COVID 19: LE MOPEN APPELLE LE PRÉSIDENT OUATTARA À L’AIDE

Les patrons d’établissements de nuit ont lancé un S.O.S en direction du chef de L’État, le vendredi 19 juin.

Le Mouvement des propriétaires d’établissements de nuit (Mopen) est monté au créneau, le vendredi 19 juin 2020, pour attirer l’attention des décideurs sur la situation de leur secteur d’activité.

Plantant le décor, Serge Bri, le président, a peint le triste tableau du quotidien des acteurs de la chaîne des valeurs de l’industrie de la nuit depuis le mois de mars. Chômage, difficultés financières, sociales et sanitaires… « Les temps sont durs. Nous avons derrière nous, des jeunes qui se meurent. Depuis que nous avons fermé, nous n’avons pas reçu de mesures d’accompagnement », a-t-il déploré.

Pour sauver ses enseignes qui sont les entreprises les plus sinistrées par la crise sanitaire du coronavirus, le Mopen a élaboré un livre blanc. Selon son chef de fil, les principaux point de ce plan Marshall sont, entre autres, l’annulation des factures d’eau et d’électricité, l’annulation des taxes municipales et du bureau des droits d’auteur, la mise en place d’un moratoire avec les propriétaires des locaux commerciaux, une aide financière de l’État et la mise en place d’un fond de relance d’activité.

Aussi, M. Bri en a-t-il appelé à la magnanimité du président Alassane Ouattara pour sortir le secteur des activités nocturnes de son coma. « Le chef de l’État est notre père. Quand le père demande de fermer, tu fermes. Jusqu’à ce jour, nous n’avons pas eu de mesures d’accompagnement. Nous espérons que le chef de l’État va entendre notre cri de cœur », a-t-il conclu.

Souleymane Koné, Don Kamet et Serge Mameri, respectivement, vice-président, Secrétaire général et porte-parole du Mopen étaient au côtés de Serge Bri à cette conférence de presse.

Soulignons que le Mopen regroupe 500 établissements (bars, boîtes de nuit, restaurants…) pour 10 mille emplois directs et un chiffre d’affaires mensuel de 6 milliards FCFA.

Les derniers articles

Non classé

Facebook