situation socio-politique :

Depuis Gonzagueville, Amoa Urbain : « La Société civile doit éviter d’être rattachée à un parti politique »

Professeur Amoa Urbain, candidat déclaré à la Présidentielle 2020 avec des responsables d’ associations féminines de Gonzaqueville ( Port-Bouët ).

« Election présidentielle 2020 : logique d’une contribution de la Société civile, des guides spirituels, des chefs traditionnels et de communauté à l’apaisement du climat social et du maintien d’une paix permanente en Côte d’Ivoire ». Tel est le thème de la conférence publique animée par le professeur Amoa Urbain, candidat déclaré aux élections présidentielles de 2020, le samedi 04 mai 2019, devant les acteurs de la Société civile dont des leaders d’opinion, de communautés, des autorités coutumières et religieuses ainsi que des mouvements de jeunesse et féminine de Gonzagueville, à la périphérie d’Abidjan. Abordant son propos, le candidat indépendant à la Présidentielle de 2020, « participant sous la bannière de la Société civile et non mandaté par elle », Amoa Urbain s’est insurgé contre l’absence du Chef de l’Etat à la traditionnelle cérémonie de célébration de la fête du travail, qu’il préside d’ordinaire chaque 1er mai. Dénonçant cette pratique qu’il qualifiera de « gouvernance par délégation » et qu’il taxera plus tard de « gouvernance par mépris », le véritable opposant ivoirien a interpellé la Société civile ivoirienne sur deux risques majeurs  qui pourrait être la pierre d’achoppement pour cet acteur prépondérant – la Société civile – dans son rôle de contrepoids des pouvoirs publics. « Il y a deux risques auxquels la Société civile ivoirienne doit faire attention. Elle doit éviter d’une part d’être une société civile de rattachement à un parti politique et d’autre part, d’être une société civile à puissance de mendicité. Si ces deux éléments sont élagués alors on va vers une Société civile suffisamment consciente de son rôle d’arbitrage et d’équilibre », a prévenu Amoa Urbain les ONG, les associations libres et les syndicats. Pour les prémunir contre d’éventuels dangers, l’opposant Amoa Urbain a proposé sept (7) clefs à la Société civile ivoirienne à savoir : le savoir, le savoir-être, le savoir-dire, le savoir-faire, le savoir-faire-faire, le savoir faire-dire et le savoir-faire-savoir. Il a aussi légué à la Société civile trois principes notamment, l’héritage ne s’acquiert que par la qualité et l’intelligence, l’humilité et la spiritualité. Des échanges francs et une séance de photos ont mis fin à cette rencontre.

Source : Sercom

Non classé

Facebook