La fête des ignames dans le canton Affema (Aboisso)

La fête des ignames qui marque l'entrée dans la nouvelle année chez les Agni-Sanwi est dans le canton Affema après celle de Krinjabo, la capitale du royaume Sanwi

La célébration a lieu après une « semaine sainte » dite « Bê goua monson sô » (invoquons les esprits en langue locale) au cours de laquelle tous les travaux champêtres sont interdits. La nuit qui ouvre cette fête, aucun bruit ne doit être entendu dans le village, aucune âme vive ne doit se retrouver dehors. Seuls les initiés, les chefs de famille, les porte-canne, les notables et le « Tounfo hinnin » (premier ministre qui fait office de vice-roi) parcourent le village pour accomplir un rite sacré.

Moment d’intense communion avec les esprits des ancêtres qui veillent sur le canton et le royaume, la fête des ignames commence par l’adoration de la chaise royale, symbole de la souveraineté du peuple Sanwi. Cette adoration se fait tôt le matin suivie de celle des sept chaises appartenant aux sept grandes familles qui composent chaque village Agni Sanwi.

Après les libations dans la cour royale, les Agni-Sanwi vêtus de leurs plus beaux habits, de bazin ou de percal blanc, accompagnent leur roi au marigot pour un bain rituel de purification. Les « Komian » (prêtresses, exorciseuses du mal), toutes de blanc vêtues et badigeonnées de kaolin, font des libations et purifient le village.

Dans ses habits d’apparât, le roi est porté en triomphe et ramené au village. Alors, chacun, à son niveau, peut faire des offrandes (moutons, boeuf, poulet…) à ses fétiches et consommer l’igname. Les femmes préparent le « Nvoufou » (foutou de banane plantain ou d’igname avec de l »huile de palme) qui est d’abord servi aux esprits et aux fétiches avant les humains.

Les ripailles rivalisent avec les nombreuses danses de réjouissance auxquelles se livre la population à l’occasion de la nouvelle année dans la tradition Agni Sanwi.