Arts visuels / Concours Lydia Ludic Talents. Le plasticien Gnohité dévoile son oeuvre  » Jack, le pote du bonheur « , symbole de la prospérité partagée.

Sur une toile de 100cm/100cm à dominante bleu-ciel, trône Jack, le personnage principal de l’oeuvre de Gnohité. Sous une forme allégorique, il s’est transformé en géant avec des projets et des ambitions pleine la tête. Sanglé d’un costume des grands jours, les deux jambes à terre, les bras levés en signe de victoire, le visage rayonnant avec à la clé un ticket gagnant, Jack est aux anges et détient pour ainsi dire le pouvoir de rendre heureuse toute la communauté autour de lui. Telle est l’image saisissante qui apparaît au premier coup d’ œil. Pour l’artiste Gnohité, le message est clair et sans équivoque : Le jackpot conduit irrémédiablement au bonheur, raison pour laquelle il a décidé de baptiser son œuvre  » Jack, le pote du bonheur « .

Abordant la chromatique utilisée pour rendre la toile plus expressive toujours en lien avec la thématique du concours, l’artiste se veut plus explicite :  » Partant d’une dominante bleu-ciel pour exprimer un ciel ouvert ( le jour ) affirmé par un lever de soleil. Le ciel bleu symbolise la sérénité, la quiétude dans laquelle se trouve Jack, le bienheureux. Sur la toile nous avons la présence de deux soleils. L’un physique soulignant la présence du jour et l’autre spirituel exprimant une nouvelle ère c’est-à-dire le nouvel état d’esprit de Jack. Il y a de la joie manifeste et un esprit illuminé par le bonheur. L’utilisation de la couleur jaune doré assez cru vient justifier la prospérité, le bonheur, le partage et la gaieté. Le blanc au bas de la toile n’ est que le résultat du mélange, de l’ association de toutes les sources de luminosité ( soleil physique, soleil spirituel le jaune de la prospérité ) qui débouche sur la création d’ un univers de joie dans lequel toute la communauté se retrouve « . Cette palette de couleurs ( jaune-bleu ) a rappelé le plasticien constitue les couleurs de base conforme à la charte graphique de l’entreprise Lydia Ludic.

Selon Gnohité, Jack , son personnage est à l’ image de Lydia Ludic, une source de distribution du bonheur, de la joie de vivre.  » A travers ma toile, l’ on doit comprendre que le bonheur, la prospérité ne sont viables que s’ils profitent à tous « , s’empresse t-il d’ ajouter le sourire en coin. Dans sa narration, l’artiste indique que l’ histoire de son personnage est semblable à l’histoire de tous les détenteurs du jackpot.  » En général, les joueurs passent d’ un statut d’anonyme à celui de vedette une fois la cagnotte entre les mains « , explique t-il tout en faisant cette précision.  » Dans le cas de Jack, le fait d’ être gagnant ne l’éloigne pas des autres, bien au contraire il se rapproche d’eux pour partager ce bonheur. Il reste dans la mêlée et non au-dessus « . Cette situation se voit d’ ailleurs sur la toile. A côté de Jack qui manifeste sa joie avec tous les projets et rêves qui apparaissent en filigrane dans son esprit ( voitures, maisons, avions, motos etc…), il y a toute cette communauté autour de lui qui est irradiée, voire impactée par cette prospérité. Il y a comme une dynamique, un effet entraînant qui fait bouger les personnages secondaires tous liés par le fil de la prospérité. De façon subtile ces personnages sont marqués par les sept lettres que constitue le mot jackpot. Dans ce décor de rêve on voit apparaître de façon suggérée où remarquable les insignes où codes qui gouvernent l’univers des jeux Lydia Ludic.

Il est vrai que jouer est pour la plupart du temps un acte individuel mais lorsqu’ il y a un gain, c’est toute la communauté qui en bénéficie.  » Il est de plus en plus demandé aux entreprises d’engager leurs responsabilités sociales dans leur gestion au quotidien. En redistribuant les bénéfices de l’entreprise à la communauté, la société Lydia Ludic et Jack se rejoignent immanquablement. Ils partagent les mêmes valeurs sociales « , fait savoir Gnohité avant d’ajouter que l’ artiste qu’il est, à travers son œuvre va en croisade contre les préjugés concernant les jeux du hasard.  » C’est vrai que dans l’imagerie populaire ces jeux ont une mauvaise réputation. En tant qu’artiste, il est possible d’inverser la tendance en valorisant ces jeux qui en définitive participent à la prospérité financière des citoyens dès lors que cela ne constitue pas un acte délictueux « , se convainc t-il.

Son travail ainsi décliné, Gnohité part à l’ assaut des internautes pour espérer décrocher le jackpot avec son tableau  » Jack, le pote du bonheur « . C’est à une prospérité partagée que l’artiste invite les ivoiriens en cette période où la réconciliation nationale est plus qu’une nécessité vitale.

Les derniers articles