit le contrevenant et alerte les garants de la tradition qui à leur tour, pour conjurer le sort réservé à l’étranger, vont lui demander de laisser le poisson partir avant de retrouver sa situation d’homme normal.

Selon le guide, aucune goutte d’eau ne tombe malgré le fait que la case n’est pas couverte. « De vous à moi, aucune maison non couverte ne peut rester là sans que des gouttes d’eau n’y tombent même en saison pluvieuse c’est une grâce de Dieu, et ça c’est depuis que nos ancêtres habitaient les lieux. En plus de cette fumée que vous constatez ici, il y a la cendre blanche ce qui prouve qu’il n’y a aucun ruissellement d’eau dans cette case aux grottes. »

Du passage de case traditionnelle en patrimoine mondial saint

 » Ce site est passé de la tradition à la religion en 2002 quand nous avions reçu la visite de l’une de nos sœurs du nom de Bagoue Hélène qui vit en France qui nous a expliqué que la case a la grotte « mont Yaossehi » lui avait été revélé par la Vierge Marie par songe comme un lieu saint ou des personnes pouvaient avoir des grâces quand ils viennent prier dans ce lieu quelque soit leur confession religieuse », explique Gouan Norbert.

Après cette révélation, elle a visité le site et est repartie des lieux avec l’eau de la rivière « Banoin » ce qui lui a permis de faire le tour de l’Europe pour parler du « Yaossehi » avant de terminer par le Vatican.

« Après son passage au Vatican, nous avons reçu la visite de grand homme religieux catholique qui nous ont confirmés que le Yaossehi était réellement un lieu saint. Depuis le temps de nos ancêtres, ce lieu à toujours protégé le village, ce n’est pas un lieu ou on vient faire des rituels de mouton, de poulet ou de bœuf, il n’aime pas le sang c’est pour cette raison qu’il est interdit d’y pénétrer vêtu d’habit rouge ou quelconque objet rouge. »

Un site qui change la vie

Grâce à cette construction écologique à caractère saint, beaucoup de personnes ont pu recouvrer la guérison. « Il y a de cela quelques années, une dame qui avait été informé par son époux que le Yaossehi faisait beaucoup de miracles s’y est rendue. Et quelque mois après, elle qui avait un problème d’enfantement à pu mettre au monde son premier enfant, nous n’étions pas informés dans les débuts c’est quand l’enfant était en classe de Quatrième qu’elle est venue le présenter au village », assure-t-il.

En somme beaucoup de personnes ont été gratifiées par la case sacré du « Yaossehi » qui est une véritable merveille.

En 2005, la Vierge Marie est apparue dans l’enceinte du Yaossehi et jusqu’à aujourd’hui, quand vous vous rendez dans cette case, vous verrez sa statuette. Ce qui justifie l’affluence des chrétiens dans cette case aux grottes.

Le village de Beoué situé dans la sous-préfecture de Zeaglo, dans le département de Blolequin (Ouest, région du Cavally), compte plus de 2800 âmes. Il est un véritable site touristique à travers la case aux prières du « Yaossehi » un nom d’où est parti le quartier « Yaossehi », dans la commune abidjanaise de Yopougon, a-t-on appris.

En 2002, le ministre du Tourisme a édifié le site de « Yaossehi » en patrimoine touristique et en 2005, ça été au tour du Vatican de déclarer la case aux prières « Yaossehi » en patrimoine mondial saint. Et depuis, lors le site est géré par le Vatican qui compte y construire un centre touristique.

Source: AIP