L’histoire des Kôdê

L'histoire du peuple Kôdè en Côte d'Ivoire part de la reine Abla Pokou tout comme l'histoire générale du peuple Baoulé dont le kôdè est un sous groupe.

En effet, suite à une guerre de succession, la reine Pokou accompagnée de sa soeur Abla Kassia, de son cadet Abla Akpô et de son peuple partit du Ghana avec le trône en direction de l’actuel Côte d’Ivoire. Elle était poursuivie par ceux qui avaient accaparé le pouvoir local et cherchaient à s’emparer du trône. l’ennemi talonnait la reine et son peuple en fuite et ils atteignirent le Comoé dont les eaux beaucoup montées se dressaient en infranchissable obstacle. Là, le peuple s’arrêta; désemparé. Toutefois, l’histoire nous enseigne que la reine jeta son seul enfant au génie et apaisa le courroux des eaux et permit le salut de son peuple.

A la recherche donc de terres fertiles mais surtout de lieux paisibles sur ce nouveau territoire, le peuple après plusieurs escale et conquête, atteignit Sakassou où le trône fut définitivement installé. En effet, la reine Abla Pokou et sa suite s’installèrent d’abord à N’dranouan près de Bouaké. La reine y mourut et fut succédée par sa soeur cadette. Celle-ci , c’est à dire Akoua Boni déplaça le peuple et s’installa là où fut enterrée Abla Pokou donnant naissance à Sakassou qui veut dire : Saka (Corps ou cadavre), SOU (sur) donc sur le « cadavre de la reine ». Elle fonda aussi le Walèbo qui veut dire : Walè (arbre), Bo (sous), donc sous l’arbre. Car là où s’ était installé le peuple, se dressait un de ces arbres. Ce fut donc là, la fin du périple Baoulé, mais également le commencement d’un grand royaume Baoulé. Le peuple se divisa alors en plusieurs sous groupes qui se dispersèrent dans toutes les directions à la conquête de nouvelles terres.

Installée donc à Sakassou, la reine demanda à son frère cadet Abla Akpô d’aller vite vers le Nord conquérir de nouveaux espaces afin d’élargir les limites du royaume en vue d’une meilleure sécurisation mais surtout, elle lui recommanda de revenir assez vite pour sa protection ; kô n’dè – bla n’dè. d’où le nom Kôdè donné aux descendants de ce brave guerrier, protecteur du trône royal, propriété familiale des Abla et du peuple Baoulé.

Après avoir donc effectué de multiples conquêtes dans cette région et gagné de nombreuses batailles, le prince héritier Abla Akpô décida de s’installer en amont de Sakassou, toujours dans le but d’assurer la sécurité de la reine Pokou et de défendre le royaume. Il fonda Béoumi dont les interprétations divergent. Pour certains « On me verra » comme pour dire, tout ennemi avant d’atteindre la reine doit passer par moi ; il me verra sur son chemin, mais pour d’autres C’est autre chose. Malgré cette diversité d’interprétations, l’idée essentielle qui ressort est le courage de l’ancêtre qui a permis de sécuriser le royaume de Sakassou. En effet, les kôdè ont soumis les populations Gouro et Ouan, précédemment installées sur le vaste territoire aujourd’hui occupé. Suite à leur défaite, les Gouro ont donc traversé le fleuve Bandaman et les Ouan se sont réfugiés dans la zone de Kounahiri. Cependant, s’agissant du dernier groupe certains sont restés et vivent aujourd’hui de façon harmonieuse avec les frères Kôdè.

Le prince héritier Abla Akpô installé désormais à Béoumi eut une fille nommée Akpô n’Guessan, fondatrice de Akpokro. De la princesse naquit Abla Kossia II, fondatrice du village de Kossiakro Tounzuébo et Abla Akpô II qui vécut à Béoumi village. Après la mort de Abla Akpô II, plusieurs chefs se succédèrent dont feu Nanan Jean Kouadio qui eut un long règne de 65 ans. Il est à noter que s’agissant de la gestion traditionnelle en pays kôdè, elle est patrilinéaire contrairement aux autres peuples Baoulé mais la succession sur le trône est lié au sang et non au sexe.