Inhumation d’Allah Thérèse: Danger à l’horizon ?

Lors de notre séjour à Konankokorékro, il y avait comme une chape de plomb qui planait sur tout le village. Tout le monde attendait le jour de l’inhumation de la diva de la musique tradi-moderne baoulé avec impatience. Mais la question qui revenait à tout moment était la suivante : où Allah Thérèse sera t-elle inhumée ? Loin de paraître une question anodine cette interrogation a tout son sens selon les parents de son défunt mari. En effet pour ces derniers, selon la dernière volonté exprimée par l’artiste, elle devrait être ensevelie auprès de son défunt mari Ngoran Laloi. Ils le répètent en chœur :  » Nul n’a le droit d’aller contre la dernière volonté de la défunte « . Soit !

Mais cette donne ne semble pas rencontrer l’adhésion des parents biologiques ( natifs de Gbofia ). Pour ces derniers, leur  » fille  » quoiqu’ayant été la compagne reconnue de Ngoran Laloi n’a jamais été mariée selon la tradition en vigueur. En clair la défunte n’aurait pas été  » dotée  » par son époux dans la pure tradition akan, du coup sa volonté de reposer auprès de son époux n’est qu’un vœux pieux . Là-dessus ses parents de Gbofia n’ont pas totalement tort du moment où le vœu de la chanteuse n’a pas été acté par un acte juridique ( testament ) rendant du coup impossible son application.

Or si l’on veut se fier à la tradition akan dans ce cas d’espèce, l’union entre les deux artistes n’a jamais existée si celle-ci n’a été légitimée par la cérémonie de dot. Du coup le rêve d’Allah Thérèse de reposer auprès de son compagnon ne sera qu’une chimère. C’est vrai que de son vivant lors d’une émission-télé l’artiste a souhaité qu’à sa mort ses funérailles et son enterrement soient confiés à l’Etat ivoirien mais face à un tel dilemme il est impérieux qu’une solution négociée soit trouvée afin qu’elle repose en paix à jamais. Pour l’instant les deux camps se disputent le lieu d’inhumation de la défunte en attendant la date officielle des funérailles qui sera sans doute connue après l’épisode de la pandémie à Coronavirus.

Raymond-Alex LOUKOU

Les derniers articles

Actualité

Facebook