Région du Bélier

La Région du Bélier, avec une superficie de 6 809 km², fait partie intégrante du
« V Baoulé ». Elle est limitée au Nord, par la région du Gbêkê, à l’Est par les régions du N’zi et du Moronou, au Sud par les régions de l’Agnébi-Tiassa, à l’Ouest par les régions de la Marahoué, du Gôh et le District Autonome de Yamoussoukro. La population est de 139 302 habitants (RGPH 2014).

Elle comprend quatre (04) départements:

– Djékanou;
– Didiévi;
– Tiébissou;
– Toumodi (Chef-lieu).

La région a également quinze (15) Sous-Préfectures (Angoda, Bonikro, Boli, Djékanou, Didiévi, Kokumbo, Kpouèbo, Lomokankro, Molonou, Molonoublé, Toumodi, Tiébissou, Yakpabo sakassou, Tié-N’diékro et Raviart) et six (06) Communes (Djékanou, Didiévi, Kokumbo , Tiébissou, Tié-N’diékro et Toumodi).

La Région présente un relief peu accidenté, avec quelques plateaux (dont l’altitude moyenne varie entre 200 et 300 mètres) et des chaînes de collines granitiques. La succession des hauts plateaux constitue une chaîne de montagnes connue sous le nom de «Chaîne Baoulé».

Très propices à l’agriculture, les sols de la région sont de trois (03) types à savoir: les sols ferralitiques sur roche-mère granitique en zone de forêt, les sols argileux ou sablo-humifère ou hydromorphe, près des cours d’eau, dans les bas-fonds et dans les zones près du fleuve Bandama ainsi que les sols composés de roches basiques et des cuirasses en zone de savane avec des ressources minières, notamment l’or et le diamant.

La végétation de la région est composée de savane arborée, de savane herbeuse et de forêts galeries (forêt galerie mésophile le long des cours d’eau) caractéristique du «V Baoulé» (zone de transition entre la forêt du sud et la savane du nord du pays).

La région compte 10 forêts classées d’environ 40.000 ha. On note par exemple Rumbo Boka, Mando, Bodio.

La savane occupe plus des 2/4 du territoire régional. On y rencontre une kyrielle d’espèces végétales.

Le réseau hydrographique de la région du Bélier est partagé entre deux grands bassins versants: le bassin versant du fleuve Bandama et celui du N’Zi. Les rivières qui le composent ont un régime irrégulier. Néanmoins, le lac Kossou et deux affluents du N’Zi (Kan et Praha) se distinguent par leur étendue.

L’histoire du peuple de la région est intimement liée à celle du grand groupe Akan dont l’origine remonte au Ghana actuel. Elle est peuplée de Baoulés (Warêbo ou Agoua, les faafouê, les Nzikpli, les N’gban, les saafouê, les Aïtou, les nanafouê).

Zone cosmopolite, la région du Bélier accueille d’autres groupes ethniques de la Côte d’Ivoire ainsi que les ressortissants des pays voisins et d’ailleurs qui vivent dans une parfaite harmonie avec la population autochtone.

I- Potentialités économiques

Située au centre de la Côte d’Ivoire et traversée par la voie ferroviaire Abidjan- Burkina Faso, Toumodi, Chef-lieu est facilement accessible et proche de grands centres urbains:

– traversé par l’autoroute Abidjan-Yamoussoukro;
– 198 km d’Abidjan (capitale économique);
– 30 km de Yamoussoukro (capitale politique);
– 40 km de Dimbokro, Chef-lieu de la Région du N’Zi (traversé par la voie ferroviaire);
– 125 km de Gagnoa, Chef-lieu de la Région du Gôh;
– cité dortoir;
– favorable à l’implantation d’industries pour satisfaire les besoins des populations de la capitale politique et de celles des Régions voisines qui ne cessent de croître (possibilité de création de zones industrielles à Toumodi).
Zone de transition, entre la forêt du Sud et la savane du Nord (une pluviométrie moyenne comprise entre 1000 et 1200 mm, une température moyenne de 30°C, deux saisons pluvieuses et deux saisons sèches) favorable à l’agriculture, à l’élevage et à l’implantation d’industries agropastorales. Présence de plans d’eau navigable (les lacs de kossou et kan).

Diversité de la population, population active importante.

II- Vision, ambition et politique de développement

«Mon ambition est de hisser la Région du Bélier dans le peloton de tête des Collectivités Territoriales ivoiriennes prospères et dynamiques, par la mise en place d’infrastructures communautaires de base et d’une économie locale, promotrices de développement et de création de richesses dans la cohésion sociale avec pour priorité la promotion de l’agriculture, de l’élevage et de l’agro-industrie.»

Dans le souci d’améliorer la qualité et le niveau de vie de la population de la Région du Bélier, le Président du Conseil Régional et son équipe envisagent de relever les défis ci après:

II.1- Au niveau des infrastructures de base

II.1.1- Education

– Améliorer le taux de scolarisation dans la Région en le faisant passer de 70% à 100%, par la création d’une école primaire dans un rayon de moins de 2 km et par l’extension (complément de structures) d’écoles existantes;
– doter chaque chef-lieu de sous-préfecture et les villages de centres de santé afin d’améliorer le taux d’accessibilité aux services de santé. L’objectif est de parvenir à terme à créer un centre de santé dans un rayon de moins de 5 km et doter ces derniers de 29 ambulances.

II.1.2- Electrification rurale

Electrifier tous les villages de la Région.

II.1.3- Accès à l’eau potable

Permettre à la population d’avoir accès à l’eau potable par la réhabilitation des forages en panne, la création d’hydraulique villageoise améliorée (HVA) et d’hydraulique urbaine (HU) dans les villages de plus de 1000 habitants.

II.1.4- Entretien des pistes

Reprofiler et réhabiliter les pistes rurales (2 200 kms)

II.2- Au niveau de l’économie locale

La vision du Président du Conseil Régional et son équipe est de faire de la Région du Bélier, un véritable pôle de développement agropastoral afin de lutter efficacement contre le chômage et la pauvreté. Pour réaliser cet objectif, le Conseil Régional se donnera les moyens pour:

– assurer la maîtrise de l’eau dans la région en aménageant des retenues d’eau;
– introduire de nouveaux systèmes d’arrosage (le goutte à goutte, gravitaire, aspersion) encore plus performants et efficaces;
– former les jeunes aux techniques de production quantitative et qualitative en créant des Ecoles Familiales Agricoles (EFA) dans les villages centres;
– introduire de nouvelles variétés de cultures (notamment le manioc sélectionné, le cacao Mercédès, de nouvelles variétés de riz);
– exploiter les nombreux bas-fonds (cultures maraîchères et riz irrigué);
– mécaniser l’agriculture en dotant les coopératives de tracteurs, de motopompes, de broyeuses multifonctions;
– introduire de nouvelles variétés de semences à haut rendement;
– transformer les produits agricoles et pastoraux en produits finis ou semi-finis:

En plus du secteur agricole, l’artisanat, le transport, le petit commerce ainsi que les entreprises de prestations de services sont à organiser et à promouvoir.

II.3- Au niveau du Tourisme et de la Culture

– Aménager les sites touristiques pour leur donner une valeur économique;
– pérenniser les danses du terroir en créant des écoles artistiques.

II.4- Au niveau de l’environnement et de l’assainissement

– S’impliquer dans la reconstitution du couvert végétal à travers le reboisement et l’arboriculture;
– lutter contre l’exploitation clandestine des forêts classées;
– sensibiliser les populations aux dangers des feux de brousses;
– encourager l’agroforesterie;
– lutter contre l’exploitation du charbon de bois;
– sensibiliser et vulgariser la construction de latrines dans tous les villages;
– aménager des sites pour la gestion des ordures ménagères.

II.5- Coopération décentralisée

Le Conseil Régional ambitionne de s’ouvrir aux autres collectivités tant nationales qu’internationales dans le but de nouer des partenariats à travers:

– des échanges d’expériences et de compétences dans divers domaines;
– des voyages d’études et de formation;
– des participations à des expositions et salons locaux et internationaux;
– des financements de projets et programmes de développement;
– des dons.

III- Des projets de la région du Bélier

Afin de faire du Bélier un véritable pôle économique, le Conseil régional a prévu plusieurs projets:

III.1- Secteur élevage

– appui au développement de fermes piscicoles (élevage de tilapia nilotica) 180 millions de francs CFA (274 408 euros ou 360 000 dollars);
– projet intégré d’Elevage de porcs et de volailles: 1,2 milliard de francs CFA (1 829 388 euros ou 2 400 000 dollars);
– création d’éco-ferme de formation agropastorale: 1,2 milliard de francs CFA (1 829 388 euros, 2 400 000 dollars EU);
– élevage d’ovins et de caprins: 1 milliard de francs CFA (2 millions USD);
– valorisation du lac et de la baie du Kan (agriculture et élevage) 3 milliards de francs CFA (4 573 471 euros ou 6 millions de dollars);

III.2- Secteur agriculture

– production et transformation du manioc: 3,5 milliards de francs CFA (5 335 716 euros ou 7 000 000 dollars);
– production intensive de tomate: 120 millions de francs CFA (182 939 euros ou 240 000 dollars EU);
– fabrication de concentré de tomate: 230 millions de francs CFA (350 633 euros ou 460 000 dollars EU;
– appui à la mise en place de complexes hydro-agricoles: 3,1 milliards de francs CFA (4 725 920 euros ou 6 200 000 dollars);
– appui à la production intensive d’igname: 900 millions de francs CFA (1 372 041 euros ou 1,8 millions dollars EU);
– appui à la production intensive du maïs: 600 millions de francs CFA (914 694 euros ou 1 200 000 dollars EU);
– appui à la production intensive de piment: 640 millions de FCFA (975 674 euros ou 1 280 000 dollars EU);
– appui à la création d’une coopérative d’utilisation de matériel agricole: 1,2 milliard de francs CFA (1 829 388 euros ou 2 400 000 dollars EU);
– appui à l’intensification de la cacao-culture et à la relance de la caféiculture dans la région: 1,2 milliard de francs CFA (1 829 388 euros, 2 400 000 dollars EU).

III.3- Secteur industriel

Traitement de noix d’anacarde: 5 milliards de francs CFA (7 622 451 euros ou 10 millions dollars EU).

III.4- Secteur environnement, Habitat, Hygiène, Santé, Assainissement

– appui à la construction de latrines sèches dans les villages: 2,1 milliards de francs CFA (3, 2 millions d’euros ou 4,2 millions dollars EU);
– création de forêts protégées départementales et communales dans la Région du Bélier: 10 milliards de francs CFA (15,2 millions d’euros ou 20 millions dollars EU).

III.5- Secteur éducation

– création d’un lycée de référence pour jeunes filles: 3 milliards de francs CFA (4 573 471 euros, 6000 000 dollars EU);
– construction et équipement de 437 salles de classe au Primaire dans la Région: 6 milliards de francs CFA (10,7 millions d’euros ou 17 millions dollars EU).

III.6- Secteur santé

– renforcement du plateau technique des hôpitaux généraux de la Région du Bélier: 5 milliards de francs CFA (7,6 millions d’euros ou 10 millions dollars EU);
– renforcement des infrastructures et équipements des Centres de Santé Urbains de la Région du Bélier: 3 milliards de francs CFA (4,6 millions d’euros ou 6 millions dollars EU);
– acquisition de 29 ambulances pour les centres de santé: 2,32 milliards de francs CFA (3,6 millions d’euros ou 4,65 millions dollars EU).

III.7- Secteur électrification

Electrification de 63 villages dans la Région du Bélier: 6,3 milliards de francs CFA (10 millions d’euros ou 17 millions dollars EU);

III.8- Secteur hydraulique

– réalisation de 60 Hydrauliques Urbaines (HU) dans la Région: 4,8 milliards de francs CFA (7,4 millions d’euros ou 9,6 millions dollars EU);
– réalisation de 21 Hydrauliques Villageoises Améliorées (HVA) dans la région du Bélier: 1,26 milliard de francs CFA (2 millions d’euros ou 2,52 millions dollars EU);
– réalisation de 44 pompes à motricité humaine dans la Région du Bélier: 2,29 milliards de francs CFA (3,5 millions d’euros ou 4,58 millions dollars EU).

III.9- Secteur routier

Acquisition d’Engins de Travaux Publics (Bulldozer, Niveleuse, compacteur de type bomac, chargeuse, porte char, grader) 1,5 milliard de francs CFA (2,3 millions d’euros ou 3 millions dollars EU).

IV- Travaux achevés et en cours de réalisation

IV.1- Travaux achevés

Depuis son accession à la tête du Conseil régional, le Président Ahoussou- Kouadio et son équipe ont réalisé plusieurs infrastructures pour le bonheur des populations:

IV.1.1- Education

– Construction d’une cantine scolaire à Niénékro: 6 150 000 de Fcfa;
– construction d’une cantine scolaire à Molonoublé 3: 6 150 000 de francs CFA;
– fourniture de tables bancs aux EPP de Tiébissou: 4 000 000 de francs CFA;
– fourniture de tables bancs aux EPP de Tiébissou: 6 000 000 Fcfa;
– fourniture de tables bancs aux EPP de Toumodi: 5 000 000 de francs CFA;
– fourniture de tables bancs aux collèges de Toumodi: 5 000 000 de francs CFA;
– fourniture de tables bancs aux EPP de Didiévi et aux collèges de Didiévi: 23 600 000 de francs CFA.

IV.1.2- Infrastructures

– Réalisation d’un forage à Molonoublé: 12 197000 de francs CFA;
– travaux d’entretien routiers: 25 000 000 de francs CFA.

IV.2- Travaux en cours de réalisation

Outre les différents projets achevés, d’autres sont en cours de réalisation dans la région:

IV.2.1- Education

– construction de 2 bâtiments de 3 salles de classe + bureaux au collège de Boli: 60 018 239 de francs CFA;
– travaux de construction d’une Ferme école à Raviart: 25 000 000 de francs CFA;
– travaux de construction de quatre (04) salles de classe et blocs latrines au collège de Lomokankro: 28 478 055 Fcfa;
– travaux de construction de trois (03) salles de classe + bureau à Cafenou: 17 429 498 de francs CFA;
– travaux de construction de deux (02) bâtiments de trois (03) salles de classe + bureaux et blocs latrines au collège de Raviart: 47 644 386 de francs CFA;
– travaux de réhabilitation des latrines au Lycée Camille Ali de Toumodi: 3 200 000 de francs CFA;
– travaux de réhabilitation de la cantine au Lycée Camille Ali de Toumodi: 6 000 000 de francs CFA;
– travaux de construction d’une cantine scolaire à Assuikro: 4 827 953 de francs CFA;
– travaux de construction de deux (02) salles spécialisées au Lycée de Kokumbo:16 998 285 de francs CFA;
– travaux de construction de deux (02) salles spécialisées et latrines au Collège de Lomokankro: 17 892 676 de francs CFA;
– travaux de construction de trois (03) salles de classe + bureaux au collège de Boli: 21 331 386 de francs CFA.

IV.2.2- Santé

– construction d’un centre de santé à Allocokro: 29 953 651 de francs CFA;
– construction d’un centre de santé à Polonou: 29 953 651 de francs CFA;
– construction d’un logement d’infirmier à N’Goimbo:11 000 000 de francs CFA;
– construction de la maternité d’Assè-M’Bo: 20 074 431 de francs CFA;
– travaux de construction d’un centre d’imagerie médical à l’hôpital général de Toumodi: 25 924 396 de francs CFA.

V- Contact

BP: 56 Toumodi
Siège: quartier Rombo
Tél: 30 62 80 59
Fax: 30 62 87 50
E-mail: conseildubelier_info@yahoo.fr